We think that you are in United States and that you would prefer to view Bookwitty in English.
We will display prices in United States Dollar (USD).
Have a cookie!
Bookwitty uses cookies to personalize content and make the site easier to use. We also share some information with third parties to gather statistics about visits.

Are you Witty?

Sign in or register to share your ideas

Sign In Register

La bibliothèque idéale de Vincent Voillat, artiste plasticien

Arnaud Idelon By Arnaud Idelon Published on October 18, 2017

C’est à La Station - Gare des Mines que m’accueille Vincent Voillat. Il est le directeur artistique du collectif MU, qui occupe cette ancienne gare de charbon de la porte d’Aubervilliers. Après un rapide tour du propriétaire de cette friche devenue l’un des points de chute de la scène musicale indé parisienne, on se pose sur deux transats pour profiter de l’été indien. Vincent Voillat a apporté les livres qu’il souhaite partager et les couvertures attisent ma curiosité.

Le lieu, abrupt, froid et tout de brique vêtu, résonne tout particulièrement avec l’univers complexe de cet artiste pluridisciplinaire, tantôt mineur, tantôt archéologue. Né en 1977 à Nantua (Ain), Vincent Voillat entretient un rapport particulier avec les pierres et les minéraux. À travers cette matière première singulière, il joue de la fouille et de l’extraction pour construire une poétique de la trace, de l’empreinte, de la strate.

Par ces bouts de roche qu’il malmène, creuse, coupe et éclate en assumant la part physique de violence présente dans sa démarche, il déploie au fil de ses œuvres une longue méditation sur la mémoire, les signes et leur interprétation, les choses et les mots, le réel et le virtuel.

« La Collection », l’une de ses œuvres les plus saisissantes à cet égard, emblématise cette invisibilisation du sens derrière les apparences. Exposant toute une série de pierres amassées au gré de ses trouvailles, certaines brutes d’autres travaillées selon divers protocoles, il les agence selon un ordonnancement dont lui seul détient l’argument intime. Le secret de leur disposition, des échos internes et des associations qui les lient, font de ces pierres quelque chose d’un degré zéro du ready made.

Avec « Stone’s Satellite Dishes, n° 1, Le Caire », il donne forme avec le tailleur de pierres Kamal Barra à une parabole TV encastrée dans une pierre aux allures de monolithe préhistorique, méditation sur le rapport de l’homme contemporain aux astres et aux mythes.

Avec « A Genoux », qu’il montre lors de Nuit Blanche 2013, c’est au plus près d’un territoire – celui de la Goutte d’Or à Paris – qu’il décide d’imaginer une sculpture collective en mettant à contribution riverains et usagers. Trente-six moulages de paires de genoux forment un autel silencieux et méditatif, interrogeant à la fois l’idée même de vulnérabilité de l’être et la vocation à l’éternité du monument.

Vincent Voillat a exposé au Magasin (Grenoble), à la Städtische Galerie d’Erlangen en Allemagne, à l’Ambassade de France à Moscou et, à Paris, au Théâtre des Bouffes du Nord et à la Galerie Eric Mouchet. Son œuvre, plurielle et polyphonique (la vidéo croisant la sculpture et l’installation) est jalonnée de motifs récurrents et obsessionnels que j’avais à cœur de retrouver dans ses lectures, que je savais multiples.

Commençons par parler de vos livres en tant qu’auteur : avez-vous déjà publié ?

J’ai participé, avec Olivier Bardin et Christelle Lheureux, à la réalisation du catalogue de l’exposition « Les Managers de l’immaturité » qui se déroulait au Magasin à Grenoble quand j’étais étudiant en 1999, c’était la toute première fois que j’étais confronté à la fabrication d’un livre, c’était très stimulant. C’est un objet qui s’est construit comme une sorte d’extension de l’exposition. Depuis, j’ai participé à plusieurs éditions, sans jamais réaliser mon propre livre. J’y pense sérieusement car le texte prend une place très importante dans mon travail plastique, il accompagne très souvent mes expositions.

Par ailleurs, je travaille depuis un moment avec Anna Lemoine sur un projet d’édition du nom de Bâtard. Ce sera un ensemble de livres qui seront autant d’invitations lancées à des artistes pour faire quelque chose avec une personnalité de leur choix. On voudrait que chaque objet soit un espace d’échange et d’expérimentation.

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f88491d4a 8f9b 4d38 bf5f 5e03fc47f02f inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1

Un livre en particulier vous a-t-il donné envie de devenir artiste ?

Il y a eu ce catalogue, dans la bibliothèque de ma tante, avec des reproductions des œuvres de Miro : sans rien comprendre, j’ai eu l’intuition d’un langage, qu’une image pouvait parler. Puis plus tard Fictions, de Borges. C’est un livre essentiel qui m’a permis de me défaire de toute forme de blocages référentiels et qui a propulsé mon imaginaire. Un livre qui contient des livres qui n’existent pas, des bibliothèques infinies, bref le bonheur.

Je vous sais grand lecteur, d’essais en particulier. S’il fallait n’en retenir qu’un ?

Il y en a beaucoup, je suis très versatile, mais les deux plus prégnants sont Les Trois écologies de Felix Guattari et La Société du spectacle de Guy Debord, ils reviennent très souvent à mon esprit et je les trouve sévèrement d’actualité. Je suis en ce moment très focalisé sur La Vie des plantes : une métaphysique du mélange d'Emanuele Coccia. Je trouve qu’il fait partie d’une nouvelle génération de penseurs très stimulants comme Tristan Garcia, Camille de Toledo ...

Je vous croise souvent en vernissage et expositions. Est-ce que les catalogues sont votre truc ?

Je vois beaucoup d’expositions en galerie ou dans des lieux comme des « artist-un spaces » et il est rare que ces structures aient les moyens de produire des catalogues. Alors je vais plutôt parler d’une partie de ma collection de catalogues comme celui de l’exposition rétrospective du Groupe Zero signé par certains de ses membres.

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f2584d5e0 11a8 49c2 902e 8faa16ed1d18 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1

N’y voyez pas un message caché : si vous deviez m’offrir un livre d’art, ce serait lequel ?

J’ai eu la chance aux Beaux-Arts de Grenoble de traverser le chemin et la bibliothèque qu’avait constituée Jean-Pierre Nouet. Un trésor qui rassemblait un nombre impressionnant de livre d’artistes, avec des éditions rares de Fluxus entre autre, il y avait même un multiple d’Yves Klein, des choses innombrables et incroyables. S’y trouvait aussi la grande monographie de référence, conçue et dessinée par Vasarely en quatre volumes, tous d’un format différent. Un objet qui m’a imprégné longtemps, jusqu’au jour où je me la suis offerte pour presque rien en édition originale. Les deux premiers volumes sont disponibles aux Presses du réel.

Sinon, j’aime beaucoup A crackup at the race riots d’Harmony Korine, un objet très singulier entre livre d’art, romans et scénario, c’est super énergisant, publié par Faber & Faber, et en plus il est très accessible.

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f74177787 030a 4d04 8ffc 78fc81821fcc inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1

La meilleure définition de l’art, vous la trouvez sous la plume de qui ?

J’avoue que je ne l’ai pas encore trouvée.

Est-ce qu’il y a un bouquin en particulier qui pourrait vous dégoûter de l’art contemporain ?

Il n’y en n’a pas encore un seul qui ait réussi.

Avez-vous un livre à nous conseiller sur l’art sonore ?

Il faut parfois savoir lire avec les oreilles parce que le projet du label de Joachim Montessuis, collaborateur de longue date avec le collectif MU, est excellent : Erratum. Après, il est difficile de passer à côté du répertoire musique de la collection Allia pour son éclectisme. Sans oublier une mention spéciale pour Lipstick Traces de Greil Marcus.

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2fbf07d804 b85c 43be bc09 b6ce1f7aab63 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1

Vous avez été en résidence avec Philippe Vasset. Quelles sont vos lectures favorites de cet auteur ?

Un livre blanc que j’ai découvert il y a un moment – il a profondément modifié ma façon d’appréhender et de voir la topographie urbaine – et La Conjuration parce que nous vivons avec le collectif MU précisément sur le territoire qu’a arpenté Philippe Vasset dans ces deux livres. C’est comme si nous participions un peu à la continuité de ces récits avec les projets de la Station.

Vous avez exposé il y a peu à la Galerie DIX9 Hélène Lacharmoise, à Paris, « Ravin de Peu », qui explore votre relation à la terre, aux paysages de votre enfance « presque bûcheronne ». Un livre pour nous guider dans ces territoires?

Je lis pas mal de textes extraits d’études géologiques… Il y a bien sûr L'Écriture des pierres de Roger Caillois ; en disciple de Marcel Mauss, il relie les motifs du minéral et notre imaginaire. Sur la forêt, beaucoup d’ouvrages m’ont captivé mais je retiendrais l’essai de Robert Harrison Forêts, essai sur l’imaginaire occidentale chez Champs. Il est aussi beaucoup question de flux et de marche. Un de mes livres de référence est L’amour de la marche de Philippe Lutz. Citons aussi un classique sublime : L’Ascension du mont Ventoux de Pétrarque. Et sur la question de la mémoire Il y a Écorce de George Didi-Huberman.

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2fa4d7ab54 abff 441c ba35 f06e07aa6fc3 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1

Le livre d’un artiste avec qui vous exposez en ce moment ?

re/productions, le catalogue de l’exposition de Cyril Zarcone. J’ai exposé avec lui une fois, chez Kit, dont il est l’un des fondateurs, et j’ai participé à une exposition collective dans sa galerie, Galerie Eric Mouchet, curatée par Romain Semeteys. La galerie produit une édition pour les solos des artistes, un espace très libre. Cyril m’a invité à y participer et m’a offert un espace où l’on peut lire un texte issu d’une de mes expositions.

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2fd712894a 7ee4 4509 b9e6 38f8f7e9b607 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1

Le roman auquel vous aimeriez dédier une installation ?

Sucre de pastèque de Richard Brautigan, j’y pense encore et encore et encore, mais ce ne sera pas pour tout de suite.

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f7ee8aafd 1b77 4d4a 89f4 b77ac1605f9b inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1

Dans l’Institut d’Esthétique, présenté à Glassbox en février 2017, vous questionnez l’expérience esthétique et le rapport œuvre/spectateur. Un bouquin de référence à nous conseiller sur le sujet ?

Ce projet est une proposition des artistes Émile Degorce-Dumas & Haily Grenet. Le projet initial s’est pas mal appuyé sur l’Essai sur le don de Marcel Mauss. Une des bases de travail de la vidéo d’Elsa Philippe, pièce emblématique de cette version 3 de l’Institut d’Esthétique, fut Le Corps des autres d’Ivan Jablonka, pour tout connaître des coulisses du travail d’une esthéticienne.

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f48c126e1 ac63 41f5 8200 89fd138e9eb6 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1

Sur « Panoptisme », vous travaillez avec Antoine Bougeard sur l’univers carcéral en Turquie. Connaissez-vous un livre qui raconte un tant soit peu la réalité de ce milieu ?

Je suis arrivé sur le projet à un moment particulier car une grande partie du travail de captation sonore et de montage avait été réalisé. Antoine Bougeard attendait de moi que je crée une image, un espace avec de la lumière pour diffuser ces sons spatialisés pour un espace d’exposition.

J’ai pas mal échangé avec Antoine sur ses lectures. Il m’a dit qu’il avait lu beaucoup de livres écrits par des personnes incarcérées ou des proche. Il m’a parlé d’un livre publié par l'Observatoire international des prisons, Passés par la case prison, et de Sociologie de la prison de Philippe Combessie. Les livres du philosophe Tony Ferri sont bien aussi, notamment Le pouvoir de punir, tout comme Pour en finir avec la prison d'Alain Brossat.

Mais ce qui a été sans doute l’expérience la plus décisive pour lui, c’est l’entrée en prison, notamment sa première visite à la prison de Nanterre, qui l’a complètement bouleversé.

Si vous deviez ne garder qu’un seul livre, ce serait lequel ?

Les Émigrants de W.G. Sebald. À force de l’offrir, ce livre avait disparu de mes étagères, il me revient par échos successifs, comme la visite de fantômes, comme ceux qui habitent ce livre.

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2fe7877009 4f66 4933 b7ad a500eba98a01 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1

Quels sont vos livres de chevet ?

Je collectionne des livres, souvent anciens, que je trouve régulièrement sur une brocante à Tours le mercredi matin avant d’aller donner mes cours aux Beaux-Arts. J’ai sur ma table de chevet une édition du début du siècle, un ouvrage pédagogique sur les oiseaux, entre descriptions scientifiques, poèmes et gravures, chapitré par espèces dont certaines ont disparu. Y traînent de vieilles revues, Le nouveau Planète et Histoire et guide de la France secrète, et, ces derniers temps, Les Potentiels du temps de Camille de Toledo, Aliocha Imhoff, et Kantuta Quirós.

Et votre must have du moment ?

Les Bords de la fiction de Jacques Rancière

Concrete’s Waves vous a mené en Égypte sur les traces de la révolution et du printemps arabe. Pouvez-vous nous conseiller un livre d’un artiste égyptien ?

Haytham El Wardany How to disappear parce que c’est un manuel, une liste, mais qui convoque la question du son et notre capacité à nous transformer par l’écoute. En filigrane, c’est le Caire que j’ai expérimenté, ses bruits, cette énergie ; je retrouve tout ça dans cette petite édition.

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f833d1023 247d 4159 93f0 198fd28e83b6 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1

Un livre sur les printemps arabes ?

Ce n’est pas des livres qui parlent directement du sujet, mais j’ai lu un livre excellent qui a été pour moi une base de réflexion pour décrypter ce qui s’est passé à ce moment-là, écrit par le Collectif Retort Des images et des bombes - politique du spectacle et néolibéralisme militaire de la nécessaire collection Les Prairies ordinaires aux Éditions Amsterdam. Et puis mon obsession pour les murs qui semblent expliquer beaucoup de nos maux contemporains, chez le même éditeur: Murs de Wendy Brown.

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f287e6895 51b6 4248 8a7f ef4577d2d2f6 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1

Une certaine frange de votre œuvre peut se lire comme une variation sur l’enfance. Avez-vous un livre en particulier à nous conseiller sur ce thème ?

L’Arrière-saison d’Adalbert Stifter. Ce roman initiatique, qui a des aspects conservateurs, est écrit dans une langue magnifique quoiqu’un peu ampoulée, mais il y a beaucoup de choses que j’aime vraiment comme cette façon de ne jamais citer de nom, ces moments ultra contemplatifs, le rapport à la nature et au minéral. Il y a là des atmosphères et des ambiances, de l’amour bienveillant, une simplicité à vivre, un émerveillement permanent ; un écho lointain de mon enfance.

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f880d001a aa59 4e3a a7d7 cfe992893303 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1

De « Il n’y a plus rien, le crépuscule est grandiose » à « La Collection », il y a un peu de Rimbaud dans toutes vos créations. Est-ce une œuvre qui vous inspire particulièrement ?

Oui, à bien des égards. Ses poèmes dans une édition de poche du début des années soixante qui appartenait à mon père ont été un des premiers recueils que j’ai eu sous les yeux. Puis je me suis complètement plongé dans les correspondances de la fin de sa vie. C’est vertigineux de voir l’effondrement d’une telle fulgurance. Et puis j’ai pu, au gré de mes nombreux déménagements, vivre un peu à Charleville-Mézières, marcher dans ses pas, être guidé par cette liberté.

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f59a05de4 2f6f 4785 afb9 7c8d31193478 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1

Dernière question : qui est votre double dans le monde des lettres (auteur ou personnage) ?

Richard Brautigan ou Ryû Murakami, en particulier La guerre commence au-delà de la mer. Je relis régulièrement ces auteurs, ça me colle à la peau.


Illustrations : © Vincent Voillat 

  • Les Managers de l’immaturité, catalogue de l’exposition (1999). Crédit photo : CR
  • Couverture du catalogue ZERO Internationale Künstler-Avantgarde der 50er/60er Jahre. Crédit photo : CR
  • La grande monographie de référence, conçue et dessinée par Vasarely, projet de façade d’immeuble (1970). Crédit photo : CR
  • « Rail Océan », Jardin Rosa-Luxemburg, dans le cadre de Nuit Blanche 2017. Crédit photo : CR
  • Vue de l’exposition « Le ravin du Peu » à la galerie Dix9, Hélène Lacharmoise (2017). Crédit photo : CR
  • Couverture de re/productions, catalogue de l’exposition de Cyril Zarcone (2017). Crédit photo : CR
  • Céphalophores 2 et 3, et Magma Zener, Vincent Voillat (2017). Vue de l’exposition « Va-et-vient », galerie Eric Mouchet, commissariat Romain Semeteys. Crédit photo : Robin Lopvet.
  • La Collection (le soin), de Vincent Voillat (2017). Vue de l’exposition L’Institut d’Esthétique, galerie Glassbox, commissariat Haily Grenet et Émile Degorce Dumas. Crédit photo : Margot Montigny.
  • « Panoptisme » réalisé par Antoine Bougeard en collaboration avec Anne Berelowitch (metteuse en scène), Vincent Voillat (scénographie), Arnault Damien (ingénieur du son) et May Bouhada (comédienne) avec le Collectif MU 2017, Garage MU. Crédit photo : CR.
  • « Concrete's waves, souvenir of a revolution » - Albâtre, 7,5 X 4,5 X 16 cm, édition de 10, Vincent Voillat (2016). Crédit photo : Margot Montigny.
  • « Les révoltés ( Le Caire 1) », 7,5 X 4,5 X 16 cm, pièce unique, Vincent Voillat (2017). Crédit photo : Margot Montigny.
  • Layers / Le viaduc, 50X40 cm - Tirage pigmentaire - Vincent Voillat (2014), édition de 5 + épreuve d'artiste.
  • « La Collection (Sans-titre 1) » , 7,5 X 4,5 X 16 cm, Série de 12 pièces uniques - Vincent Voillat (2017). Crédit photo CR. 
Commissaire d'exposition et cofondateur du collectif BLBC, Arnaud Idelon est avant tout un grand passionné de lecture à la recherche de la moindre pépite, culte ou méconnue.

0 Comments

Please log in or sign up to join the discussion

5 Related Posts