We think that you are in United States and that you would prefer to view Bookwitty in English.
We will display prices in United States Dollar (USD).
Have a cookie!
Bookwitty uses cookies to personalize content and make the site easier to use. We also share some information with third parties to gather statistics about visits.

Are you Witty?

Sign in or register to share your ideas

Sign In Register

Jeunes écrivains, quelques success stories

Laure Atlani By Laure Atlani Published on September 23, 2016

Found this article relevant?

Jacques, Idrissa and Bookwitty FR found this witty
3

En France, si le rêve d’être publié est très répandu, il demeure inaccessible pour beaucoup d’auteurs en herbe. En effet, les maisons d’édition croulent sous les manuscrits qui, bien souvent, n’arriveront jamais jusqu’au libraire. Lorsque les écrivains sont jeunes, l’espoir de se voir publié est encore plus mince. Pourtant, on recense quelques expériences couronnées de succès. Petit reportage.


Edouard Louis

A seulement 24 ans, Edouard Louis, né Eddy Bellegueule, est un auteur à succès. En janvier 2014 (il n’a alors que 21 ans et s’apprête à être diplômé de l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm), il publie son roman autobiographique En finir avec Eddy Bellegueule, qui s’écoule à plus de 300 000 exemplaires, avant d’être traduit en vingt langues. Dans ce livre, il raconte son enfance et son adolescence marquées par les moqueries de son entourage du fait de son homosexualité. Il a reçu en 2014 le prix Pierre Guénin contre l’homophobie et pour l’égalité des droits.

Sacha Sperling

Né en 1990, Sacha Sperling publie en 2009 un roman qui sera l’un des succès de la rentrée littéraire : Mes illusions donnent sur la cour, titre inspiré de la chanson de Serge Gainsbourg. C’est l’histoire d’un collégien vivant à Paris et appartenant à une famille aisée. On suit ses aventures amoureuses, sa relation tendue avec ses parents, ses plongées dans l’alcool, la drogue… Il est traduit en 9 langues. Il a ensuite publié trois autres romans : Les cœurs en skaï mauve en 2011, J’ai perdu tout ce que j’aimais en 2013 et Histoires de petite fille en 2016.

Marien Defalvard

En 2007, Marien Defalvard, 14 ans, obtient son baccalauréat et se lance dans la foulée dans l’écriture de son premier roman, intitulé Du temps qu’on existait. Il paraît en 2011, alors que le jeune auteur est âgé de 19 ans. Le roman suit la réflexion d’un homme sur sa vie, retraçant ses souvenirs à travers les divers paysages de France. Il a été récompensé à deux reprises en 2011, par le Prix de Flore et le Prix du premier roman.

Cécile Coulon

Agée de 26 ans, Cécile Coulon est déjà l’auteure de 8 romans, le premier ayant été publié en 2007, alors qu’elle n’avait que 17 ans. Il s’intitule Le Voleur de vie et raconte l’histoire de Joko, célibataire solitaire qui pense sans arrêt à la prof de français dont il a été amoureux quinze ans plus tôt. Son dialogue intérieur lui fait réaliser qu’il est temps de changer de vie. La jeune auteure a reçu de nombreuses distinctions dans sa carrière déjà conséquente. En 2012, elle s’est vu remettre pour Le Roi n’a pas sommeil le Prix Coup de foudre des Vendanges littéraires et le Prix Mauvais genres. La même année, et pour le même ouvrage, elle a fait partie de la sélection Prix France Culture-Télérama et a été finaliste pour le Prix Franz Hessel.

    Found this article relevant?

    Jacques, Idrissa and Bookwitty FR found this witty
    3