We think that you are in United States and that you would prefer to view Bookwitty in English.
We will display prices in United States Dollar (USD).
Have a cookie!
Bookwitty uses cookies to personalize content and make the site easier to use. We also share some information with third parties to gather statistics about visits.

Are you Witty?

Sign in or register to share your ideas

Sign In Register

"Incendies" : comment le théâtre s’est enflammé en moi

Naï Sassine By Naï Sassine Published on April 5, 2017

Found this article relevant?

5
This article was updated on November 10, 2017

Mai 2013 : à quelques jours de mon bac, ma prof de théâtre me tend un livre et me dit : « On organise une rencontre le 23, ce serait bien que tu aies lu ça avant. » Le soir-même, je rentre chez moi et je me plonge dedans : Incendies, de Wajdi Mouawad. Deux heures plus tard, le livre est refermé et mon visage trempé de larmes.

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f70501aaa 61bb 45bc b7d5 ef63a8cc6a0c inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1

Cette pièce a été un électrochoc, un coup de foudre, un incendie en moi qui ne s’est jamais éteint. C’est l’histoire d’une femme, Nawal, de sa mort, de sa fille, de son fils, les jumeaux Jeanne et Simon, de leur quête d’identité. 

C’est une odyssée qui consiste en une série « d’incendies », un retour aux origines, dans un pays ravagé par la guerre civile, une guerre absurde que plus personne ne comprend, où « les frères tirent sur leurs frères et les pères sur leurs pères ». C’est un retour en arrière, un saut dans un passé tragique, dans l’espoir d’un avenir apaisé.

L'histoire d'un amour fou

À sa mort, au Québec, Nawal laisse à ses jumeaux deux lettres : une pour leur père qu’ils croyaient mort, une pour leur frère dont ils ignoraient jusque là l’existence. Le frère et la soeur se retrouvent alors embarqués dans un périple qui les mènera jusqu’au pays natal de leur mère. 

Commence pour eux une course folle, d’un lieu à l’autre, à la recherche d’informations pour venir à bout de leur quête : le lecteur voyage avec les personnages, vit leurs rencontres, leurs moments d’espoir, leurs déceptions. On suit non seulement Simon et Jeanne, mais également Nawal, jeune, qui cherche désespérément le fils qu’on lui a sauvagement arraché.

Incendies, c’est la guerre, la douleur, la tragédie, mais c’est aussi l’histoire d’un amour fou, d’une mère pour son fils, envers et contre tout. Malgré la distance et les trahisons, malgré l’arrachement, l’horreur et la torture, l’amour de cette mère restera plus fort que tout.

« Un couteau planté dans la gorge »

Incendies, c’est la poésie, la richesse d’un langage dont on ne sait plus s’il est oral ou écrit, en vers ou en prose, noble ou vulgaire, mais qui est, sans aucun doute, un langage puissant, poignant, voire transcendant. C’est l’apaisement des âmes, l’accomplissement des promesses, c’est « un couteau planté dans la gorge ».

Incendies, c’est une série de questions qui se posent inévitablement : comment aimer en temps de guerre ? Comment survivre à la mort d’une mère ? Comment avancer lorsqu’on ne sait pas qui on est ? Tant de questions auxquelles Wajdi Mouawad tente d’apporter des éléments de réponse sans en imposer à son lecteur.

Le jour où j’ai lu Incendies, quelque chose s’est enflammé en moi, une passion nouvelle, brûlante, une volonté d’approfondir, de lire et de relire, de rire et de pleurer. Incendies c’est un oxymore, « horreur et bonheur », qui remettra en question tout ce que vous croyez savoir. À votre tour : embrasez-vous.

Hipster franco-libanaise trilingue, étudiante-chercheuse en littérature comparée, passionnée de lettres et de théâtre contemporain. J'aime boire du rosé en écoutant du rock classique ou lire en ... Show More

Found this article relevant?

5