We think that you are in United States and that you would prefer to view Bookwitty in English.
We will display prices in United States Dollar (USD).
Have a cookie!
Bookwitty uses cookies to personalize content and make the site easier to use. We also share some information with third parties to gather statistics about visits.

Are you Witty?

Sign in or register to share your ideas

Sign In Register

Ubu président ? 5 livres à lire avant d'aller voter

Si les peuples aiment leurs rois, ils leur coupent aussi volontiers la tête. Notre Histoire est marquée par un rapport ambigu aux figures du pouvoir. Entre fascination et détestation, projection et rupture, nous entretenons une relation complexe avec ceux qui nous dirigent.

Pour mieux appréhender ces symboles de l’autorité, la littérature se fait le relai de nos doutes et nos révoltes, prenant souvent pour personnage principal un tyran ridicule dont on assiste à l’ascension puis à la chute, comme lors d’un spectacle de Guignol.

Ce schéma narratif, on le retrouve déjà dans les contes de notre enfance. La Reine de Cœur n’oblige-t-elle pas ses valets à se soumettre à ses caprices les plus puérils, avant d’être renversée tête la première (elle qui aime tant les couper, les têtes) ? Le Prince Jean, petit frère de Richard Cœur de Lion à qui il a volé le trône, représenté par Disney sous les traits d’un lion suçant son pouce et couvert de pierreries, n’est-il pas l’archétype du despote ridicule et mégalo ?

Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f08d94484 17dd 48fb a70f 6df4051bfafd inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1
Https%3a%2f%2fs3.amazonaws.com%2fuploads.bookwitty.com%2f8cceb295 5c8e 4b63 89db fcb2ecd5a623 inline original.jpeg?ixlib=rails 2.1

On redoute nos puissants, et on aime rire d’eux car le rire chasse la peur et reste notre meilleure arme de contestation. Alfred Jarry l’a bien compris, lui qui a fait de son Ubu l’un des monarques les plus risibles et les plus méchants de notre littérature. Voici cinq livres pour rire du pouvoir et se mettre du baume au cœur en période électorale. 

Ubu Roi

120 ans après sa création, Ubu se joue toujours au théâtre et fait l’objet de multiples adaptations (opéra, téléfilm, spectacles de marionnettes, etc). On ne se lasse pas de lire les bourdes et les actes gratuits de cruauté de ce monarque capricieux comme un mioche, précurseur du théâtre de l’absurde et père de la Pataphysique. Devenu roi après avoir assassiné Venceslas, le souverain de Pologne, Ubu est obsédé par la toute-puissance. Prêt à tout pour s’enrichir, il va jusqu’à massacrer les plus récalcitrants de ses sujets. Aussi pourri que gâté, il se vautre dans l’opulence, s’empiffrant sous le regard attendri de sa femme, la Mère Ubu, qui l’encourage dans sa bêtise afin de voler son argent à son insu. Parodiant les codes du théâtre du Shakespeare, Ubu roi est un texte fondateur, d’une actualité déconcertante tant sont nombreux de nos jours les Ubus au pouvoir. Par le grotesque et le surréalisme de sa langue, Alfred Jarry apporte une contribution essentielle à notre réflexion sur la monstruosité du despotisme, et nous invite, à l’instar du Père Ubu, à dire Merdre !

Buy the Book
Le Dictateur et le Hamac

D’inspiration autobiographique, ce roman est difficilement classable dans l’œuvre de Pennac. Amoureux du Brésil, le père de la tribu Mallaussène quitte cette fois le quartier de Belleville pour l’Amérique Latine et nous emmène à la rencontre de Manuel Pereira da Ponte Martins, dictateur agoraphobe qui se voit prédire par une sorcière la révolte de son peuple et son prochain lynchage. Terrorisé par ces révélations, et désireux de se faire la belle, le tyran décide d’engager un sosie pour mourir à sa place. Mais le sosie, à l’image de son modèle, ne tient pas en place et choisit à son tour de se faire remplacer. Et ainsi de suite, jusqu’à ce que Pennac lui-même intervienne dans le récit et que le réel emboîte le pas sur la fiction. Explorant tous les ressorts de la mise en abîme, tant sur la forme que sur le propos de son livre, Pennac se fait illusionniste à la manière d’un Perec et tourne le pouvoir en dérision pour nous offrir une belle leçon d’écriture… et de politique. 

Buy the Book
L'Aliéniste

L’Aliéniste est un grand classique de la littérature brésilienne, dont la modernité est frappante. Écrit en 1881, ce court roman décrit l’histoire du Dr Simon Bacamarte, fraîchement revenu d’Europe avec des idées révolutionnaires en matière de psychiatrie, qui décide de fonder un asile dans le petit village d’Itaguaï, près de Rio de Janeiro. Avec l’accord du Conseil municipal, le bon docteur commence par interner plusieurs sujets jugés « lunatiques ». Mais la frontière entre la démence et la raison est loin d’être évidente et, habité par une vocation aussi soudaine qu’enragée de protéger la normalité, Bacamarte se met à interner tout le monde, y compris sa propre femme ! L’Aliéniste est une satire acerbe et hilarante sur la nature humaine et les dérives du pouvoir. Quant à Machado de Massis, il est l’un des maîtres incontestés de l’ironie.

La résistible ascension d'arturo ui

C’est en Finlande où il a trouvé l’exil après avoir fui l’Allemagne nazie que le dramaturge allemand Bertold Brecht écrit cette pièce, en 1941, en moins de trois semaines. Transposant la prise de pouvoir d’Hitler et l’invasion de l’Autriche dans le milieu de la pègre du Chicago des années 30, Brecht raconte la grandeur et la décadence d’Arturo Ui, chef mafieux, maître-chanteur et dirigeant d’un trust de chou-fleur, en pleine crise des légumes, qui n’hésite pas à recourir à la force pour défendre ses intérêts. Puisant largement dans les références de son époque, Brecht propose une lecture à la fois burlesque et terrifiante de la montée des extrémismes. 

Buy the Book
Pfitz

En plein Siècle des Lumières, un prince extravagant, obsédé par la vie éternelle, consacre sa vie à faire bâtir des villes fantastiques par ses sujets réduits à l’esclavage. Après les échecs successifs de villes dédiées au bien-être, à l’architecture, à la mémoire, le Prince se lance dans la construction d’une gigantesque cité du Savoir, Rreinsstadt, dont il imagine aussi bien les plans que les habitants. Contraint comme tout le Royaume de se plier aux caprices de son monarque illuminé, Schenck, timide cartographe, est amoureux fou d’une belle biographe et invente pour elle les aventures rocambolesques d’un comte et de son valet, Pfitz. Une entreprise qui se révèle aussi fascinante que dangereuse… Sur un ton à la fois drôle et grinçant, Andrew Crumey livre une fable dystopique qu’on dévore comme un roman policier (il faudra d’ailleurs attendre la fin pour connaître la signification du nom de Pfitz). Estompant les contours de la fiction et de la réalité, Pfitz n’est pas sans rappeler les œuvres d’Orwell et de Zamiatine, et nous invite à réfléchir à la folie qui sous-tend, trop souvent, la tentation du pouvoir.  

Buy the Book

Fondatrice de la librairie française de Bucarest, Kyralina, j'ai vécu six ans en Roumanie. Aujourd'hui je travaille à Bookwitty, à Paris.

0 Comments

Please log in or sign up to join the discussion

Related Posts