We think that you are in United States and that you would prefer to view Bookwitty in English.
We will display prices in United States Dollar (USD).
Have a cookie!
Bookwitty uses cookies to personalize content and make the site easier to use. We also share some information with third parties to gather statistics about visits.

Are you Witty?

Sign in or register to share your ideas

Sign In Register

De l’impact de mes lectures sur mon mariage

Camille fait la VF By Camille fait la VF Published on August 31, 2017
This article was updated on October 12, 2017

Vous vous demandez si les livres influencent nos vies ? Alors vous êtes bien tombés. Quel que soit le livre, je me laisse envahir et, très vite, je ne suis plus la même. Jugez plutôt.

Je suis une épouse comblée mais à chaque fois que je lis un roman d’amour, je me mets à rêvasser. Si seulement son chien m’avait renversée dans la rue et qu’il m’avait aidée à me relever... Si seulement j’étais accueillie par un chemin de pétales de roses en rentrant à la maison le soir... Si seulement nous passions des jours entiers à traîner au lit pour partager nos secrets les plus intimes... C’est imparable : si je lis un roman d’amour, mon mari s’en aperçoit immédiatement. Je me mets à lui demander pourquoi il ne m’a pas offert de fleurs alors qu’on est mercredi ou je me mets à planifier d’innombrables soirées en tête-à-tête. Ce qu’il redoute le plus, c’est le moment où je lui dis que nous devrions revivre notre premier rendez-vous.

Funeste coïncidence

Les livres qui mettent en scène des époux infidèles sont bien pires que les romans d’amour. Au lieu de provoquer des attentes irréalistes, ils m’incitent à poser beaucoup de questions particulièrement énervantes. Pourquoi rentres-tu si tard ? C’est ta maîtresse qui a volé ma chemise rouge ? Est-ce que tout va bien entre nous ? Entendons-nous bien : mon mari et moi sommes très heureux, je ne pense pas qu’il ait une liaison, et je pose ces questions sur le ton de la blague. Mais tout de même… J’ai d’ailleurs lu un livre dans lequel – funeste coïncidence – le mari infidèle portait le même nom que le mien.

Craquements dans les escaliers

Je ne lis pas beaucoup de romans d’épouvante mais quand je le fais, c’est assez spectaculaire. Je me lève quatre fois pour vérifier que la porte d’entrée est bien fermée. Le craquement dans les escaliers produit par mon chien qui se rend innocemment à sa gamelle est pour moi une raison suffisante pour tendre un objet tranchant à mon mari et l’envoyer défendre la maison. Evidemment, je laisse toutes les lumières allumées. Ce n’est certes pas la situation idéale pour trouver le sommeil. Et quand j’ai trop peur pour réussir à m’endormir, c’est mon mari qui en paye le prix.

Un serial killer dans le jardin

Si je me suis en train de lire un roman à propos d’un serial killer, je ne peux pas m’empêcher de guetter par la fenêtre. Les ombres que j’aperçois sont immanquablement celles de dealers occupés à cacher un corps (ou quelque chose d’encore plus sinistre). Mes voisins sont plutôt gentils, mais je vis en banlieue et tout le monde sait que plein d’histoires épouvantables hantent les banlieues. J’ai déjà réveillé mon mari pour lui demander ce que le voisin était en train de faire dehors (il partait au travail). Je l’ai aussi obligé à tendre l’oreille pour déterminer si le murmure du vent ne serait pas en réalité les cris d’une personne kidnappée enfermée dans un sous-sol du quartier.

Dix messages d’affilée

Je lis beaucoup d’essais, ce qui signifie que j’apprends en permanence de nouvelles choses. Des choses, bien sûr, qui méritent d’être partagées. Le problème, c’est que j’aime les partager une par une, ce qui fait qu’il n’est pas rare que j’envoie dix messages d’affilée à mon mari pour lui faire part de sujets que j’ai trouvés intéressants et dont, soyons honnêtes, il se fiche éperdument. Naturellement, je lui dis que s’il consulte ses messages perso au travail, je n’y suis pour rien.

Devenir youtubeuse

A propos de travail, je lis pas mal de livres qui expliquent comment réussir, comment gagner plus d’argent, comment conquérir le monde... Sur le moment, c’est génial car ça m’inspire énormément et je suis convaincue que je suis vouée à accomplir de grandes choses. Mon mari me voit tout à coup très excitée par l’idée de gagner des millions en devenant youtubeuse - même si nous savons tous les deux que ce n’est pas vraiment ce que j’ai envie de faire. Et puis l’excitation retombe, je retrouve la vie normale, mes ambitions réalistes et les journées de (seulement) 24 heures.

Lever le pied

Et puis il y a les livres qui parlent de sujets de société et d’injustices. Ceux-là m’inspirent autant qu’ils me frustrent. À leur lecture, je suis submergée par un mélange d’envie irrépressible de tout partager (comme avec les essais), de déception (comme avec les romans d’amour) et d’inspiration (comme avec les livres de gestion de carrière). Mais l’analyse de la plupart d’entre eux sur l’état actuel des choses est déprimante. Je me retrouve presque toujours à donner à une association caritative, ce qui peut finir par coûter cher. Heureusement, mon mari est le premier à vouloir soutenir les bonnes causes, ces lectures ne sont donc pas un sujet de tension. Même si je crois qu’il ne serait pas mécontent si je levais un peu le pied.


La version originale de cet article a été publiée en anglais par Allison Hiltz.

Camille traduit et adapte en français certains articles publiés dans d'autres langues sur Bookwitty.