We think that you are in United States and that you would prefer to view Bookwitty in English.
We will display prices in United States Dollar (USD).
Have a cookie!
Bookwitty uses cookies to personalize content and make the site easier to use. We also share some information with third parties to gather statistics about visits.

Are you Witty?

Sign in or register to share your ideas

Sign In Register

Seray Şahiner : quand les femmes turques lèvent le poing !

Sidonie Mézaize By Sidonie Mézaize Published on February 15, 2018

J’ai connu Dorothy Aubert au collège. Nous avons passé deux ans dans la même classe, au lycée, sans vraiment prendre le temps de discuter. Tout naturellement, nous nous sommes perdues de vue une fois le bac en poche. Ce que nous ignorions alors, et que nous avons appris par la suite, c’est que nous nous préparions déjà à des parcours similaires à bien des égards. Le mien m’a conduit à ouvrir une librairie en Roumanie. Celui de Dorothy l’a amené à voyager à travers le monde, pour dénicher des auteurs de tous les horizons afin de créer le catalogue exigent de sa maison d’édition Belleville, fondée en 2015 avec son associée Marie Trébaol.

Comme la vie fait bien les choses, Dorothy avait choisi la Roumanie comme l'une des étapes de sa grande tournée mondiale. C’est ainsi qu’elle a posé ses valises dans ma librairie où elle a travaillé et vécu pendant deux mois. Presque 10 ans après la date de cette photo de classe qui a immortalisé nos joyeux visages d’ados déjà passionnées de fiction et de littérature étrangère.

Aujourd’hui, Belleville éditions donnent la parole à des hommes et des femmes du Moyen-Orient, d’Amérique latine, d’Europe du Sud-Est et des Balkans. Maison d’édition connectée, elle offre une expérience de lecture plurielle, depuis le livre papier au contenu enrichi sur écran.

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f2b8285a6 d45a 428e ae0e 2e5fcaf8696b inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1
Dorothy Aubert et Marie Trébaol

En avril 2018, Belleville lancera une collection dédiée aux « féministes du monde », avec deux livres représentatifs de deux générations de féminisme turc. Le premier, Une drôle de femme, date des années 50. Son auteure, Leylâ Erbil, est féministe et socialiste, unique romancière à avoir été nominée pour le prix Nobel en Turquie. Le second prend pour cadre la Turquie d’aujourd’hui. Intitulé Ne tournez pas la page, il est signé par Seray Şahiner, jeune voix montante et très engagée, auteure d’un premier texte publié en 2015 chez Belleville (La Coiffure de la mariée) et que Dorothy a choisi de nous présenter.

Quelle est selon toi la meilleure manière de présenter Seray Şahiner ?

Seray Şahiner est une jeune femme turque aux multiples facettes : auteure et journaliste engagée, musicienne joueuse de darbuka, fervente porte-voix des minorités… À son image, ses textes explorent des genres très variés, du roman à la nouvelle, jusqu’au théâtre (sa prochaine parution française, Ne tournez pas la page, joue à guichet fermé en Turquie depuis deux ans). En deux mots, humanisme et diversité.

Que raconte son œuvre ?

Seray parle des petites gens, ceux qu’on croise dans la rue sans forcément se retourner, et raconte leur histoire avec une profonde justesse et humanité. Elle possède un véritable don pour personnifier ses personnages, et au fil de la lecture, ceux-ci deviennent des amis. Nous aimons beaucoup cette critique de Café Powell qui résume parfaitement ce que nous gardons de nos lectures : « À la fin du livre, le lecteur aimerait retrouver tous les personnages et prendre un thé avec elles à Istanbul. »

Comment décrirais-tu son style ?

C’est une auteure au style très particulier, extrêmement marqué et reconnaissable. On suit un narrateur externe pour tout à coup rentrer dans la tête d’un personnage qui nous interpelle directement à travers sa plume, pour ensuite glisser vers un dialogue et enfin reprendre de la hauteur. Ses mots sont simples mais lourds de sens. Il y a pour nous un vraie démarche humaniste, une envie de revendiquer que tout le monde mérite d’être écouté et compris. Une sorte de poésie humaine bouleversante d’intimité.

Par rapport à « tes » autres auteurs, qu'y a-t-il de singulier dans ta relation de travail avec Seray Şahiner ?

Seray Şahiner a exactement notre âge (elle est née en 1984), ce qui créé un lien privilégié. La barrière de la langue ne permet pas forcément une communication fluide, mais nous nous comprenons justement d’autant mieux de manière instinctive. Quand nous lui demandons une précision, un article pour le site de notes, ou même des photos des lieux de son œuvre (qui ne sont pas le Istanbul touristique que tout le monde connaît mais plutôt les quartiers popu), elle comprend très rapidement notre démarche, et nous nous retrouvons sur nos envies de transmettre. C’est très agréable.

Par quel(s) livres(s) faut-il commencer si l'on veut découvrir son travail ?

Nous sommes vraiment attachées à son recueil de portraits de femmes, La Coiffure de la mariée, que nous avons publié en 2015 et qui est au passage, le premier livre de la maison ! Il est parfait comme introduction pour comprendre son style, et très agréable à parcourir, picorer, permettant ainsi de découvrir la culture turque si elle nous est totalement étrangère. Ils parlent en toute simplicité de femmes comme nous, qui vivent les mêmes déboires amoureux, les mêmes passions, peurs, angoisses, mais avec les singularités d’une vie à Istanbul.

Quel est le plus grand malentendu à son sujet ?

Son premier livre a été diffusé de manière assez confidentielle (1000 exemplaires vendus), et s’il a fait polémique, nous ne sommes pas au courant ! Mais nous espérons que son prochain titre, Ne tournez pas la page, qui parle de la violence ordinaire que peuvent subir les femmes en toute impunité et confidentialité, bousculera les mentalités.

De quels autres auteurs peut-on la rapprocher ?

D’Asli Erdogan pour son engagement. De Zoyâ Pirzâd pour sa forme littéraire et son attachement au quotidien.

Comment contribue-t-elle à renouveler la littérature ?

Par son souci de réel et de vérité, et son besoin de parler de destins de ceux à qui l’on ne donne généralement pas la parole.


Les livres de la collection féministe de Belleville éditions paraîtront en avril 2018. En attendant, vous pouvez découvrir les autres livres de leur catalogue sur Bookwitty : 

- Aux femmes, de l'auteur égyptien Hamdi Al-Gazzar

- Taksim Moonwalk, de l'auteur turc Emrah Serbes

- Le Royaume de Sasha Kozak, de l'auteur roumain Iulian Ciocan

Sainte Caboche de l'auteur brésilien Soccoro Acioli.

Tags

Fondatrice de la librairie française de Bucarest, Kyralina, j'ai vécu six ans en Roumanie. Aujourd'hui je travaille à Bookwitty, à Paris.

0 Comments

6 Related Posts