We think that you are in United States and that you would prefer to view Bookwitty in English.
We will display prices in United States Dollar (USD).
Have a cookie!
Bookwitty uses cookies to personalize content and make the site easier to use. We also share some information with third parties to gather statistics about visits.

Are you Witty?

Sign in or register to share your ideas

Sign In Register

Cyril Hadji-Thomas prend « Le parti de l’Homme » dans Agenda Culturel

Tamyras Éditions By Tamyras Éditions Published on October 11, 2017

Le Parti de l'homme entraîne le lecteur aux quatre coins du globe, à l’image du parcours de son auteur, Cyril Hadji-Thomas. Ayant été élevé entre la France et la Côte d’Ivoire, il a réalisé des études d’ingénieur puis a travaillé entre l’Amérique du Nord et l’Europe jusqu’en 2006, date de son installation au Liban avec sa famille pour découvrir ses racines. Aujourd’hui PDG de l’entreprise Keeward, il vient de publier son premier roman aux éditions Tamyras. 

Ce premier ouvrage est à l’image de son auteur, dilettante et très intéressé par l’art, allié aux nouvelles technologies : “Je me consacre à la promotion de la créativité, en utilisant Internet et la technologie comme outil d'accélération du développement et de financement des créateurs, qu'ils soient auteurs, artistes ou bien entrepreneurs. A Keeward, notre principal projet se nomme Bookwitty. C’est une plateforme de distribution du livre à l'échelle internationale dont l'objectif principal est d'assurer un accès à tous les ouvrages, dans toutes les langues, partout dans le monde.” 

Cyril Hadji-Thomas est donc familier de l’univers du livre, et a d’ailleurs toujours écrit. “C’est probablement le quatrième ou cinquième roman”, explique-t-il. “La décision difficile était de le publier, c'est-à-dire de juger qu'il était suffisamment bon pour être proposé au public. A cause, ou grâce, à mes voyages fréquents, j'ai écrit l'essentiel de l'ouvrage en avion. Ouvrir son ordinateur et commencer à écrire quelques minutes après le décollage est comme une libération, une envolée vers mon imaginaire qui prolonge le voyage physique. Cette histoire-là m'est venue il y a très longtemps, mais c'est dix ans plus tard, en écrivant dans l'avion, que mon esprit a pu se libérer et commencer à tisser une toile romanesque qui me semblait pertinente.” Petit à petit, ‘Le parti de l’Homme a pris forme’, d’une manière très personnelle : “J'ai écrit l'histoire que j'avais envie de lire, une histoire à travers les continents, une histoire ou le mystère et les renversements de situations emportent le lecteur, comme j'ai moi-même été emporté en lisant Jules Vernes, Alexandre Dumas (père et fils) ou même André Gide, par exemple, quand j'étais enfant.” 

Résumé : Abbas Shams, marin britannique, grand spécialiste de l’exploration polaire, disparaît au cours d’une mission de sauvetage. Deux ans plus tard, il est retrouvé seul à bord d’un navire à la dérive. Il ne parle qu’araméen... 

Une inspiration variée 

Son écriture est digne des romans d’aventures dans la lignée du Da Vinci Code, mêlant voyages, religion, complots, et fantastique, comme si l’on plongeait dans un autre univers. Il est en effet inspiré de pionniers de la littérature, tels qu’Herman Hesse, Isaac Asimov, Jack London et John Grisham, dont il se plait à “mélanger les genres”. Avec une écriture que l’on peut qualifier de cinématographique, il s’inspire également de grands noms du cinéma : “Je visualise une scène et que je mets en mouvement mes personnages à l'intérieur de cette scène. La description de l'action, des couleurs et des sensations prend une place prépondérante, ce qui, selon moi, fait le lien entre une littérature d'aventure et le cinéma. Entre l'âge de 12 et 25 ans, j'ai tout vu tout lu. Je passais mes nuits à dévorer des livres, mes journées à découvrir le cinéma de toutes les époques. J'étais plus jeune un inconditionnel de Sydney Pollack, pour la grande intensité dramatique de sa narration. Aujourd'hui, je me réfère plutôt à des réalisateurs comme David Fincher et Steven Soderbergh.” 

Humanité, complot et voyages

 L’Homme, avec un grand H, et son impact sur Terre, hante les pages du roman, un thème qui lui est venu durant la guerre de 2006 : “En écoutant les discours des partis en présence, belligérants, dirigeants, puissances régionales et mondiales, j'étais choqué par la grande vacuité de leurs propos. Tous se réfèrent à l'humanisme, mais finalement il n'est question que de puissance et de pouvoir. Le discours est un paravent aux actions, surtout au Moyen-Orient. De même, en 1996 quand les Talibans ont envahi Kaboul, les médias occidentaux les nommaient les “étudiants en religion”. La référence à Dieu et la référence à l'Homme sont systématiquement détournées quand un parti veut affirmer l'universalité de son action et la légitimer.” Pour lui, “l’humanisme s’inscrit dans l’action quotidienne et le respect de la personne humaine”. Ainsi, tous les personnages impliqués veulent sauver l’humanité, mais “se prennent tous les pieds dans le tapis, trébuchant et se cognant entre eux”. 

Un autre thème omniprésent est celui de la théorie du complot : “Tout le monde cherche toujours des raisons compliquées et secrètes des malheurs du monde alors que souvent les choses sont souvent très simples. La géopolitique, la science, la religion tous ces sujets sont un terrain idéal pour une grande aventure parce qu’ils emportent l’esprit du lecteur au-delà du quotidien.” Scientifique de formation, Cyril Hadji-Thomas est d’ailleurs très intéressé par l’actualité politique internationale, “et c’était une tentation très amusante de prendre ces sujets comme toile de fond d’un roman”. 

Le héros du roman et son frère sont Libanais, ce qui n’est mentionné qu’implicitement dans l’histoire. “En apparence, le Liban est très peu présent”, détaille-t-il. “En réalité, cette histoire est très libanaise dans ses ressorts, un peu comme si les fantasmes, les qualités, mais aussi les travers libanais étaient projetés à l’échelle du monde.” Concernant le Liban, dont il ne se sent pas particulièrement proche du fait de sa vie sur trois continents différents et de ses origines multiples, il y a “découvert son énergie en m’y installant”. “C’est un vivier de talents et de créativité très intéressant, mais son conservatisme et l’étroitesse des perspectives de la plupart des gens limitent souvent ce potentiel, ce qui est frustrant à la longue”, ajoute l’auteur. 

Après le lancement du Parti de l’Homme, ce dernier compte publier l’un de ses deux autres romans, et continuer à écrire en voyageant. Mais ce n’est pas sa seule passion : “La musique prend aussi une part de plus en plus grande dans ma créativité personnelle. J’espère avoir un jour le temps de m’y consacrer plus pleinement. Sinon, mon activité professionnelle me nourrit très largement d’aventures intellectuelles et créatives, même si ce sont celles de ceux que j’accompagne.” 


Propos recueillis par Florence Massena

Tags

Issues des valeurs de cette Méditerranée si riche, Tamyras Éditions vous offrent à découvrir les auteurs et les idées de ce côté-ci du monde. Francophonie, diversité, partage, transmission, ... Show More