We think that you are in United States and that you would prefer to view Bookwitty in English.
We will display prices in United States Dollar (USD).
Have a cookie!
Bookwitty uses cookies to personalize content and make the site easier to use. We also share some information with third parties to gather statistics about visits.

Are you Witty?

Sign in or register to share your ideas

Sign In Register

Parler à sa mère maghrébine

Hicham Tahir By Hicham Tahir Published on June 7, 2017

La mère. Peut-elle être l’essence de la littérature maghrébine ? Ce qui est sûr, c’est qu’à chaque fois qu’un auteur d’origine maghrébine ose aller sur ce terrain, les mots prennent un tout autre sens. La douceur, comme la dureté du texte, prend une autre ampleur. Même l’auteur devient une autre personne.

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f6607bc6d b3cf 4d5e b961 b0a5feb71057 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1

Si quelqu’un a réussi à montrer le rapport que peut entretenir un enfant avec sa mère maghrébine, c’est bien Brahim Metiba dans son livre Ma mère et moi (éditions du Mauconduit). 

Ma mère et moi est un échange entre un enfant et sa mère. Un livre court et dense, qui montre clairement la difficulté d’exprimer ses sentiments, le contact fusionnel et distant à la fois. Ecrire le tabou de l’amour entre une mère et son enfant. Aimer et oser le dire. Tout n’est pas que mots. Il y a les gestes. Et il y a les silences. Brahim nous fait voyager dans ce rapport, entre les palabres attentionnées et les non-dits expressifs.

Une femme au foyer algérienne

D’un côté, la mère qui sait tout, mais ne dit rien. Une politique de « tant que ce n’est pas dit, les problèmes n’ont lieu d’exister ». Une femme au foyer algérienne. Une femme qui trouve son bonheur en faisant plaisir à ceux qu’elle aime. Une mère douce et forte. Une mère silencieuse mais qui ne manque pas de personnalité. Une mère dont l’une des activités préférées reste les telenovelas mexicaines ou turques qui racontent toujours la même histoire. 

« Je l’appelle régulièrement, nous parlons de cuisine. Je lui demande ce qu’elle regarde à la télé. Elle dit : « C’est l’histoire d’une orpheline… », je connais l’histoire. C’est toujours la même. »

De l’autre côté, un enfant qui a quitté le cocon familial, depuis très longtemps. Qui a fait des études. Qui a laissé son passé derrière lui sans renier ses racines. Un enfant qui est devenu homme, mais qui reste toujours l’enfant impuissant devant sa mère. Fier de lui montrer ses connaissances. Ses rapports. Son intelligence. Prouver à sa mère qu’il a réussi. Qu’il devient quelqu’un. Un homme qui, par peur de perdre son lien avec sa mère, trouve dans la littérature ce cordon ombilical qui les rassemble. Il lui parle à travers la bouche d’Albert Cohen.

La douceur des silences

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2fc647db80 78e7 4181 9fc8 ff709d1cfe2a inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1

« Je demande à ma mère si elle veut que je lui raconte une histoire. Je dis que c’est dans un des livres qu’elle voit. Elle dit : " Oui, si tu veux." Je sais ce que ma mère aime, je choisis l’histoire d’un orphelin. Je dis que le titre du livre est Le Livre de ma mère. Ma mère sourit tout de suite… Je dis qu’il a perdu sa mère et qu’il regrette de ne pas l’avoir suffisamment aimée, suffisamment vue. Ma mère sourit de nouveau. »

Puis il y a la douceur des silences. Qui parlent plus que les mots. Il y a le non-dit qui ne pèse pas si lourd que ça. L’auteur l’assume et le vit bien. 

« Mon rapport à ma mère est silencieux. Elle est assise, jambes droites et dos droit, et je l’observe. J’attends qu’elle parle, mais elle ne dit rien. Ma mère ne comprend pas ce que je fais, mes études, mon travail. »

Le livre est une belle balade. Courte mais forte. Un retour aux sources, sur quelques jours. Doux et silencieux, sans pour autant être vides. Une intimité que l’auteur partage généreusement à travers ses mots. L’histoire d’un homme enfant et d’une femme mère. Rien qu’eux deux, avec pour seul moyen de casser le vacarme du mutisme, un livre et une série.

Auteur et journaliste, Hicham Tahir vit entre Paris et le Maroc. Il a publié "Jaabouq" (2013) puis "Les Ruelles des pieds nus" (2015) chez Casa Express Editions.