We think that you are in United States and that you would prefer to view Bookwitty in English.
We will display prices in United States Dollar (USD).
Have a cookie!
Bookwitty uses cookies to personalize content and make the site easier to use. We also share some information with third parties to gather statistics about visits.

Are you Witty?

Sign in or register to share your ideas

Sign In Register

Arts : le cyclone Twombly

Gwénola Menou By Gwénola Menou Published on August 17, 2017

Found this article relevant?

Mathieu Deslandes found this witty
1
This article was updated on September 28, 2017

Cy Twombly, originaire de Virginie, a traversé une majeure partie du vingtième siècle et franchi les frontières américaines et européennes. Le père de Twombly était entraîneur sportif et a donné pour prénom à son fils le diminutif du surnom d’un joueur de baseball, Cyclone. Le talent de Cy Twombly (1928-2011) est précisément l’égale mesure du dépassement de soi, de la persévérance, voire de l’obstination et du génie propres aux disciplines sportives.

En 1953, après ses études au Black Mountain College où Twombly a déjà largement fait remarquer ses qualités d’artiste, il est affecté comme cryptographe dans l’armée américaine. Pour échapper à l’automatisme de la main dans lequel l’enferme cette fonction, il se réserve des heures à dessiner dans l’obscurité.

Communion avec le tableau

Cette contrainte déplace les qualités de son travail, du contrôle et de la maîtrise qui caractérisent certains de ses contemporains, vers le sensible, la perception, la communion avec le tableau, qui lui vaudront quelques difficultés à faire accepter son travail aux États-Unis. Le geste déposé par le trait est l’harmonieuse mais non moins singulière et puissante rencontre du mouvement de la main et de la pensée dans les peintures et dessins de Cy Twombly.

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2fdc7785b9 4792 44b8 95e6 28cb55efbdd9 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1

Jeune homme, Twombly a séjourné en Europe, notamment en Italie et au Maroc avec Robert Rauschenberg. La chronologie et les récits compilés de Nicola del Roscio, voisin devenu fidèle, qui avait développé une relation privilégiée avec Cy Twombly, témoignent des nombreux et longs séjours qui ont rythmé par la suite la vie de l’artiste, et qui lui permettaient de travailler toujours, libre de tout poids.

L’œuvre décharnée et hautement inspirée de Cy Twombly est merveilleusement ajustée dans cet ouvrage publié à l’occasion de l’exposition qui lui a été consacrée au Centre Pompidou, à Paris, à l’hiver 2016-2017.

Frugalité 

Ce livre dévoile aussi, à travers ses aspects biographiques, la frugalité domestique que développe Cy Twombly au fil de sa vie, et qui habite ses dessins, ses peintures, ses sculptures et ses photographies. En se libérant toujours plus des contraintes et des usages, ses œuvres s’affranchissent des règles de masse.

Les drapés dans ses photographies de 1953, dont un ensemble est reproduit dans cet ouvrage, sont d’une présence et d’une fragilité sculpturales qui ouvrent le regard sur l’ensemble de son œuvre, parfaitement révélée dans cette pensée de Charles Olson : « L’Art ne cherche pas à décrire mais à exécuter. » Et l’exécution de Cy Twombly n’est ni univoque ni linéaire, elle est rythmée de séries, de périodes, de séquences, de croyances, d’humeurs, de positions artistiques.

Gwénola Ménou, fondatrice de la maison d’édition Analogues à Arles, collabore à des projets éditoriaux dans le domaine de l’art contemporain. Elle privilégie la singularité et le génie des ... Show More

Found this article relevant?

Mathieu Deslandes found this witty
1