We think that you are in United States and that you would prefer to view Bookwitty in English.
We will display prices in United States Dollar (USD).
Have a cookie!
Bookwitty uses cookies to personalize content and make the site easier to use. We also share some information with third parties to gather statistics about visits.

Are you Witty?

Sign in or register to share your ideas

Sign In Register

La vie d'Etel Adnan

Tamyras Éditions By Tamyras Éditions Published on April 4, 2016

Found this article relevant?

Bookwitty and Elias found this witty
2

Etel Adnan est poète, écrivain et peintre. 

Etel Adnan est née le 24 février 1925 à Beyrouth d’un père musulman né à Damas haut gradé dans l’armée ottomane et d’une mère grecque chrétienne qui se sont rencontrés à Izmir durant le siège de la ville en 1922. Elle apprend le français et l’anglais à l’école et son père l’initie à l’arabe. Elle poursuit des études à l'Ecole des Lettres avant de terminer sa licence ès-Lettres à l'Université de Lyon, et son D.E.S. de philosophie à la Sorbonne. Elle est parmi les premiers étudiants à suivre les cours de Gabriel Bounoure à l’Ecole des Lettres à Beyrouth. Elle suit des études de philosophie à l'Université de Californie, Berkeley, et à Harvard puis enseigne la philosophie au Dominican college de San Raphael en Californie de 1958 à 1972. En raison de sa colère face aux événements d’Algérie, elle résiste à l’envie d’écrire en langue française et se concentre surtout sur la création visuelle. Mais la guerre du Vietnam réveille en elle le désir d’écrire et elle rejoint ainsi le mouvement des poètes contre la guerre. Elle se qualifie alors de « Américian poet ». Revenue à Beyrouth, elle est journaliste au Safa puis à l'Orient-Le Jour jusqu’en 1976. 

En 1977, son roman Sitt Marie Rose est publié à Paris et gagne le prix France-Pays arabes. Elle retourne s'installer en Californie en 1977. Elle a donné en Californie des sessions, des cours et des conférences dans plus de 40 universités aux Etats-Unis. Elle vit désormais entre Sausalito (San Francisco), Paris et Beyrouth. Etel n’est pas une globe-trotter mais est plutôt attachée aux endroits qui lui tiennent à cœur. La revue MELUS qualifie l’histoire de la vie d’Etel comme une histoire de déplacement et d’aliénation. « Comme n’importe quel écrivain sérieux, mon public ne peut pas être réduit à ces pairs arabes ou à un public arabo-américain. Les livres ont leur propre vie et personne ne peut en assurer leur destinée. L’unique chose que nous pouvons constater c’est l’existence d’un corpus croissant d’une littérature arabo-américaine et de l’effort des gens qui essaient de la connaître et de la faire connaître. » Poète et écrivain bilingue, elle écrit surtout en anglais bien que deux de ses œuvres majeures, Sitt Marie Rose et L'Apocalypse arabe aient été écrites en français. Le multilinguisme D’Etel lui a toujours été complexe puisqu’elle ne savait dans quelle langue écrire. Elle a souvent pointé du doigt sa difficulté à choisir une langue vu l’émotion que chacune d’elles éveille en elle et surtout l’interaction avec des événements extérieurs comme les guerres et les conflits. Pour Etel, la langue renvoie fatalement à un esprit qui doit être en harmonie avec ses idées. Mais en définitive, et au terme d’un long processus, Etel saura exploiter son multilinguisme pour en faire une source de créativité. Le monde d’Etel est un monde à part, d’univers personnel où son écriture mêle sagesse, politique, histoire et, à travers sa maîtrise de la métaphore, images. « L’art abstrait c’était l’équivalent à l’expression poétique ; je n’ai pas éprouvé le besoin de me servir des mots, mais plutôt des couleurs et des lignes. Je n’ai pas eu le besoin d’appartenir à une culture orientée vers le langage mais plutôt à une forme plus ouverte d’expression, » dira-t-elle.

La plupart de ses livres ont été traduits en arabe et ont fait l'objet de nombreuses études universitaires à l'étranger, notamment aux Etats-Unis. Elle a plusieurs livres publiés en France et sept ouvrages parus en Allemagne, ainsi que plusieurs en Italie. Etel Adnan a écrit en 1984 la partie française de l'opéra multilingue de Bob Wilson, CIVIL warS. Plusieurs musiciens ont mis en musique certaines de ses œuvres de poésie: Tania Léon, Henry Treadgill, Gavin Bryars (Adnan Songbook), Zad Multaka(Nepsis) et Annea Lockwood. Son long poème Five senses for one death, mis en musique par Zad Multaka sous le titre Nepsis, a été donné en concert au Festival de Baalbeck, ainsi que des chapitres de L'Apocalypse arabe, toujours par Zad Multaka, au Concertgebow d'Amsterdam. Elle a également écrit deux pièces de théâtre : Comme un arbre de Noël (évoquant la guerre du Golfe) et L’actrice qui a été jouée en mars 1999 à Paris.


Les différentes facettes 

L’œuvre d’Etel couvre tous les genres : poésie, roman, essai, roman épistolaire, autobiographie.

Etel romancière 

Son premier roman Sitt Marie Rose se situant au cœur de la société libanaise et reposant sur une vraie histoire a définitivement placé Etel en tant que femme arabe, au cœur de la littérature du Moyen-Orient.

Etel poétesse 

Plusieurs poèmes de Etel ont été mis en musique notamment par Gavin Bryars, Love poems d’abord commandé par la BBC puis paru sous le titre de Adnan Songbook dont la première s’est tenue au Almeida Theatre à Londres en 1996 et puis au Festival de musique de Cologne, à Vancouver, Bergen et le Festival of Other Minds à San Francisco. Tania Leon ensuite avec The Queen of the Sea qui s’est produit à New York. Henry Threadgill a mis en musique cinq sections de The Arab Apocalypse qui s’est produit à Oakland en 1999. Annea Lockwood a mis en musique des parties de son poème Sea qui s’est tenu sous le titre Luminescence à La Mamma dans le cadre du Festival Sounds like now à New York en octobre 2004.

Zad Moultaka a été chargé par le Festival de Baalbek de mettre en musique Fives Senses for One Death. Ce spectacle a été présenté en 2005 à Baalbek sous le titre Nepsis et puis au Festival Saintes en France et au théâtre des bouffes du Nord à Paris.

Zad Moultaka a également été chargé par le concertgeboüw Orchestra à Amsterdam pour écrire un opéra Ur. Le texte contient cinq sections de The Arab Apocalypse. Le travail a été présenté à Amsterdam le 1er décembre 2007. Le poème Jennine a été mis en scène en 2006 par Thedoros Terzopoulos au théâtre Attis d’Athènes.

Etel Dramaturge 

Etel a écrit la partie française de Of Civil warS un opéra multilingue de Robert Wilson qui a été présenté à Lyon et Bobigny en 1985. Elle a écrit L’Actrice qui a été jouée en mars 1999 à Paris au théâtre de La Ménagerie de Verre.

Elle a écrit aussi Comme un arbre de Noël, Like a Christmas Tree qui a été présenté au Venue de San Francisco en 2003, à Dusseldorf en 2003 en Argentine en 2003 et en Italie en 2005. Proximité et éloignement de la mémoire (écrit par Etel) s’est joué au théâtre La Panta à Caen en France en 2009. Sitt Marie Rose a été adapté au théâtre et joué au Forum Freix Theater à Dusseldorf en 2009. En octobre 2011, à Dusseldorf, une pièce basée sur To be in a time of War s’est jouée ainsi qu’à Berlin et Beyrouth.

Etel Peintre (et aussi céramiste) 

Etel a commencé à peindre à l’âge de 33 ans. Elle s’est également intéressée aux tapisseries et aux céramiques. Etel a fait une quarantaine d’expositions personnelles ainsi que de nombreuses expositions de groupe. Elle a notamment exposé au British Museum, au Musée d’art oriental à Moscou, et à l’Hermitage de Saint-Pétersbourg. On dit souvent qu’Etel peint en arabe. Par la calligraphie elle redécouvre cette langue. Elle a participé à Force of Change : Artists of the Arab World en 1994. Elle combine la calligraphie arabe avec les mots dans plusieurs de ses œuvres. La plupart des peintures d’Etel expriment son amour pour le Mont Tamalpais en Californie. Elle a souvent peint la montagne.

Etel au cinéma : Un film de 30 minutes basé sur l’édition allemande de Paris, When it’s Naked a été réalisé par le producteur de télévision suisse-allemande Heinz Butler et montré sur les télés suisse et allemande au printemps 2000. Vouvoula Skoura a réalisé un film de 40 minutes basé sur On Cities and Women (en grec) en 2007. Ce film a été présenté à la télévision grecque et dans plusieurs festivals.

Issues des valeurs de cette Méditerranée si riche, Tamyras Éditions vous offrent à découvrir les auteurs et les idées de ce côté-ci du monde. Francophonie, diversité, partage, transmission, ... Show More

Found this article relevant?

Bookwitty and Elias found this witty
2