We think that you are in United States and that you would prefer to view Bookwitty in English.
We will display prices in United States Dollar (USD).
Have a cookie!
Bookwitty uses cookies to personalize content and make the site easier to use. We also share some information with third parties to gather statistics about visits.

Are you Witty?

Sign in or register to share your ideas

Sign In Register

VOUS AVEZ DIT PRINTEMPS ? « Ma très grande mélancolie arabe », de Lamia Ziadé

Stylist By Stylist Published on January 10, 2018

Une histoire arabe intime, vivace, personnelle : Lamia Ziadé puts back the « proche » in « Proche-Orient ».


Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2fd8dc4e20 d87f 4077 8175 d8f14faf8722 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1

En 2015, Lamia Ziadé publiait Ô nuit, ô mes yeux, grand imagier d’un monde arabe glamour et sulfureux, fait de chanteuses à clopes, de comédiens colériques, de spectacle, de modernité, englouti depuis par les guerres et le conservatisme (l’histoire s’arrêtait dans les années 1970). 

Pas avare de titres à tomber, l’artiste franco-libanaise sort aujourd’hui son pendant sombre : Ma très grande mélancolie arabe. On y traverse des pays exsangues, des blasts d’explosions, Septembre noir, la pendaison d’Hussein et tout un fleuve de sang qui remonte des entrailles de l’histoire, jusqu’aux premiers martyrs. 

La forme pourtant n’a pas changé : pas du roman graphique stricto sensu, mais du récit illustré, des échanges de texte et d’illustrations nuageuses, qui font défiler le grand tissu de douleur du Proche-Orient comme un mauvais rêve façon Valse avec Bachir

Le récit prend la forme d’un voyage, au Liban puis tout autour, percé de souvenirs personnels (la mort d’Arafat : « tu étais à New York ce jour-là ») ou glanés (« c’est Abbas, dit le marchand amusé par ton ignorance. Et il te raconte la bataille de Karbala comme tu ne l’avais jamais entendue. Écoute… »). 

On pourrait dire que c’est un récit subjectif « à la première personne », sauf justement qu’il est raconté avec la deuxième – procédé finaud et pénétrant, où Ziadé en se baladant dans sa mémoire semble s’interpeller elle-même comme une autre personne, en même temps qu’elle s’adresse puissamment à nous, nous invite dans sa propre peau. 

Derrière un tel travail (400 pages d’une richesse dingue), il y a une démarche décisive : reverser de la poésie et de l’imaginaire dans l’histoire politique. Peut-être une vogue : au même moment, la Revue Dessinée et les éditions La Découverte lancent l’Histoire dessinée de la France, série de collaborations entre un historien et un dessinateur – vingt volumes prévus dont deux déjà parus. De quoi rendre l’histoire bouleversante à vos risques et périls – car comme le dit un passant à Lamia Ziadé en ouverture, « si vous aimez la mélancolie des cimetières, vous n’êtes pas sortie de l’auberge ». 

Théo Ribeton


Ma très grande mélancolie arabe, Lamia Ziadé, éd. P.O.L.

Tags

Stylist est un magazine féminin, progressiste et gratuit, qui décrypte la société en s’appuyant sur la pop-culture. Et la pop-culture, c’est encore beaucoup les livres (et ça rend notre ... Show More