We think that you are in United States and that you would prefer to view Bookwitty in English.
We will display prices in United States Dollar (USD).
Have a cookie!
Bookwitty uses cookies to personalize content and make the site easier to use. We also share some information with third parties to gather statistics about visits.

Are you Witty?

Sign in or register to share your ideas

Sign In Register

Je t’aime, je te hais, je te laisse, je te retrouve, dans L'Orient-Le Jour

Tamyras Éditions By Tamyras Éditions Published on October 11, 2017

Anne Defraiteur Nicoleau, journaliste et écrivaine née en Belgique, quitte le Liban durant l'été 2006 pour y revenir dix ans plus tard avec un roman témoin de son coup de cœur pour Beyrouth. 

« Un paysage plein de fraîcheur, d'ombre et de silence, une vue des Alpes prise du sein d'un lac de Suisse, voilà Beyrouth par un temps calme. C'est l'Europe et l'Asie se fondant en molles caresses ; c'est pour tout pèlerin un peu lassé du soleil et de la poussière, une oasis maritime. » Voilà comment était décrit le Liban par Nerval au XIXe siècle. Les choses ont changé. Certes, aujourd'hui, les immeubles encore troués par la guerre pourraient nous faire penser au gruyère, mais la petite Suisse du Moyen-Orient n'est plus. Le Liban et sa capitale restent néanmoins une véritable source d'inspiration pour les auteurs étrangers. Sorj Chalandon, Richard Millet, Emmanuel Villin, pour ne citer qu'eux, ont fait revivre Beyrouth dans la littérature du XXIe siècle. Les récits sur l'après-guerre sont donc nombreux. Parmi eux, Palace Café

Un coup de cœur 

Anne Defraiteur Nicoleau, journaliste et écrivaine née en Belgique, quitte le Liban durant l'été 2006, après y avoir vécu quatre ans. Elle publie cette année son premier roman. Dans Palace Café, l'auteure a su très justement cerner la réalité libanaise d'aujourd'hui. Entre nostalgie, amour perdu, secret et non-dit, nous suivons le narrateur Antoine, de retour à Beyrouth en 2003, après un long exil en France. « Quinze ans d'absence et rien ne m'avait manqué, je le savais. Je n'aimais pas mon pays, c'était honteux et aussi méprisable que de ne pas chérir ses parents. » Perdu dans son propre pays, Antoine revient au Liban pour voir son père malade mais surtout pour chercher des réponses concernant la mort, dans des circonstances tragiques, de son frère. 

Sélectionné pour le prix France-Liban 2016, Palace Café est le témoin du coup de cœur de Anne Defraiteur Nicoleau pour Beyrouth. À dévorer absolument

Tags

Issues des valeurs de cette Méditerranée si riche, Tamyras Éditions vous offrent à découvrir les auteurs et les idées de ce côté-ci du monde. Francophonie, diversité, partage, transmission, ... Show More

0 Comments

6 Related Posts