We think that you are in United States and that you would prefer to view Bookwitty in English.
We will display prices in United States Dollar (USD).
Have a cookie!
Bookwitty uses cookies to personalize content and make the site easier to use. We also share some information with third parties to gather statistics about visits.

Are you Witty?

Sign in or register to share your ideas

Sign In Register

Ma coutume hebdomadaire, lire les #mercredifiction sur Mastodon

Alizée By Alizée Published on August 21, 2017

Connaissez-vous Mastodon, le réseau social libre, décentralisé, et indépendant? Il regroupe différentes instances chacune consacrée à un thème particulier, plus ou moins généralistes et internationales. La communauté est à taille humaine, et motivée. Il y règne une ambiance d’entraide et d’échange, avec un côté familial. Le format, de blog court, mais tout de même plus long que Twitter, avec 500 caractères au lieu de 140, permet des modes d’expression qui lui sont propres.

Flash fiction

Ainsi, j’aime particulièrement observer le foisonnement d’idées en milieu de semaine autour du mot-dièse (hashtag) #mercredifiction, où certains s’essaient à l’écriture sous la forme d’un petit paragraphe qui raconte une histoire en peu de mots.

Laissons la parole à l’une de ces microfictions qui s’explique elle-même, à sa manière:

« La micronouvelle, aussi appelée “Flash fiction” ou “short short-story” par les anglo-saxons, est une oeuvre de fiction rédigée en un nombre très restreint de mots. C'est un genre populaire aujourd'hui grâce aux réseaux de microblogging. Plusieurs auteurs s'y sont frottés par le passé. On peut penser à Ray Bradbury, ou encore Fredric Brown, grand maître de ces récits courts à chu… »

Absorbé dans son discours, Mauricien, bien imprudent, n'avait pas remarqué le bord de la falaise.

@Shaft@mamot.fr

Tous les mercredis, ou presque, j’effectue la recherche habituelle, un petit #mercredifiction dans la barre de mon instance. Attention, l’aspect décentralisé de Mastodon fait que vous ne pourrez pas voir l’ensemble des fictions publiées, mais plutôt celles de votre univers. Il a parfois fallu que je m’abonne au flux de certains des auteurs pour en voir émerger d’autres. Être inscrit sur plusieurs instances pourra également vous aider.

Soleil et flou

Voici une brève sélection subjective et aléatoire des fictions les plus évocatrices, qui prennent le temps de mettre en place une certaine ambiance, avec un appel à plusieurs de nos sens :

Durant tout l’été, elle se laissa caresser par les chauds rayons du soleil.
Dans un état second, elle écoutait le chant des oiseaux.
La vie s'était immiscée en elle, imperceptible, lente et diffuse.
Elle prit conscience que c’était bon, que c’était doux.
Pourtant, le vent la fit frémir. Trembler même.
Sans réellement s’en rendre compte, elle lâcha prise.
Elle tomba.
Dans un souffle, elle expira.
Ainsi disparût la feuille. Morte.

@NeshTern@mamot.fr

Du noir. Des cris. De la pluie. Dehors. Ou dedans ? Dehors est devenu dedans, depuis ? Enfin de la lumière, là dans le flou, au loin. La lumière se substitue à l'obscurité ; ou plutôt la fait décroître. Le flou entre clair obscur gagne du terrain, il prend ses aises, fluctue, comme s'il suivait une symphonie atonique. Celle des cris. Elle se fait plus stridente, moins cohérente. Et puis soudain ! Le silence et un grand truc flou qui prend toute la place, entre ombre et lumière.

@axel@bookwitty.social

Planètes perdues

Comme j’affectionne les littératures de l’imaginaire (science-fiction et fantasy), les brèves histoires s’inscrivant dans ces courants me parlent tout particulièrement. Les images émergent facilement lors de la lecture. Certains codes de l’horreur, du cyberpunk, d’autres sous-genres peuvent être évoqués, ce qui facilite l’immersion qui n’est sinon pas toujours facile à mettre en place dans un format si bref.

"La huitième planète! Marduk!"
John délirait à nouveau. Nous nous connaissions depuis le lycée, et nous partagions une chambre à l'université de M depuis le début du semestre. Il étudiait l'histoire, et moi la chimie. Ses crises avaient commencé quelques jours plus tôt. Des mots étranges, et au milieu, des appels à Neptune, aux dieux assyriens. Il y avait sûrement un lien avec les fouilles qu'il devait mener en Irak. Mais comment lui faire voir qu'il sombrait dans la folie?

@SkroZoC@mamot.fr

À quelques jours standards des routes commerciales galactiques, il y a cette planète discrète, anodine. Son nom ? C’est bien là le hic : ce petit caillou n’en a pas. Le moindre titre la rendrait digne d’attention, soulignerait son existence. Or, un astre dépourvu de nom se dérobe aisément au zèle des cartographes célestes, qui croulent sous les requêtes en ces temps d’expansion.
L’astuce est bien commode, et c’est de cette simple omission administrative que naît notre histoire.

@Mjollna@mamot.fr

Histoires drôles

Un type d’histoire qui fonctionne bien, et qui rencontre en général son public, est celui qui mène à une chute inattendue, tout comme l’histoire de la feuille reproduite plus haut. Un humour décalé joue alors sur nos attentes pour mieux nous étonner à la fin du récit.

Te souviens-tu? C'était un petit étang aux berges ombragées. Le pique-nique d'une main, nos doigts entrelacés de l'autre, nous avons cheminé . Dans les endroits glissants, tu cramponnais ma main, ou te collais à mon épaule, en riant.
Une petite plage nous a tendu ses bras de sable, sous un parasol d'arbres.
J'ai déplié la couverture avant de m'y étendre. Tu t'es penchée sur moi, le regard trouble. Ton visage s'est éclairé d'un sourire , dévoilant deux canines acérées.

@ghisd88@mamot.fr

Jean-Bernard n'en pouvait plus. Cela faisait bien trop longtemps que Nicolas, son colocataire, lui tapait sur les nerfs. Passent encore les allers-et-venues de ses conquêtes, mais les réveils en plein milieu de sa nuit, c'en était désormais trop. Il fallait qu'il parte. Cette situation n'avait duré que trop longtemps et Jean-Bernard regrettait sa clémence originelle. Et le voilà qui hurle maintenant…

« Jean-Bernard tes croquettes sont prêtes ! » Bon, allez, quinze jours de plus.

@ben@bookwitty.social

Onésime F., scénariste de renom, faisait récurremment le même rêve : une histoire merveilleuse dont il pressentait, passée la déception de l’oubli au réveil, qu’elle était la plus belle qu’on pût écrire.
Quatre mois durant, il tenta de capter ce récit. Il tenta cent techniques. Et une nuit, réveillé au beau milieu du rêve, il saisit un carnet, écrivit ce qu’il fallait, avant de se rendormir aussitôt.
En ouvrant son carnet au matin, fébrile, il lut : « Une fille aime un garçon. »

@jesuismonsieurb@framapiaf.org

Engagements

Certains en profitent également pour faire passer des messages politiques. Il existe un biais dû à la nature même de Mastodon, décentralisé et libre : on a plutôt tendance à y trouver des engagements progressistes, de gauche, ou écologiques.

Les deux hommes regardaient la foule de nantis qui se pressait sur les gradins.

— Un jour, dit l'un, ça va péter… on peut pas continuer comme ça, ces types nous exploitent et nous rendent la vie impossible.

— Mmh, tu sais, c'est trop facile de dire « tout est de leur faute » pour couper court au débat. Arrêtons de désigner des ennemis : c'est contre-productif et c'est pas comme ça qu'on créera une société apaisée et réconciliée.

— Putain, t'as vraiment changé, Spartacus…

@gee@framapiaf.org

Aujourd'hui il fait chaud.
Encore.
Ça fait 40 ans que ça dure.
Les rares points d'eau encore existants sont souillés, les survivants sont aussi idiots que leurs ancêtres.
Les anciens racontent qu'avant, l'eau arrivait jusque dans les maisons et coulait à volonté.
Baliverne ! Contes et légendes.
Impossible.

@Kounar@mamot.fr

Lorsqu'on avait appris la nouvelle, les grandes chaînes de télévision s'étaient empressées d'acheter les droits. Le nom avait été protégé, un hashtag officiel avait été créé, quelqu'un avait même fait de la date une marque déposée.

Cela avait engendré quelques polémiques, évidemment, mais tout s'était bien passé. Le président avait fait un discours plutôt émouvant, évoquant liberté, humanité et esprit de start-up.

Ça avait été une belle fin du monde.

@Ezelty@mamot.fr

Participez !

Si les quelques histoires sélectionnées ici vous ont étonné, intrigué, plu, songez à rejoindre la communauté sur Mastodon et à partager vos coups de cœur ou vos écrits inspirés. J’y suis présente sous le pseudonyme @Alizee@bookwitty.social. En général j’y « re-toote » à intervalles réguliers mes histoires préférées pour les partager. Il existe également un site qui fournit, sans inscription aucune, un moteur de recherche sur les #mercredifiction ainsi qu’un export au format livre numérique de leur contenu : https://mercredifiction.xyz/, ce qui est pratique et convivial.

Et vous, quelles sont vos histoires préférées? Avez-vous déjà écrit de la microfiction? Connaissez-vous d’autres plate-formes qui s’y prêtent bien?

Et pour le plaisir de lire, une petite dernière pour la route :

Il lisait à en perdre haleine.

Il lisait tellement vite que le vent soufflait dans ses cheveux ; tellement fort que son ouvrage ployait sous l'effort et si intensément qu'il se consumait.

Un jour, vous le retrouverez, en suivant les cendres laissées sur son chemin... mais gare, c'est un long chemin que de le suivre sur les pas des #mercrediFiction !

@Nic0@mamot.fr

0 Comments

Please log in or sign up to join the discussion

0 Related Posts

Know what people should read next?