We think that you are in United States and that you would prefer to view Bookwitty in English.
We will display prices in United States Dollar (USD).
Have a cookie!
Bookwitty uses cookies to personalize content and make the site easier to use. We also share some information with third parties to gather statistics about visits.

Are you Witty?

Sign in or register to share your ideas

Sign In Register

Top 10 des auteurs oubliés

Zola, Racine ou encore Baudelaire, des siècles après, leur nom résonne encore dans les mémoires. Mais tous ne passent pas à la postérité. Et pourtant, certains écrivains aujourd’hui délaissés ont vendu en leur temps plus de livres que Victor Hugo ! Petit panorama des œuvres de ces célèbres inconnus.

    Monsieur Lecoq

    Un crime odieux a été commis dans un infâme bouge parisien baptisé La Poivrière. Après une longue filature, l'inspecteur Lecoq arrête un saltimbanque prétendant s'appeler Mai. Le policier se demande alors si ce curieux individu ne pourrait être le duc de Sairmeuse, mêlé à une ancienne et ténébreuse affaire. L'enquête nous entraîne à rebrousse-temps vers le théâtre d'un complot entre deux familles et aux sources d'une énigme passionnante qui s'impose par l'analyse psychologique et la dimension historique. Monsieur Lecoq est certainement le grand chef-d'oeuvre de son auteur, peintre authentique de la société du Second Empire. Toutes les astuces du roman-feuilleton s'associent à la création d'un genre dont Gaboriau reste le pionnier incontestable. Emile Gaboriau (1832-1873) peut à juste titre être considéré comme le père de la fiction policière moderne. Ses chefs-d'oeuvre, Monsieur Lecoq, Le Dossier 113 ou L'Affaire Lerouge ont largement influencé des auteurs comme Conan Doyle ou Agatha Christie et méritent absolument d'être relus aujourd'hui.

    Buy the Book
    La Guerre au vingtième siècle

    25 juin 1945. Fabius Molinas, estimable rentier toulousain, s'apprête à partir quelques temps sur la côte norvégienne pour la saison des bains. Mais une guerre éclate et en ce jour du 25 juin, il est mobilisé et doit rejoindre au plus vite Pontoise où il doit embarquer sur l'aéronef l'Epervier en tant que canonnier au 18e aérostiers de la territoriale. Molinas n'a plus le temps de penser à ses maillots de bain. Entraîné dans une succession d'aventures les plus rocambolesques les unes que les autres, il enchaîne les actes de bravoure et parvient à chaque fois à se sortir des situations les plus dangereuses. De combats aériens en opérations de siège, il réussit toutes ses missions de façon affligeante. Lançant son interjection préférée à tout va : "Cornediable !", il brave l'ennemi comme personne. Tantôt espion, tantôt mitrailleur pompiste, ingénieur-torpédiste de la marine ou encore commandant d'aéronef, sa tâche est rude.

    Les Enfants du ghetto

    Du XVIIe siècle au milieu du XX , Londres voit s'installer des vagues successives de Juifs immigrés après trois siècles de bannissement : sépharades chassés d'Espagne et du Portugal par l'Inquisition, puis ashkénazes d'Europe centrale et orientale poussés à l'exil par de sanglants pogroms. L'East End, le quartier de Whitechapel fut, pour la plupart, à la fois le point d'arrivée et le point de départ vers une vie nouvelle. Aujourd'hui il ne subsiste rien de ce lacis de rues pittoresques et misérables qui grouillaient de toutes les activités d'un peuple, hormis la saga qu'Israël Zangwill, lui-même enfant du Ghetto, nous laisse en témoignage unique d'un monde disparu. L'immense succès des Enfants du Ghetto (1892) valut à son auteur le surnom de Dickens juif. Rires et larmes, comique et tragique, satire féroce et tendre empathie accompagnent notre immersion au sein d'une foule de personnages intensément vivants, forts d'une étonnante vitalité dans l'adversité : petites gens, parvenus, bourgeois petits, moyens et grands et certains types traditionnels du folklore juif : le schnorrer (le mendiant), le shadh'en (le marieur), le shlemihl (le pauvre type), le bouffon. Tous sont confrontés dans leur vie la plus quotidienne aux choix qui s'imposent aux immigrés : fidélité à leurs traditions culturelles, religieuses, linguistiques, culinaires, volonté d'adaptation à la société dominante, tout en navigant, au prix de quelles concessions, de quelles trahisons, de quels enthousiasmes - entre déracinement et enracinement, entre une identité transmise et une identité à construire.

    Buy the Book
    Histoire d'une marie

    Venue de sa campagne, Marie découvre la ville, les hommes... la vie. Jeune et crédule, elle tombe vite sous le charme de ceux qui, du bourgeois cossu à l'apprenti souteneur, tour à tour la séduisent, l'exploitent et la font souffir. Même Henry Boulant, « son » écrivain neurasthénique, n'épargne pas la bonté, l'amour et la pathétique candeur qu'est seulement capable d'opposer Marie à l'égoïsme des hommes... Par son écriture expressive et percutante, Baillon - alias Boulant - réussit à imposer le ton de la naïveté à l'ensemble de ce récit autobiographique, signant par la même occasion un chef-d'oeuvre.

    Buy the Book
    La Madone des sleepings

    Énorme succès des années folles, jamais assez tiré de l'oubli où l'après-guerre l'a vu tomber, la Madone des sleepings est un petit sommet de littérature joyeuse, baroque et cosmopolite. On s'y délecte des aventures échevelées de la délicieuse, la scandaleuse, la très audacieuse Lady Diana Wynham, racontées par le prince Séliman, son secrétaire et confident, qui nous entraînent dans une course poursuite effrénée d'un bout à l'autre de l'Europe. Jeune veuve aux moeurs joueuses et (dé)libérées mais aux finances en berne, Lady D. se lance à la conquête du camarade Varichkine, ci-devant délégué bolchevik à Berlin, pour qu'il lui obtienne l'autorisation d'exploiter les champs de pétrole dont feu son Lord de mari a fait l'acquisition avant que la Russie ne soit soviétique. Séduite par le charme inattendu du gentleman sanguinaire, il lui faudra affronter les dangers déclenchés par la jalousie féroce de la terrible égérie rouge Irina Mouravieff. Au-delà du divertissement, la Madone des sleepings réserve la surprise d'un inoubliable portrait de femme libre, jetsetteuse avant l'heure qui arpente comme en son jardin les territoires à peine découverts de la psychanalyse et du socialisme révolutionnaire.

    Buy the Book
    Les formiciens

    Plongez dans l'abîme du temps, dans la légende d'une civilisation disparue, une épopée dont le héros, sorte de mercenaire au service d'une nation, engendrera une race nouvelle ! 1932, année du « scandale des Goncourt ». Le juré accusé d'avoir modifié son vote en dernière minute n'est autre que Joseph-Henry Boex, alias J.H. Rosny aîné. Il a en effet osé porter sa voix sur un « roman de l'ère secondaire » intitulé Les Formiciens. Un ouvrage devenu mythique qui, en dépit des ans, a conservé une fraîcheur et un dynamisme rare et qui compte, sans aucun doute, parmi les chefs-d'oeuvre miraculeux du genre. Considéré comme un des vingt meilleurs romans de Fantasy de tous les temps ! Une oeuvre unique ! Un chef-d'oeuvre !

    L'invention de morel

    Dans ce classique de la littérature fantastique du xxe siècle, le narrateur se retrouve réfugié sur une île qu'il croit déserte, mais qui s'avère peuplée de personnages avec lesquels aucune communication n'est étrangement possible.

    La Bête immonde

    Après quelques essais dans la littérature générale, le roman policier et la SF, Marc Agapit, de son vrai nom Adrien Sobra (1897-1985) s'est consacré exclusivement au fantastique de 1958 à 1974, publiant 43 romans dans la collection Angoisse du Fleuve Noir. Ensuite, il n'a plus rien écrit. Les quatre romans réunis dans ce volume sont très représentatifs du style Agapit, un ton à nul autre pareil qui fait de cet écrivain un cas à part dans le fantastique français. On est plongé dans une atmosphère pensante et surréaliste, où le tragique le dispute à l'épouvante - "La bête immonde" préfigure le roman d'horreur moderne - , et la moindre des surprises est de constater que le narrateur peut être une femme décapitée (Agences tous crimes) ou un tout jeune fantôme, curieux et craintif à la fois (Greffe mortelle). L'auteur exprime généralement, outre quelques obsessions personnelles qui l'amènent à revisiter l'histoire d'œdipe (Piège infernal), une vision pessimiste de l'être humain prisonnier de son destin, et qui vivant comme mort est sans cesse manipulé.

    L'apprenti sorcier

    " L'ouvrage le plus inquiétant d'Ewers - né en 1871, mort en 1943 - est assurément L'Apprenti sorcier. Là, chacun peut parler d'une prémonition. Dans ce village paisiblement installé aux rivages d'un lac, les forces du mal sommeillent. Un homme peut venir, l'apprenti sorcier, qui déchaînera les monstres et sera, ensuite, incapable de les maintenir. Ce livre, très étrange et très beau, se rapproche - pour une similitude du propos central uniquement - du célèbre roman d'Hermann Broch, Le Tentateur, à propos duquel Broch dans son Autobiographie écrivait : Je me propose de mettre au jour les racines des événements qui se passent en Allemagne avec tous leurs arrière-plans magiques et mystiques, avec leurs tendances qui ressemblent à des illusions collectives, avec leur aveuglement terre à terre et leur ivresse terre à terre... " Hubert JUIN, 1970

    Piège

    Au volant de sa voiture, Roberte fuit Paris. Elle fuit Pierre, trop infidèle, trop snob. Un choc contre une falaise, l'accident... Blessée, Roberte se traîne vers une proche demeure, le château des Mauguérets, et s'évanouit Elle reprend conscience face à une petite fille bizarrement muette, Bérénice. Accueillie, soignée, Roberte apprend que ce château sert de refuge aux créatures les plus déshéritées. Il appartient à un mystérieux "M. Maurice". Jeune encore, Maurice de Vandelle est plus que beau. Sa haute stature, le rayonnement de son visage fascinent Roberte. Malgré l'atmosphère assez lourde des Mauguierets, elle accepte d'y séjourner, car l'étrange et puissante séduction de Maurice la trouble intensément... Comment définir cette brûlante tendresse, cette sorte de ferveur qui embrasent Roberte? Amour? Amitié? Des liens inextricables ne ces-sent de se tisser entre elle et Maurice. Lui, pour-tant, ne parle jamais d'amour. Très malade soudain, Pierre appelle Roberte au secours. Elle part pour Paris, bien décidée à n'y rester que peu. Mais, là-bas...

    0 Comments

    Please log in or sign up to join the discussion

    Related Posts