We think that you are in United States and that you would prefer to view Bookwitty in English.
We will display prices in United States Dollar (USD).
Have a cookie!
Bookwitty uses cookies to personalize content and make the site easier to use. We also share some information with third parties to gather statistics about visits.

Are you Witty?

Sign in or register to share your ideas

Sign In Register

Les classiques turcs : dix chefs-d'œuvre à découvrir

Flora Nicol By Flora Nicol Published on March 20, 2017
This article was updated on May 10, 2017
Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f8dd1a559 ef21 4afa 8360 0dce7ae9417c inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1
Yakup Karaosmanoglu (Wikimedia Commons) 

La Turquie n'est créée qu'en 1923, sur les ruines de l'Empire Ottoman. Pourtant, Yakup Karaosmanoglu (1889-1974) peut être considéré comme le premier grand écrivain turc du XXe siècle. Son œuvre maîtresse, L'Etranger, nous en apprend beaucoup sur les prémisses de la Turquie. Un jeune officier décide de fuir la capitale occupée par les alliés et de s'installer parmi les paysans d'Anatolie, dont il décrit la misère et l'ignorance. Une vive polémique suivit la publication du livre, critiquant la violence du regard de l'auteur sur la paysannerie, alors qu'il ne voulait que dénoncer l'indifférence des intellectuels à leur égard. 


Nazim Hikmet (1901-1963) est tenu pour un des plus grands poètes du XXème siècle. C'est aussi un artiste engagé pour l'indépendance de la Turquie, indigné par l'occupation des alliés. Un engagement qui lui vaudra de passer 13 ans dans les geôles turques. Il faut feuilleter Il neige dans la nuit et autres poèmes pour trouver des vers emplis d'espoir et il n'est pas nécessaire d'être un poète traqué pour qu'ils nous touchent au cœur : 

"Le plus beau des océans est celui que l’on n’a pas encore traversé.
Le plus beau des enfants n’a pas encore grandi.
Les plus beaux de nos jours sont ceux que nous n’avons pas encore vécus."
Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f0287de02 691d 4357 a722 49b383248e80 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1
Ahmet Hamdi Tampinar (Wikimedia Commons)

C'est surtout L'institut de remise à l'heure des montres et des pendules qui a fait connaître l'écrivain Ahmet Hamdi Tanpinar (1901-1962) qui était aussi député. Le héros – ou plutôt antihéros – est transbahuté par les soubresauts de l'Histoire, au moment du passage de l'Empire à la République. Il fonde l'Institut qui donne son nom au roman et découvre la bureaucratisation. La critique de celle-ci ou encore de la modernité sont deux des nombreuses lectures que l'on peut en faire. La plume comique et addictive de l'écrivain peuple le récit de personnages loufoques et attachants : un ascète opiomane, un magicien, un saltimbanque, un psychanalyste...


Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2fcd29b4e8 8ca8 42fb 8a61 29572687b2fc inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1
Sabahattin Ali (Wikimedia Commons)

Il semble qu'il soit impossible d'être un grand écrivain en Turquie sans engagement politique viscéral. Sabahattin Ali (1907-1948), critique de Mustafa Kemal Atatürk, premier président de la République de Turquie, effectue un court séjour derrière les barreaux. Dans son livre le plus connu, un jeune Turc est envoyé en formation en Allemagne. Il tombe fou amoureux de la femme représentée sur un tableau - et qui donne son titre au roman : La Madone au manteau de fourrure. Le jeune homme finit par la rencontrer et se tissent entre eux des rapports hors normes, inqualifiables, qui cachent un secret. Un destin sournois se concrétise violemment à la fin du roman, et les rattrape à leur insu. Des millions de lecteurs ont savouré ces pages.


Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f06c39aff 7005 4061 8fe7 defe7db0393d inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1
Sait Faik Abasıyanık (Wikimedia Commons)

Sait Faik Abasıyanık (1906-1954), lui, doit sa célébrité à ses nouvelles qui dépeignent la condition des gens simples ou marginaux d'Istanbul. Son recueil le plus connu est certainement Le Samovar. La plume de l'écrivain réinvente la prose turque, ouvrant la voie de la modernité littéraire à ses successeurs. Elle va vous décontenancer sans préavis ! On apprécie l'accent shakespearien, évoquant la célèbre tirade de Macbeth : 

"Face à la mort (...) nous ne serons pas différents d'un acteur qui tient son rôle. Un acteur qui tient son rôle, pas plus."

Avec Mèmed le mince, Yasar Kemal (1923-2015) nous emporte avec un talent de narrateur stupéfiant dans une grande saga sous l'Empire Ottoman. Une communauté de paysans vit sous la coupe du cruel Agha. Mèmed, 11 ans, en fait plus que tout autre les frais. Il s'enfuit, devient un brigand redouté par certains, mais adulé par d'autres car, tel Robin des bois, il vole aux riches pour donner aux pauvres. Une histoire d'amour poignante nous tient en haleine tout au long de ce récit d'aventures. Yasar Kemal, passé à deux doigts du Nobel, a vu son œuvre traduite dans le monde entier et adaptée au cinéma. C'est l'auteur turc le plus traduit de la planète. 


Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f5bc8161a c1c8 4f6b beec e576a6a6585b inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1
Adalet Ağaoğlu (DR) 

Enfin une femme : Adalet Ağaoğlu (1929), militante des droits de l'homme, est incontournable dans la littérature turque du XXe siècle. Dans Se coucher pour mourir, une femme loue une chambre d’hôtel pour choisir de mourir à sa façon. Elle se remémore toute sa vie, avec l'angoissante question existentielle : que reste-t-il à la fin ? A-t-elle choisi sa vie ou le destin s'en est-il chargé ? Cette existence est racontée par d'autres personnages : le journal intime du fils du préfet, les lettres échangées par de jeunes fiancées, les souvenirs d'un paysan... On découvre des êtres touchants et une Turquie essayant de s'adapter à la modernité. Après avoir passé en revue ses jours, l'héroïne boira-t-elle la ciguë ?


Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f74f8f25e 84f6 4204 ab1d a31f5a1eb2d0 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1
Cemal Sureya (DR)

Trop «intime et sale» : c'est le type de reproches qui a été adressé à Cemal Sureya. Il faut dire que cet artiste excentrique a eu une vie affective très riche, avec quatre mariages et une relation homosexuelle (commentaire de sa part : "Joie : zéro - amour : deux"). Il faut parcourir ses Poèmes transgressifs qui allient humour et érotisme.


Orhan Pamuk (1952) est LE prix Nobel qui fait la fierté du pays, comptant 11 millions de lecteurs à travers le monde. Il s'est attiré les foudres des autorités de son pays pour ses positions politiques. 

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f5ba42529 9319 498b a166 532072d621a2 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1
Orhan Pamuk (DR)

Le Livre noir est le roman qui l'a vraiment fait connaître en France. C'est l'histoire de Galip, en voyage initiatique dans une Istanbul pleine d'anecdotes passionnantes, à la recherche de son amour. On est parfois dans Les Milles et une nuit, parfois dans un roman policier, entre autres... On en vient à se demander si Galip, à travers tout ce foisonnement magique et historique, n'est finalement pas à la recherche de sa propre identité. C'est magnifique.


Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2fd426a8dd e124 480a 94fe 3d77f1b78312 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1
Murathan Mungan (DR)

Murathan Mungan (1955), enfin, fait entendre auprès du grand public le discours gay dans la littérature turque. Autant dire un révolutionnaire ! Ses livres s'arrachent en Turquie. Dans Tchador, après la guerre, un jeune part à la recherche des siens dans son village natal. Mais il ne le reconnaît pas, ne trouve pas les siens, ni la maison dans laquelle il a grandi. L'Armée de l'islam fait régner la terreur. Toutes les femmes sont désormais cachées sous un tchador :  «Elles n'étaient plus là pour faire rêver.» Nous ne sommes pas dans le réalisme ou la pure dénonciation. Ce court récit est plutôt une fable qui continue d'habiter votre cerveau longtemps après avoir refermé le livre. 

Formée à Sciences Po Paris, Flora Nicol est journaliste et serial travelleuse. Elle lit systématiquement la littérature des pays qu'elle visite.

1 Comments

Please log in or sign up to join the discussion

Inès Bass
Merci beaucoup Flora pour tes articles. Tu m'as permis de découvrir des auteurs que je ne connaissais pas. Hâte de lire tes prochains posts :)