We think that you are in United States and that you would prefer to view Bookwitty in English.
We will display prices in United States Dollar (USD).
Have a cookie!
Bookwitty uses cookies to personalize content and make the site easier to use. We also share some information with third parties to gather statistics about visits.

Are you Witty?

Sign in or register to share your ideas

Sign In Register

Le goût des sciences naît dans les livres : confidences de scientifiques

Mathieu Deslandes By Mathieu Deslandes Published on August 16, 2017

Certains livres peuvent-ils donner le goût des sciences ? J'ai posé la question à des scientifiques de renom, en les priant de fouiller dans leur mémoire pour retrouver la trace d'ouvrages qui ont pu jouer un rôle dans la naissance ou l'affermissement de leur vocation. Voici leurs réponses.


Sophie Sacquin-Mora, chercheuse en biochimie

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2fbe99c37c d9e5 44cc 93f2 3552914547d6 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1

« Voici un livre qui m’a beaucoup marquée adolescente : Les Découvreurs, de Daniel Boorstin. C’est un essai d’histoire des sciences et un gros pavé, mais ça se lit comme un roman et c’est tout à fait passionnant. Avec le recul je pense qu’il y aurait beaucoup de critiques à formuler sur l’ouvrage qui date de 1983 (centré sur le monde occidental, il parle essentiellement d’hommes blancs), mais il a le mérite de brosser un panorama scientifique très large et de manière accessible. »


Cédric Villani, mathématicien

« Il y a quelques livres dont j'ai oublié le nom mais qui ont été importants, et parmi ceux dont je connais encore le nom, je citerais les ouvrages de Stephen Jay Gould, Douglas Hofstadter, Ian Stewart, D'Arcy Thompson. »

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f5a18fb0d c256 41af 967d 7980d173d478 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1
Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f82949110 00ab 40b7 957d 1143d4c3024d inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1
Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f063149b7 1d92 4ae5 b23f a390ff5c90b2 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1
Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f3496efee 739c 4154 8f88 189fe5481d31 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1
Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2fad3fe009 89b5 4edc 882e 6053c7151548 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1
Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f32011421 dbcd 4286 9bbf 3c4315ffe6db inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1
Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f0bf5185d e41d 4d13 88ee 9fb657d8bc66 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1
Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2ff6d9405b c22b 4c48 a316 3b504730960e inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1
Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2fccd57a6f 5e76 4fc2 bbb7 7207828393f8 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1


Sophie Archambault de Beaune, préhistorienne

« J'étais abonnée, lorsque j'avais douze-treize ans, à une collection d'ouvrages publiés par Time Life sur l'archéologie (les Néandertaliens, les Débuts de la vie, etc.) De mémoire, j'en recevais un tous les deux mois et je les dévorais intégralement dès leur arrivée. Cela a duré environ deux ans. Puis je suis passée totalement à autre chose et ce n'est que vers mes 20 ans que je me suis orientée au cours d'un cursus d'histoire vers l'archéologie, puis vers la préhistoire. Je ne me souvenais pas sur le moment de ces livres. Difficile donc de dire s'ils ont vraiment été un déclencheur ou non, en tout cas, ils prouvent que j'avais un intérêt profond sur ces questions d'origine.

Un souvenir encore plus lointain, qui doit dater de l'époque où j'avais environ 7 ans, a aussi un rapport avec mes recherches sur l'origine de l'homme et de la cognition humaine : je lisais la Genèse tous les soirs et je pensais (très naïvement) qu'il suffisait de mémoriser tous les personnages (Untel, fils d'Untel, fils d'Untel, etc.) pour remonter à l'origine de l'humanité. Je me demandais même pourquoi personne n'avait pensé à le faire avant moi… Jusqu'au moment où j'ai eu un doute car je me suis rendue compte que les personnages de La Bible vivaient plusieurs centaines d'années, ce qui était pour le moins étrange… Là encore, ce livre n'a peut-être pas joué un rôle dans mon parcours mais il révèle un questionnement très ancien pour les origines. »


Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f0b0c0e07 2f79 482a a092 1fd7e4a0509c inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1

Christine Rousselle, docteure en mécanique

« Ce livre-ci : Einstein : Histoire d'un enfant attardé, de Jean-François Griblin. Il permettait de rêver que grâce à la science, on pouvait dépasser la connaissance et les limites. »


Claire Voisin, mathématicienne

« Le livre qui m’a donné le goût des sciences ? Très clairement le manuel d’algèbre de Terminale de Marcel Condamine et Paul Vissio que mon frère aîné m'avait passé et où j'ai découvert des mathématiques bien plus avancées et modernes que ce que je faisais au collège. J'en garde un souvenir un peu magique, même si ensuite ce livre s'est perdu. »


David Elbaz, astrophysicien

« Je ne me souviens plus très bien à quel âge, probablement vers 13 ans, je suis tombé sur L’Univers de la science d’Isaac Asimov que mon père avait acheté. Je devrais plutôt dire que c’est l’inverse qui s’est passé vu le poids du livre. En plongeant dans ce recueil traitant de tous les domaines de la science, j’eus l’impression d’avoir un accès direct à un trésor inépuisable recélant les plus grands secrets de l’univers. 

La science décrite par Asimov apparaissait comme doit apparaître aujourd’hui Google pour le non initié aux sciences, une porte ouverte à un lieu où se trouvent les réponses à toutes nos questions. En y repensant, je crois que ce livre me fit un effet analogue à l’éclat du regard de son auteur : au travers d’un discours sur la science, transparaissait un amour de la nature, la certitude d’une beauté qui attendait de se révéler à nous si nous acceptions de regarder ce qui se cachait sous la peau du monde.

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2fd47f39e8 320b 4cd3 a682 582304dcf1fb inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1
Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f03f67054 43f2 40ca af93 8f12c5a6baf6 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1

Bien plus tard, à l’âge de 20 ans, ce fut L’Heure de s’enivrer avec Hubert Reeves. Un scientifique osait poser la question du sens de l’univers, donnait des éléments de réflexion et, subtilité ultime, ne répondait pas à la question. J’ai longtemps cherché à savoir ce que pensait Hubert, que j’ai rencontré depuis, étant moi-même devenu astrophysicien. Mais j’ai finalement trouvé une réponse avant de pouvoir lui poser la question : la réponse est dans la question, ou plutôt la réponse est LA question, l’art de la question. La question, vivre avec elle, l’habiter, la fréquenter au quotidien donne sens à notre univers sans qu’on ait besoin de l’enfermer dans une réponse qui nous aide à dormir, mais pas à vivre.

Plus tard, il y eut Du monde clos à l’univers infini d’Alexandre Koyré qui me révéla le génie de Nicolas de Cues, capable de concilier le mystère de l’univers avec les réponses de la science, voyant le tissu de l’édifice scientifique se déchirer au travers des paradoxes, véritables portes vers la question ouverte, celle qui ne trouve pas de réponse, mais aide à vivre.

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f782af7b7 ed55 453e 8515 9f2534942cfa inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1
Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f074531c6 ba3e 4101 83d5 8bbfd5365bf4 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1
Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f95b24c1e 782c 4122 a3c0 ca373c6cea47 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1

Puis Les Somnambules d’Arthur Koestler où l’on voit le contour des épaules des géants qui nous ont précédé se dessiner avec plus de netteté, où l’on comprend la souffrance qui mène à la connaissance, l’aventure qu’elle représente, une aventure qui nous construit, contrairement à l’idée d’un corpus de savoirs scientifiques que possèderaient les savants. 

Puis, il y eut Dune, de Frank Herbert, où l’univers devenait le théâtre où se jouait le destin de l’humanité. Et « Le cycle de Fondation » d’Asimov où la capacité prédictive de la science se prend les pieds dans le destin de l’humanité avec la psycho-histoire censée prévoir le futur à partir de la connaissance du passé, mais où, surtout, l’homme se confronte avec la science. »


Nicolas Teyssandier, archéologue

« Je dirais Le Tour du monde en 80 jours de Jules Verne, qui mêle science et imagination, et Tristes tropiques, de Claude Lévi-Strauss, qui, entre récit de voyage et philosophie, mêle géologie, musique, littérature, anthropologie sociale et sociologie. »

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f304371bf 4023 463d 9537 a69fe8ff6d6b inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1
Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f1a5ba506 e8e6 4114 b665 ba6293ddc83e inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1


Catherine Hill, statisticienne et épidémiologiste

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f9265c87f 62d8 42f3 92fb b884fbede3ae inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1

« J’avais déjà le goût des sciences quand je l’ai lu mais j’ai envie de vous parler de The Visual Display of Quantitative Information, d’Edward Tufte. C’est un très joli livre sur les représentations graphiques, très réussi, très amusant, très bien fait, qui a changé des choses dans ma manière de regarder des graphiques. C’est une histoire de style mais pas seulement, un peu comme la grammaire quand on écrit. »


A vous ! Vous êtes mordu(e) de sciences ? Parlez-nous dans l'espace réservé aux commentaires des livres qui ont nourri votre passion.

Mathieu travaille chez Bookwitty à Paris. Il est responsable éditorial des contenus publiés en français.

0 Comments

Please log in or sign up to join the discussion