We think that you are in United States and that you would prefer to view Bookwitty in English.
We will display prices in United States Dollar (USD).
Have a cookie!
Bookwitty uses cookies to personalize content and make the site easier to use. We also share some information with third parties to gather statistics about visits.

Are you Witty?

Sign in or register to share your ideas

Sign In Register

Avant Delphine de Vigan, 5 portraits d’amis pervers

Gaspard Dhellemmes By Gaspard Dhellemmes Published on August 24, 2017

Found this article relevant?

3
This article was updated on October 10, 2017

Dans D’après une histoire vraie, Delphine de Vigan raconte avec une maîtrise bluffante la mise en place d’une relation d’emprise. La dénommée « L. », coup de cœur amical de la narratrice, se révèle être au fil des pages la plus perverse des amies… Lauréat du prix Renaudot et du Prix Goncourt des Lycéens, le best-seller a été porté à l’écran par Roman Polanski. Pervers narcissiques, manipulateurs : ils sont partout dans les pages des magazines. Mais la littérature a aussi à nous apprendre sur le sujet. Démonstration.

L’ami aigri

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f8c49dada 9ce0 4ac5 8ae1 2efb31888df9 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1

On peut croiser le chemin d’un ami manipulateur et s’en accommoder. Voire en tirer parti.

C’est ce qui arrive à Yûichi Minami, héros des Amours interdites, grand livre de Yukio Mishima. Quand il rencontre Shunsuké, écrivain aigri et misogyne, ce jeune homme «à la splendeur d’un loup » lui confie son secret: lui qui s’apprête à se marier est incapable d’aimer une femme. Dans ces Liaisons dangereuses à la japonaise, le vieil écrivain va utiliser son jeune ami pour se venger du sexe féminin. En contrepartie, le jeune éphèbe recevra une importante somme d’argent.

L’amant sadique

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f17cff6ac 41b8 4255 ae7f b3f31a4f2f4c inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1

Le proche toxique fait encore plus de dégâts quand il entre dans l’intimité de sa victime. La vie de la narratrice d’Un homme dangereux bascule quand elle rencontre un homme de «cinquante-cinq ou soixante ans, une allure sévère, des petites lunettes à monture en titane». Benoît Parant est écrivain, comme elle. Son œuvre n’intéresse plus grand monde, mais c’est un homme de lettres influent. Il tient une chronique dans Le Point, sa voix pèse dans plusieurs jurys littéraires. La rencontre de Benoît et de la narratrice prend la forme d’une passion dévorante. L’écrivain, qui alterne cajoleries et vexations, sait s’y prendre pour créer la dépendance. La drague façon Benoît Parent est une « entreprise de démolition ». « Benoît, lui, n’était excité que par une chose – vaincre. Écraser l’autre. Il ne connaissait pas d’autre rapports ». L’héroïne connaîtra les pires difficultés pour sortir de ses griffes.

La fan cinglée

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f59d63df5 6fd0 4f8d bde3 16365fb10d69 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1

Après un accident de voiture, l'écrivain Paul Shelton est recueilli et soignée par une admiratrice, Annie Wilkes. L’amie secourable se révèle être une vraie dingue. Comme chez Delphine de Vigan – qui cite un extrait de Misery en exergue de son livre – la copine toxique est ici une fan, qui cherche à influencer l'œuvre d’un auteur admiré. En le retenant prisonnier, Annie Wilkes contraint l’écrivain à ressusciter son personnage récurrent, mort dans son dernier livre. Quand Delphine de Vigan multiplie les effets de réel (la narratrice se nomme Delphine, elle peine à se remettre du succès de son dernier roman sur sa mère), Stephen King raconte cette séquestration sur un mode déjanté et horrifique. Le livre sera adapté à l’écran avec Kathy Bates dans le rôle de l’admiratrice sadique.

Le mentor

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2fd097270e 7097 4013 9e3b 3dba8a7f9f97 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1

Personnage du corrupteur de La Comédie humaine, Vautrin a fait de Lucien de Rubempré sa plus célèbre victime. Le jeune ambitieux n’a jamais eu le nez creux dans le choix de ses amis. Déjà, Étienne Lousteau l’a détourné de ses projets littéraires au profit du journalisme – ce qui, pour Balzac, est le comble de la dépravation. Après avoir échoué dans tous ses desseins, au bord du suicide, Lucien croise Vautrin grimé sous les traits de l’abbé Carlos Herrera. Le prêtre est d’abord « saisi de la beauté profondément mélancolique du poète ». Il perçoit l’humiliation ressentie par Lucien et propose de l’aider à assouvir ses ambitions. « Je vous maintiendrai, moi, d’une main puissante dans la voie du pouvoir, et je vous promets néanmoins une vie de plaisirs, d’honneurs, de fêtes continuelles... Jamais l’argent ne vous manquera... Vous brillerez, vous paraderez, pendant que, courbé dans la boue des fondations, j’assurerai le brillant édifice de votre fortune. J’aime le pouvoir pour le pouvoir, moi ! Je serai toujours heureux de vos jouissances qui me sont interdites. » Las, à cause de Vautrin, Lucien finira mêlé à un fait-divers sordide, qui le conduira au fond d’une cellule de prison.

Le flatteur illusionniste

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f0d61d040 1b0c 4496 9517 0dec30a4b12d inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1

Dans La Revanche de Kévin de Iegor Gran, François-René Pradel, écrivain quinquagénaire dont la carrière patine, rencontre lors de salon du livre un « jeune élégant à la mèche rebelle». L’homme se prétend lecteur pour une grande maison d'édition. Alexandre Janus Smith – c’est son nom – se passionne pour l’auteur, demande à lire son dernier manuscrit. Il lui fait, quelques jours plus tard, un retour de lecture dithyrambique. Son nouvel admirateur le jure : il a lu son roman d'une traite toute la nuit, avant de s’écrouler de fatigue au matin, « épuisé comme après une nuit d’amour ». Ses supérieurs ont aussi crié au génie, jusqu’à envisager une publication directement dans le collection « les classiques de la littérature ». Pradel ne touche plus terre. Jusqu’à ce que son bienfaiteur disparaisse subitement. Dans ce roman jubilatoire, un manipulateur prospère sur les vanités blessées. François-René Pradel comprendra qu’il a été dupé : Janus Smith n’a en réalité jamais existé.

Gaspard Dhellemmes est journaliste et auteur. Dernier livre paru : "La Vie démesurée de François-Marie Banier" (Fayard).

Found this article relevant?

3

0 Comments

Please log in or sign up to join the discussion