We think that you are in United States and that you would prefer to view Bookwitty in English.
We will display prices in United States Dollar (USD).
Have a cookie!
Bookwitty uses cookies to personalize content and make the site easier to use. We also share some information with third parties to gather statistics about visits.

Are you Witty?

Sign in or register to share your ideas

Sign In Register

France : qui sont les vainqueurs des grands prix littéraires de l’automne ?

Found this article relevant?

idi, Idrissa and Olivia Snaije found this witty
3


La saison des grands prix littéraires vient de se clore en France, promettant à ses lauréats reconnaissance autant que succès commercial. Présentation des vainqueurs de ce cru 2016. 


En remettant son prix à Serge Joncour, mardi 8 novembre, le jury du prix Interallié a clôturé une saison 2016 des grands prix littéraires français qui aura majoritairement récompensé les grandes maisons d'édition. L’occasion de passer en revue les vainqueurs de l’automne et de découvrir leurs ouvrages. 


Prix Goncourt : Chanson douce de Leïla Slimani (Gallimard)

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f514c488f 73fc 4f1a 9ce8 01ad614d2f71 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1
Leïla Slimani reçoit le prix Goncourt chez Drouant, Capture d'écran

Le plus prestigieux des prix littéraires français a couronné cette année une jeune femme d’origine étrangère, un profil qui tranche avec celui de ses lauréats ordinaires. 

L’auteur : Originaire de Rabat, diplômée de Science-Po Paris, Leïla Slimani, 35 ans, a écrit pour Jeune Afrique avant de se lancer dans l’écriture et de publier son premier roman, Dans le jardin de l’ogre (Gallimard) en 2014. La franco-marocaine avait la faveur des critiques littéraires en vue de l’obtention du Goncourt 2016. 

L’œuvre : Le jury du Goncourt a expliqué avoir été séduit par « ce drame tendu », construit comme un thriller, et qui relate l’histoire de Myriam et Paul un couple qui engage la mystérieuse Louise comme nounou pour leurs deux enfants. Cette dernière va gagner leur affection et progressivement occuper une place centrale au sein du foyer, jusqu’au drame. Un Goncourt plein de tension et de suspense. 


Prix Renaudot : Babylone de Yasmina Reza (Flammarion).

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2fccfd4b34 edb2 4a6a ada9 fbbd36e6217c inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1
Yasmina Reza, DR wikimedia commons

Avec le Renaudot, remis jeudi 3 novembre soit le même jour que le Goncourt, Flammarion et Gallimard (groupe Madrigall) font cette année le doublé. 

L’auteur :  Femme de théâtre, dont les pièces traduites en 35 langues ont plusieurs fois été récompensées en France comme à l’international, Yasmina Reza, 57 ans, a également écrit trois romans. Patrick Besson, président du jury Renaudot cette année, est revenu sur son imposante carrière et a expliqué avoir voulu « au delà de Babylone, sacrer son œuvre ». 

L’œuvre : Cette fois aussi, le jury a porté son choix sur un roman à suspense. Babylone est l’histoire de deux voisins, s’entraidant après que l’un ait tué sa femme pour une sombre histoire de chat. 


Prix Femina : Le garçon de Marcus Malte (Zulma)

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f43b510ec c29d 4fea 80dc 805d7f6d04f7 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1
Marcus Malte, Zulma

Les femmes du jury Femina, qui ont avoué mal connaître l'auteur et avoir pensé à un premier roman, ont en dans le même temps récompensé une maison d’édition indépendante, Zulma. 

L’auteur : Né en 1967, Marcus Malte est déjà l’auteur de plusieurs dizaines de romans et recueils de nouvelles, récompensés par de nombreux prix littéraires, comme le prix Mystère ou le grand prix des Lectrices de Elle. Il opère autant dans le roman noir et policier, qu’en littérature jeunesse ou en BD. 

L’œuvre : « Ce roman est une météorite tombée dans les plates-bandes du monde littéraire », a salué Mona Ozouf, présidente du jury Femina. Le Garçon se déroule au début du XXe siècle et suit l’expérience d’un enfant sauvage, une « âme neuve » découvrant la condition humaine. 


Prix Medicis : Laëtitia ou La fin des hommes d’Ivan Jablonka (Seuil)

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f415a392e 169f 4a6e bd8c 7e62ca15d16c inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1
Ivan Jablonka, lors des Rendez-vous de l'Histoire, à Blois. Wikimedia commons

Les éditions du Seuil raflent de leur côté le prix Medicis, grâce à un livre « qui n’est ni un roman, ni un essai », d’après le président du jury, Alain Veinstein. 

L’auteur : Editeur et auteur, Ivan Jablonka, qui dirige la collection « La République des Idées » au Seuil, est également professeur d’histoire à l’université Paris 13. 

L’œuvre : Revenant sur le destin de Laetitia Perrais, une jeune fille enlevée, martyrisée puis démembrée par Tony Meilhon en 2011, Laëtitia ou La fin des hommes prend la forme d’une enquête dans laquelle l’auteur analyse ce fait divers ainsi que le rôle qu’ont pu y jouer médias, Etat et justice. L’ouvrage était déjà récipiendaire des prix Transfuge du meilleur essai ainsi que du prix Littéraire du Monde. 


Grand Prix du roman de l’Académie française : Le dernier des nôtres d’Adélaïde de Clermont-Tonnerre (Grasset).

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f718d2158 cdc1 401c a138 7113f658e9c0 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1
Adélaïde de Clermont-Tonnerre, DR

Le choix des immortels s’est cette année porté sur « un roman d’imagination », au style « élégant et efficace ».

L’auteur : Favorite pour l’obtention du prix, Adélaïde de Clermont-Tonnerre, journaliste, chroniqueuse, et directrice de la rédaction de Point de vue, est l’auteure de deux romans. 

L’œuvre : Entre l’Allemagne et New-York, ce roman est une histoire d’amour entre deux enfants de la seconde guerre mondiale. S’y mêlent lourds secrets, amour fou, effervescence artistique, au temps de Warhol, Patti Smith ou de Bob Dylan. 


Prix Interallié : Serge Joncour, Repose-toi sur moi (Flammarion)

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2ff52074ae 251e 457d a141 0528ba2e03ae inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1
Serge Joncour en 2012. Wikimedia commons

Le prix Interallié enfin, remis par un jury d’écrivains et de journalistes, a salué cette année un « roman d’expérience » au « caractère contemporain », d’après Philippe Tesson, son président. 

L’auteur : Habitué des sélections des prix littéraires, Serge Joncour, 54 ans, avait déjà par le passé reçu le prix Jean-Freustié en 1999, le prix France Télévisions en 2003 ou encore le prix des Deux-Magots en 2014 pour L’Ecrivain national (Flammarion). 

L’œuvre : Autre histoire de voisinage, celle d’une styliste, Aurore, et d’un ancien agriculteur opérant dans le recouvrement de dettes, Ludovic, et de leur rencontre dans la cour de leur immeuble parisien. 


    Found this article relevant?

    idi, Idrissa and Olivia Snaije found this witty
    3