We think that you are in United States and that you would prefer to view Bookwitty in English.
We will display prices in United States Dollar (USD).
Have a cookie!
Bookwitty uses cookies to personalize content and make the site easier to use. We also share some information with third parties to gather statistics about visits.

Are you Witty?

Sign in or register to share your ideas

Sign In Register

« Vernon Subutex » : les punchlines mythiques de Virginie Despentes

Mathieu Deslandes By Mathieu Deslandes Published on June 9, 2017
This article was updated on August 9, 2017

L’affaire est entendue : Virginie Despentes décrit l’époque et la société française comme personne, ses personnages sont impeccables, et les trois volumes de Vernon Subutex constituent une oeuvre drôle, juste, excitante. Mais je crois que si j’aime lire “du” Despentes, c’est aussi pour la puissance de sa langue, son sens de la formule et l’efficacité de ses images. Ses phrases appellent le soulignement, le cochage ou la photo (chacun son école). Comme je suis partageur, je vous livre le fruit de ma récolte. N’hésitez pas à poster vos citations préférées dans les commentaires.

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2fadbd78ae 7e2f 4ec4 ba54 7b7c39a1f43a inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1
Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f56286f76 22e5 4133 ac8f 3c511d502c2a inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1
Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2ffdf3c035 3f90 4873 a107 b5b9dda46197 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1

Ado « Lucas a quatorze ans. Il vide un frigidaire par jour. »

Âge — « Passé quarante ans, tout le monde ressemble à une ville bombardée. »

Alcool — « L’alcool c’est pimpant jusqu’à la trentaine, ensuite c’est la pente douce jusqu’à la cinquantaine, et sur la dernière ligne droite c’est le plus moche. Une fois ménopausée, nom de Dieu, elle est devenue un monstre. La peau gonflée, rouge, le corps déformé de vinasse, les yeux baignant dans l’idiotie. »

Amitié — « Elle est bitchy. Elle est parisienne. Ce qu'elle apprécie le plus chez ses amies, c'est de pouvoir les détruire dès qu'elles ont le dos tourné. »

Argent — « Elle a tout de suite demandé t’as carotté qui pour avoir de l’argent le 20 du mois ? Il bottait en touche, il protestait, il avait fini par prétendre que le boucher lui faisait une ardoise. A Paris, à notre époque… Une ardoise. Il se foutait de sa gueule. Elle s’était dit qu’il lui avait caché le gain d’une course au PMU. Ce n’était pas la première fois qu’il aurait fait le coup. Puis il avait découvert ces putains de baskets. Il était devenu pire qu’une pouffiasse en rut de shopping. »

Bee Gees — « Il l’avait énervée. Mais quand il avait mis les Bee Gees, elle avait abdiqué et s’était mise à chanter, dans la voiture. C’est compliqué de faire la gueule en écoutant Stayin’Alive. »

Cerveau — « Quand elle réfléchit, on dirait un lapin sous acide. »

Cinéma — « Cannes, se disait Xavier, c'est la fête de la saucisse avec des putes en Louboutin. Tous à dégueuler leur caviar, le nez plein de coke, après avoir récompensé du cinéma roumain. »

Clopes — « Fais voir ton paquet de clopes ? Je n’avais jamais vu cette photo du cancer de la gorge. Garde-la, c’est une belle pièce.»

Compagnie — « Il y a des gens, comme ça, tu traînes avec, t’as l’impression de passer ton diplôme de secouriste…»

Couple (1) — « Ils formaient un couple qui aurait pu candidater pour pas mal d’émissions de télé-réalité et y remporter un joli succès, car enfin c’était un spectacle continu, leur affaire. »

Couple (2) — « Il y a des couples qui sont restés amoureux de l'effet qu'ils produisent, en société. Tant qu'il y a un public, ils continuent de faire semblant. Mais une fois dans la chambre à coucher, ils s'emmerdent. »

CV — « Elle n'a jamais couché avec un Russe. Il lui reste tant de choses à accomplir. »

Discernement — « Vernon sait faire la différence : excité, c'est le bas-ventre qui palpite, amoureux, ce sont les genoux qui faiblissent. »

Ecriture — « Elle avait pour ambition d'écrire quelque chose de bien. C'est toujours un problème. Ce n'est pas parce qu'on se dit "je vais dessiner un pur-sang au galop" qu'on y parvient. Le plus probable est qu'on finisse par gribouiller un machin qui ressemble à peine à un rat écrasé. La gamine voulait faire un livre qui serait comme une cathédrale en plein ciel, elle ne réussirait probablement qu'à délivrer un cabanon en contreplaqué. »

Enfants (1) — « N’empêche que si c’était à refaire, elle n’aurait pas d’enfant. Dans la balance, entre ce que ça lui a coûté et ce que ça lui apporte, le calcul est vite fait. Déjà, toute seule, payer les factures tous les mois n’est pas une mince affaire, mais si t’ajoutes un gosse à l’équation, c’est un naufrage. Elle est une machine à dire non, depuis qu’il est adolescent. Non à la tablette non au smartphone non au concert de Maître Gims non au tee-shirt du Barça… Il la prend pour une planche à billets. »

Enfants (2) — « Clara est un ange mais pour frimer, elle ne sert à rien. Elle tient ça de sa mère, sans doute. Elle n’a pas la moindre prédisposition qui mérite d’être remarquée. Quand elle danse sur Maître Gims, on dirait Goldorak qui se chauffe. Marie-Ange adore sa fille. Mais jamais la maîtresse d’école ne l’a retenue après les cours pour lui faire part de sa surprise - votre fille est tellement douée. Jamais. Pour mardi gras, cette année, son père lui a offert la robe d’Elsa de La Reine des neiges. »

Etiquettes — « Est-ce que quelqu’un peut lui expliquer pourquoi les fabricants de vêtements cousent des étiquettes qui grattent au niveau de la taille ? C’est à croire qu’ils font des études pour trouver la matière qui t’irritera le plus possible. Et même si tu découpes le truc avec un petit ciseau, au plus près du tissu, en te concentrant à fond - ça gratte quand même. Xavier aimerait retrouver le salaud qui s’amuse à faire ça, et lui péter les deux jambes, pour voir si ça le fait toujours autant rigoler de pourrir la vie des gens qui achètent ses fringues. »

Expérience — « Quand on est jeune on croit qu'on cicatrise : elle avait appris qu'on doit s'amputer pour survivre. »

Fantasme — « Elle pense aussi à une cure de désintox, en Suisse. Elle a regardé, sur Internet, ça coûte un bras mais ça se passe dans de très beaux endroits. Elle relira Thomas Mann, là-haut sur sa montagne, elle sera un peu comme une Heidi du troisième âge. »

Fondations — « Motörhead c’est comme les Ramones ou AC/DC, plus qu’un groupe, c’est un mur porteur. Ça te plaît ou ça te plaît pas, la maison dans laquelle tu vis est construite sur ce son-là. »

Fraude — « Le train, de nos jours, ne pas le payer, on dirait que c’est devenu plus grave qu’entrer dans une crèche pour enculer les nourrissons. »

Gros — « On peut tout se permettre avec les gros. Leur faire la morale à la cantine, les insulter s'ils grignotent dans la rue, leur donner des surnoms atroces, se foutre d'eux s'ils font du vélo, les tenir à l'écart, leur donner des conseils de régime, leur dire de se taire s'ils prennent la parole, éclater de rire s'ils avouent qu'ils aimeraient plaire à quelqu'un, les regarder en faisant la grimace quand ils arrivent quelque part. On peut les bousculer, leur pincer le bide ou leur mettre des coups de pied : personne n'interviendra. C'est peut-être à cette époque qu'elle a appris à renoncer à son genre : mâles ou femelles, les gros sont soumis à une exclusion similaire. On a le droit de les mépriser. Et s'ils se plaignent des traitements qu'on leur inflige, au fond tout le monde pense la même chose : mange moins, gros sac, tu pourras t'intégrer. »

Groupe — « Le groupe lui fait l’effet d’une chevelure qu’il faudrait coiffer chaque matin, pour lisser les noeuds recréés pendant la nuit, par simple contact et friction.»

Idées — « Il prend du temps pour traîner. C’est dans cet espace de glandage dépressif que viennent les bonnes idées. Elles aiment la merde, les idées, l’ennui, les journées vautrées sur le sofa. »

Internet — « Internet, c’est la guerre. Il allume sa tablette et il est happé dans le conflit - chaque fois qu’il lit un article sur son iPad, il finit par prendre un anxiolytique. »

Lecture — « Il observe les gens, à l’intérieur [de la supérette], de profil, immobiles devant des murs de beurre et de crème. Ils lisent attentivement. On les mettrait devant l’oeuvre complète de Tolstoï qu’ils ne tiendraient pas en place mais dès qu’il s’agit d’acheter un litre de lait, on obtient leur entière concentration. »

Maîtrise — «  On est les locataires des situations, jamais les propriétaires. »

Mal — « Il avait cette politesse délicate des gens qui savent que ça existe, le mal. Et quand ça tombe sur toi, ça tombe sur toi, pas la peine d’en faire tout un cinéma. »

Méga-surprise — « La vie se joue souvent en deux manches : dans un premier temps, elle t'endort en te faisait croire que tu gères, et sur la deuxième partie, quand elle te voit détendu et désarmé, elle repasse les plats et te défonce. »

Migrants — « Elle s’y voit, Scarlett O’Hara en bordure de route à Calais. Elle va te les dissuader de regagner l’Angleterre à base de bonne nourriture, de radiateurs partout et de cajoleries intenses. Elle se fout de savoir s’ils sont musulmans, chrétiens ou si au bled dont ils viennent, on parle aux pierres en les appelant tantine. Ce qui compte chez le bonhomme, ce n’est pas le dieu auquel il s’adresse - c’est sa faculté à te faire rêver, à te faire sentir femelle, à te faire voyager rien qu’en pensant à ce qui se passerait si ce machin te prenait dans ses bras. »

Mutisme — « C’était une véritable religion, le silence, chez cet homme. On appelle ça de la pudeur mais ça relève plutôt de la constipation verbale. Pourtant, pour dire des conneries, il l’ouvrait, sa grande gueule, et plusieurs fois par jour. Mais pour les choses qui comptent. Rien. »

Piété — « Les femmes perdues, on peut avoir deux saintes, ça me paraît un minimum, vu la population concernée. »

Profs — « A cette époque, la Véro avait déjà été virée de l’Education nationale. Aux yeux de Charles, ça lui conférait un certain prestige “mais t’es une championne, toi… jamais on a vu un prof se faire virer… t’as violé toute une classe de petits, c’est pas possible autrement ?”»

Pureté — « Sur le fond, tout le monde est d’accord : exclure les impurs, les impropres, les empêcher de s’exprimer. Créer une catégorie de massacrables. Les frontières varient, mais le jeu des garde-douanes reste le même. C’est : toi, dehors. Je ne veux pas de ça chez moi. Le seul critère variable c’est qui on met dans les camps. Qui est torturable, charniérable. Qui mérite d’être exclu. Il y en a qui ne veulent pas vivre avec les patrons, et d’autres c’est les Camerounais, il y en a qui ne veulent plus supporter les machos, et d’autres c’est les Gitans, il y en a qui traquent l’antisémite dans leurs propres rangs et d’autres qui traquent le pédé déguisé en mec marié… mais on lave tous plus blanc. On est tous du côté pur. La seule chose qui nous intéresse, c’est de légitimer la violence. »

Sagesse — « Beaucoup de gens disent qu'ils s'assagissent avec l'âge. En vérité, ils se tassent, ils ralentissent. Ils perdent de leurs saillances. Ils s'enlisent dans un sable mou et s'enfoncent en toute confiance. C'est ce qu'on appelle mûrir. »

Silhouette — « Sur les autres femmes, le vêtement était élégant et leur donnait une allure de grande dame un peu mystérieuse. Sur Véro, c’était une catastrophe, le machin ressemblait à un vieux sac à patates. Elle avait l’air d’une folle en fuite. Rien n’allait. Ni le manteau, ni les jolies chaussures plates qu’elle avait convoitées en pensant à Audrey Hepburn mais qui devenaient des charentaises infâmes une fois qu’elle les portait. »

Tristesse — « C’était une enfance de piqûres d’orties, de couleuvres qui se faufilent dans l’herbe, de bottes en plastique et de pissenlits. Ce ne sont pas de mauvais souvenirs, c’est venu plus tard, la tristesse à temps complet. »

Vieux — « Passé un certain âge, on ne se sépare plus des morts, on reste dans leur temps, en leur compagnie. »

Mathieu travaille chez Bookwitty à Paris. Il est responsable éditorial des contenus publiés en français.

0 Comments

Please log in or sign up to join the discussion

4 Related Posts