We think that you are in United States and that you would prefer to view Bookwitty in English.
We will display prices in United States Dollar (USD).
Have a cookie!
Bookwitty uses cookies to personalize content and make the site easier to use. We also share some information with third parties to gather statistics about visits.

Are you Witty?

Sign in or register to share your ideas

Sign In Register

Je préfère les « Jours tranquilles» aux guides de voyage

Sabyl Ghoussoub By Sabyl Ghoussoub Published on July 13, 2017

Found this article relevant?

5
This article was updated on November 13, 2017

J'ai rarement visité un pays un guide de voyage à la main. La sélection des meilleurs hôtels, restaurants, musées me déprime, voire m'horripile. Faut juste y aller, pas en baroudeur, mais y aller. Bien que parfois, histoire de pas mourir ici ou là, vaut mieux se renseigner. Après, tout dépend. Dans certains pays, généralement, on sait. Même si Harlem, le 9-3 et Tower Hamlets peuvent s'avérer bien plus sûrs que le Financial District, les Champs-Élysées et Notting Hill. Et Ramallah, Beyrouth et Le Caire bien plus excitantes que Paris, New York et Londres.

Nuits blanches et citronniers

Les éditions Riveneuve l'ont bien compris. À travers la collection «Jours tranquilles », elles relatent la vie quotidienne de zones souvent présentées par les médias occidentaux comme dangereuses : Alger, Beyrouth, Le Caire, Gaza, Kaboul, Ramallah, Europe de l’Est, Tunis. À la simple énonciation de ces noms, résonne en écho au moins un de ces mots : burqa, guerre, révolution, dictature, islamistes. Mais en prêtant l'oreille d'un peu plus près, on peut entendre : hiver de douceur, nuit blanche, citronniers, cinéma, musique, fête du livre...

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2fbb043781 6e44 4f5f 91ae a6a7e7418711 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1
Pêcheur en Crimée

Rédigées sous forme de chroniques courtes par des journalistes, reporters ou diplomates, ces huit ouvrages ne se lisent pas à la suite mais à l'occasion d'un futur voyage, d'une rencontre ou d'un amour. On ouvre par exemple Jours tranquilles à Tunis au lendemain d'un coup de foudre pour un Tunisien ou une Tunisienne. On feuillette le livre en se délectant de chaque ligne car on veut savoir. Savoir d'ou son odeur vient et quels sons bercent ou ont bercé son quotidien. On s'arrête et s'installe avec les habitués du café du coin, on regarde l'actualité avec toute une famille et, parfois, on assiste à une révolution ou une explosion. On voyage sans voyager mais bien plus qu'en étant sur place à suivre méticuleusement n'importe quel guide de voyage lambda.

Croiser un lion à Gaza

Gaza me donne envie ces jours-ci. Pourtant, je ne suis pas tombé amoureux d'une Gazaouie. Simplement, le blocus est toujours en cours et il m'est impossible d'y accéder. Et lorsqu'on m'interdit quelque chose, je suis comme les enfants : je veux le faire.

Karim Lebhour s'est rendu pour la première fois à Gaza en novembre 2005. Journaliste indépendant, auteur de Jours tranquilles à Gaza, il aura tout vécu de 2007 à 2010 même « la prise d'otage la plus longue dans la bande de Gaza ». Celle de Sabrina : « La lionne du zoo [...] kidnappée, à l'âge de trois mois, par un gang mafieux. Le chef de clan, un trafiquant notoire, s'en était emparé pour ajouter la lionne à sa panoplie de gangster. » Je comprends mieux maintenant sa présence dans le film Dégradé des frères Nasser. Je croyais à un énième caprice de réalisateurs ; eh bien non, l'image de cet homme armé, la lionne à ses pieds, attendant sa bien-aimée devant un salon de coiffure féminin, s'est peut-être réellement déroulée.

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f602fd255 7218 455e 8d3e d0618891a557 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1
Extrait du film Dégradé des frères Nasser

De l'élection du Hamas jusqu'aux destructions de l'opération «Plomb durci », Karim raconte le quotidien de ce million et demi d'habitants dans cette prison à ciel ouvert. D'une chronique à l'autre, on croise des jeunes femmes révoltées, des hommes plein de rêves dans les tunnels de Rafah, eldorado des contrebandiers. On trouve aussi des adresses - les fameuses bonnes adresses.

Whisky, gambas et nids-de-poule

Où prendre un verre ? Au Roots, au Deira, au Lighthouse. « Je suis invité dans l'une de ces soirées privées (...) On pourrait être à Paris ou Tel-Aviv. Les gens dansent, rient, boivent. "On fait la fête à chaque occasion, pour ne pas céder au désespoir", confie Ali, un homme d'affaires de Gaza, avant de reprendre une discussion sur les mérites comparés du whisky "single malt" ou "blended". Les bouteilles viennent de la contrebande ou des étrangers de passage qui les ramènent d'Israël. Officiellement, l'alcool n'est pas interdit à Gaza, mais personne ne prend le risque d'en vendre ou d'en consommer publiquement. »

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2fb4c56649 a06e 4d99 a794 ca22f953fe8e inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1
Plan de Gaza (éditions Riveneuve)

Où se restaurer ? Chez Abou Hassira. « Le restaurant est niché dans une toute petite rue barbouillée de graffitis exhortant à la lutte contre Israël, à l'entrée du camp de réfugiés de Shati, tout près du front de mer. L'adresse circule comme un bon coin à champignons (...) On y sert sans conteste le meilleur poisson du territoire. Les crustacés figés aux murs dans les filets de pêche sont un modèle de kitsch, mais la soupe de poisson et les gambas marinées dans une sauce au citron sont un régal et la fierté du patron, Mounir Abou Hassira. »

À voir et à faire ? Le musée de Jawdat Khoudary et les balades à moto. « Balade à moto (...) sur la route des anciennes colonies, le long de la plage. Le bitume est parsemé de nids-de-poule. On ne dépasse pas les 100km/h. C'est juste pour le plaisir de rouler et se sentir libre. »

Je préfère définitivement les « Jours tranquilles » aux guides de voyage.

D'une mère née au Liban et d'un père au Ghana, Sabyl a grandi à Paris sous la coupe d'une mama capverdienne. Photographe et chroniqueur, il a été entre 2011 et 2015 directeur du festival du film ... Show More

Found this article relevant?

5

0 Comments

Please log in or sign up to join the discussion

5 Related Posts