We think that you are in United States and that you would prefer to view Bookwitty in English.
We will display prices in United States Dollar (USD).
Have a cookie!
Bookwitty uses cookies to personalize content and make the site easier to use. We also share some information with third parties to gather statistics about visits.

Are you Witty?

Sign in or register to share your ideas

Sign In Register

Cinéma : 10 adaptations qui ont marqué 2016

Pierre Georges By Pierre Georges Published on December 22, 2016

Found this article relevant?

Jacques and Pierre Georges found this witty
2

Tirées d'une nouvelle, d'une bande dessinée, d'une autobiographie ou d'un roman, les adaptations de livres au cinéma auront marqué l'année culturelle 2016. Bookwitty en a sélectionné dix.


50% : c'est la proportion d'adaptations de livres parmi les films qui, en 2015, ont dépassé le million de spectateurs au box office français. Cette tendance est à la hausse et il n'y a pas un mercredi sans qu'un livre, une BD, un essai ou un manga soit porté à l'écran.

Depuis 2000, sur les 183 plus gros succès du box-office français, 84 sont des adaptations de livres ou de bandes-dessinées et comics. En 2016, quelques-unes ont fait des cartons commerciaux, d'autres ont enchanté la critique, certaines ont même remporté de prestigieux prix. Bookwitty livre sa sélection.


Le Bon Gros Géant

Il s'agissait d'une des adaptations les plus attendues de 2016. Présenté hors-compétition lors du festival de Cannes, puis sorti dans les salles françaises le 20 juillet, Le Bon gros géant, adaptation par Steven Spielberg du classique de la littérature jeunesse, avait fait forte impression.

Cette huitième adaptation d'un livre de Roald Dahl sur grand écran, la deuxième du Bon gros géant, 27 ans après un film d'animation signé Brian Cosgrove, relate l'histoire d'une jeune orpheline londonienne enlevée par un gentil géant qui l'emmène sur une île lointaine combattre d'autres géants. Cette nouvelle version a séduit par son aspect sentimental et spectaculaire propre au réalisateur d'E.T.

SI le film n'a pas dépassé le million de spectateurs dans les salles françaises, il a coïncidé avec le centenaire de la naissance de Roald Dahl, et s'est naturellement accompagné d'un grand nombre de publication : de rééditions de classiques avec de nouvelles couvertures, aux grands formats illustrés en passant par des cahiers d'activités et de livres audios.


    The Revenant

    Un rôle à Oscar, taillé pour Leonardo DiCaprio. The Revenant, réalisé par Alejandro González Iñárritu, se classe troisième au box-office français pour l'année 2016, et aura marqué les esprits. 156 minutes haletantes, dans des décors grandioses, partiellement adaptées d'un roman de Michael Punke, publié en France au Presse de la Cité.

    Paru pour la première fois en 2002 aux Etats-Unis, le roman, dont les droits cinématographiques avaient été achetés avant même sa parution, s'inspire d'un mythe célèbre outre-Atlantique, celui du trappeur Hugh Glass. Cet aventurier est devenu célèbre au début du 19e siècle lorsque, attaqué par un grizzli, il a été abandonné et laissé pour mort en plein territoire indien par deux de ses compagnons. Revenu d'entre les morts, assoiffé de vengeance, il n'a pour seul objectif de retrouver ces deux hommes.


      Les Animaux fantastiques

      2016 aura marqué le retour du sorcier le plus célèbre et le plus vendeur de livres de la planète. Peu de temps après la parution de L'Enfant maudit (Gallimard jeunesse), adaptation d'une pièce de théâtre présentée comme le huitième opus des aventures d'Harry Potter, Les Animaux fantastiques est sorti au cinéma et a ravi les fans. En cinq semaines, le film a attiré plus de trois millions de spectateurs. 

      Inspiré des aventures d'Harry Potter, il n'est pas à proprement parler une adaptation pure d'un livre, mais est présenté comme une "extension du monde des sorciers", un spin-off dérivé de la saga et pour lequel J.K. Rowling a écrit son premier scénario cinématographique. Si les personnages principaux sont absents, le film se focalise sur des protagonistes secondaires ou mentionnés dans les livres, parmi lesquels Albus Dumbledore, Norbert Dragonneau ou Gellert Grindelwald.


        Inferno

        Il y a dix ans, les éditeurs découvraient grâce au Da Vinci Code le lien commercial qu'entretiennent livres et adaptations cinématographiques. En novembre, Inferno de Dan Brown, best-seller écoulé à 800 000 exemplaires en France depuis sa sortie en 2013, a prolongé les aventures du professeur en symbologie Robert Langdon, incarné sur grand écran par Tom Hanks.

        Dans le troisième tome de la série de Dan Brown, le Professeur Langdon se réveille amnésique dans un hôpital de Florence. Il s'associe ensuite avec un médecin, joué par Felicity Jones, pour découvrir l'emplacement d'une bombe menaçant l'humanité. Pour cela, le symbologiste va s'aider du tableau L'Enfer de Dante de Botticelli. Bien loin du succès du Da Vinci Code, le film réalisé par Ron Howard, atteint à peine les 500 000 entrées en France.


          Room

          "Je ne voulais pas que mon histoire soit le décalque d'un quelconque fait divers . C'est pourquoi je l'ai située aussi loin que possible de l'Europe", expliquait la romancière Emma Donoghue, en 2011 au Monde. Pourtant, c'est bien et bien d'un fait divers dont elle s'est inspirée pour son roman Room (Stock), devenu un best-seller, et pour le scénario correspondant à l'adaptation cinématographique, sortie en France en mars dernier.

          Le point de départ du film : l'histoire d'Elisabeth Fritzl, l'autrichienne de 42 ans violée et séquestrée 24 années durant par son père, dans un abri antiatomique près de la maison familiale. Dans Room, adaptation profondément émouvante de ce fait divers, c'est une mère et son fils, Ma et Jack, qui vivent enfermés hors du monde réel dans une pièce verrouillée. Pour le cinquième anniversaire de son fils, Ma lui apprend qu'il existe un monde à l'extérieur de ces murs et lui explique comment elle est arrivée dans cette sinistre pièce.


            Rosalie Blum

            Poétique et emplie de bonne humeur, la trilogie de bande dessinée Rosalie Blum de la jeune auteure Camille Jourdy a également connu cette année sa déclinaison sur grand écran.

            Plusieurs fois récompensées, notamment par le grand prix RTL de la bande dessinée ou par un prix "révélation" lors du festival d'Angoulême, les trois tomes suivent un homme enfermé dans une morne routine et incapable d'évoluer. Après une rencontre dans une épicerie, il va devenir obsédé par une mystérieuse femme aussi solitaire que lui, Rosalie, et va commencer à la suivre partout, l'entraînant dans des aventures pleines d'imprévus.

            Dans l'adaptation sortie au mois de mars, les personnages étaient notamment portés à l'écran par Noémie Lvosky et Kyan Khojandi.


              Le Livre de la jungle

              "Plus spectaculaire" et "plus réaliste", le Livre de la jungle a fait son retour dans les salles obscures françaises en 2016, dans une production signée Walt Disney et censée remettre au goût du jour le grand classique de Kipling.

              S'inspirant de l'œuvre parue en 1894 chez Macmillan puis en France chez Mercure de France en 1899, cette nouvelle adaptation, signée par Jon Favreau (Iron Man) mêlent personnage de film d'animation et décors réels et veut respecter l'imaginaire imposé dans le premier classique de Disney paru en 1967.

              Quatre célèbres voix francophones se sont chargées des doublages des légendaires Mowgli, Baloo, Rashka ou du python Kaa : Lambert Wilson, Eddy Mitchell, Cécile de France ou Leïla Bekhti. Si la critique a pu déplorer une certaine trahison vis à vis de l'œuvre originale, et l'aspect "pétri, lissé et trafiqué par la machine à rêves numériques", d'après Cécile Mury dans Télérama du 13 avril, ce nouveau remake n'en reste pas moins un beau succès commercial puisqu'il se hisse au cinquième rang du box-office annuel, cumulant 3 700 000 entrées.


                Ma Vie de courgette

                Succès critique (ovationné à Cannes, récompensé par le Cristal du long métrage et le Prix du public au Festival d'Annecy, prix du meilleur film européen au festival de Saint-Sébastien...) et populaire, Ma Vie de courgette de Claude Barras est l'adaptation d'Autobiographie d'une courgette, un roman de Gilles Paris, publié en 2011 chez Plon.

                Lorsque sa mère, qui le maltraitait, meurt, Courgette se retrouve seul au monde, dans un orphelinat. Le film suit son adaptation à ce nouvel environnement et expose tendrement les relations qu'il entretient avec ses nouveaux camarades, tous victimes d'histoires très difficiles. Courgette fait la connaissance de Simon, Ahmed, Jujube, Alice et Béatrice, mais surtout de la nouvelle arrivée, Camille.


                  Juste la fin du monde

                  "J'espère ne pas avoir déçu l'auteur de la pièce, Jean-Luc Lagarce", a expliqué Xavier Dolan lors du discours de réception du Grand prix du festival de Cannes. "Je préfère la folie des passions à la sagesse de l'indifférence".

                  Seule adaptation figurant au palmarès de la compétition officielle cette année, Juste la fin du monde, huis-clos servi par un casting de première classe (Léa Seydoux, Marion Cotillard, Nathalie Baye, Vincent Cassel et Gaspard Ulliel...) et réalisé par le réalisateur québécois de 27 ans, s'inspire de la pièce de théâtre éponyme de Jean-Luc Lagarce, écrite en 1990.

                  Louis, écrivain, retourne dans sa famille après des années d'absence pour annoncer sa mort prochaine. La pièce de théâtre avait été rédigée alors que son auteur était atteint du sida. Elle a été rééditée au mois de septembre aux Solitaires intempestifs.


                    Elle

                    Le film de Paul Verhoven, sur les écrans depuis le 25 mai dernier et mettant en scène Isabelle Hupert, est une adaptation de Oh... de Philippe Djian, paru en 2012 chez Gallimard et récipiendaire du prix Interallié la même année.

                    Thriller grinçant et perturbant, le film tourne autour du personnage de Michèle, à la tête d'une grande société, régnant avec autorité et maîtrise sur sa vie comme sur ses proches. Lorsqu'elle se fait agresser et violer par un homme cagoulé, elle croit pouvoir régler les choses elle-même et ne va pas aller porter plainte. Peu à peu, elle sombre dans une paranoïa terrifiante.

                    Le film représentera la France pour l'Oscar du meilleur film étranger.


                        Pierre est journaliste, basé à Paris.

                        Found this article relevant?

                        Jacques and Pierre Georges found this witty
                        2