We think that you are in United States and that you would prefer to view Bookwitty in English.
We will display prices in United States Dollar (USD).
Have a cookie!
Bookwitty uses cookies to personalize content and make the site easier to use. We also share some information with third parties to gather statistics about visits.

Are you Witty?

Sign in or register to share your ideas

Sign In Register

Avant de lire Hemingway, Stéphanie n'aimait pas la corrida

Sabyl Ghoussoub By Sabyl Ghoussoub Published on August 10, 2017

Found this article relevant?

7
This article was updated on November 13, 2017

« Le moment idéal pour visiter l'Espagne et voir des courses de taureaux, et l'époque où il y a le plus de courses de taureaux à voir, c'est au mois de septembre. » C'est Hemingway qui l'écrit dans Mort dans l'après-midi. J'ai suivi ses conseils et pris deux billets pour mon père et moi à Las Ventas, les arènes principales de la ville de Madrid, en septembre.

Haram les taureaux, ils souffrent !

Mes problèmes avec Stéphanie, ma compagne, ma meilleure amie, enfin toutes ces foutaises, ont commencé lorsque j'ai avoué aimer la corrida et vouloir m'arrêter aux arènes d'Arles pendant notre road-trip dans le sud de la France. Elle m'a dit « haram les taureaux, ils souffrent » et a pensé « Mon mec aime les corridas. J'aurais jamais imaginé ça de lui, quel con ».

« À mon sens, d'un point vue moral moderne, c'est-à-dire d'un point de vue chrétien, la course de taureaux est toute entière indéfendable ; elle comporte certainement beaucoup de cruauté, toujours du danger, cherché ou imprévu, et toujours la mort. Je ne vais pas en tenter maintenant la défense ; je veux seulement dire honnêtement tout ce que je crois être sur la question. »

Ernest Hemingway était un grand ami d'Antonio Ordonez, célèbre matador dont on trouve de nombreux clichés à ses côtés, et un aficionado, un passionné de corrida. On la retrouve dans ses écrits. En toile de fond de son premier grand succès, Le Soleil se lève aussi ; dans sa chronique L'Été dangereux, narrant la rivalité entre deux beaux-frères matadors, son ami Ordorez et Luis Miguel Dominguìn ; et enfin dans Mort dans l'après-midi – publié en 1932, le livre entier est consacré au spectacle tauromachique.

La course de taureaux comme tragédie

Chapitre après chapitre, l’auteur du Vieil Homme et la Mer raconte la corrida. « J'écris ceci, non pour présenter la défense des courses de taureaux, mais pour essayer d'en donner une image intégrale. »

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2ffd9e1ea2 2c8b 4eff b9d1 ae0a8156aa04 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1

Entrecoupé de dialogues teintés d'ironie avec « une vieille dame », probablement Gertrude Stein, le livre n'est pas un guide. C’est un écrit d'Hemingway, au style direct et dépouillé.

Il raconte cette tragédie, « la course de taureaux n'est pas un sport au sens anglo-saxon du mot, c'est-à-dire que ce n'est pas un combat égal ou un essai de combat égal entre un taureau et un homme. C'est plutôt une tragédie ; la tragédie de la mort d'un taureau, qui est jouée, plus ou moins bien, par le taureau et l'homme qui y participent. » Il décrit les us et coutumes, les différentes passes et écoles de torero, la nolladas et corrida de toros, les trois actes de la los tres tercios de la lidia, les trois actes du combat, les nuances entre le matador, le banderillero et le picador, le Fornos, « le café fréquenté seulement par des gens liés aux courses de taureaux » et le savoir-faire des toreros. 

« Le matador doit dominer le taureau par son savoir et son art (...). La force lui est de peu d'utilité, excepté au moment de tuer. »

Souvent, les militants anti-corrida ne connaissent rien à ce spectacle. Ce livre peut leur être utile. Ne dit-on pas qu'il faut d'abord apprendre à connaître son ennemi ? Lire Mort dans l'après-midi ne fera de personne un tueur d'animaux. On peut même se rassurer en lisant qu'Hemingway, avant d'assister à sa première corrida, les trouvait «simples, barbares, cruelles ».

Littérature et mort violente 

Le récit donne simplement des clés pour tenter de la comprendre et d'arriver à son sujet principal : la mort. Car bien avant la corrida, la mort est le thème principal : « Je m'essayais au métier d'écrivain, en commençant par les choses les plus simples, et l'une des choses les plus simples de toutes et les plus fondamentales est la mort violente. Elle n'a rien des complications de la mort par maladie, ni de la mort dite naturelle, ni de la mort d'un ami ou de quelqu'un qu'on a aimé ou haï, mais c'est la mort tout de même, un des sujets sur lesquels un homme peut se permettre d'écrire. »

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f11563f20 76dc 484e add6 229f59e94441 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1

Presque tout apprenti-écrivain se rêve Hemingway. On l'imite, pensant réussir à écrire des chefs-d’œuvre comme En avoir ou pas, Le Vieil Homme et la mer ou Le soleil se lève aussi. J'aime me prendre pour Hemingway. Et si cela passe par l’amour de la pêche et la corrida, alors je deviendrai pêcheur et aficionado. 

Apprendre et comprendre 

En guise de chute, il écrit : « La grande chose, c'est de durer, de faire son travail, de voir, d'entendre, d'apprendre et de comprendre ; et écrire lorsqu'on sait quelque chose, et non avant ; ni trop longtemps après. Laissez faire ceux qui veulent sauver le monde si vous, vous pouvez arriver à le voir clairement et dans son ensemble. Alors chaque détail que vous exprimez représentera le tout, si vous l'avez exprimé en vérité. La chose à faire, c'est de travailler et d'apprendre à exprimer. »

Mort dans l'après-midi est une belle leçon « d'apprendre et de comprendre ». Et si Stéphanie n'aime toujours pas la corrida, ni n'a lu Hemingway, j'espère qu'à la fin de cet article, elle trouvera son mec un peu moins con.


Images extraites du film Parle avec elle de Pedro Almodovar (2002)

D'une mère née au Liban et d'un père au Ghana, Sabyl a grandi à Paris sous la coupe d'une mama capverdienne. Photographe et chroniqueur, il a été entre 2011 et 2015 directeur du festival du film ... Show More

Found this article relevant?

7