We think that you are in United States and that you would prefer to view Bookwitty in English.
We will display prices in United States Dollar (USD).
Have a cookie!
Bookwitty uses cookies to personalize content and make the site easier to use. We also share some information with third parties to gather statistics about visits.

Are you Witty?

Sign in or register to share your ideas

Sign In Register

Livres punching-ball : quand la boxe s'en mêle

Found this article relevant?

Mathieu Deslandes found this witty
1

La boxe serait-elle le sport qui inspire le plus les écrivains, malgré la disparition progressive de champions de légende auxquels se référer ?

Peu de sports ont, à ce point, su générer autant de romans, essais, biographies, récits et même quelques bandes dessinées. Creusez vos mémoires pour dénicher dans vos lectures coup-de-cœur un héros cycliste, un personnage principal de père rugbyman ou de loser magnifique ex-volleyeur... Un méchant ex-nageur champion olympique ? Le polar, à la limite, va piocher dans l'ex-basketteur (Myron Bolitar détective privé chez Harlan Coben) ou l'haltérophile déchu pour camper un castagneur.

Dans le même temps, du côté du « noble art » et autres synonymes pugilistiques, depuis Le Combat du siècle de Norman Mailer ou l’incroyable De la boxe de Joyce Carol Oates, il y a pléthore d'écrivains pour mettre en scène boxeurs et combats (réels ou imaginaires), récits de vie et autres documents… Petit recensement.

Coup pour coup

F.X. Toole est un auteur mythique qui n'a signé que deux textes. Mais quels textes ! Le premier, La brûlure des cordes, est un recueil de nouvelles dont l'une, «Million dollar baby», a inspiré à Clint Eastwood son film multi-oscarisé. F.X. Toole, de son vrai nom Jerry Boyd, était entraîneur de boxe, puis soigneur. Pas étonnant que ses pages sentent la poussière de salles d’entraînement paumées ou que la sueur des boxeurs semble coller aux cordes et aux parquets de rings antédiluviens. Coup pour coup, c'est l'histoire de deux amis, Dan Cooley et Earl Daw, «associés dans le circuit de la boxe pendant vingt ans». Histoire de combats, de mauvaises rencontres, de reconversion quand l'un devient père, et de défaites… jusqu'à l'ultime, quand la mort l'emporte par KO. F.X. Toole, Jerry, mort des suites d'une hospitalisation, ne put terminer ce roman comme il le souhaitait. Ses éditeurs prirent le relai pour l’achever.  

Buy the Book
Danbé

C'est un parcours de vie hors norme que ce Danbé («dignité» en malinké), qui raconte la trajectoire d'Aya Cissoko. Pour sa famille, venue du Mali, l'installation en région parisienne fut synonyme de tragédies (son père est décédé lors d'un incendie criminel à Paris en 1986, tout comme sa petite sœur). La boxe, pour Aya, fut plus qu'un exutoire. Une manière de s'intégrer en tentant de garder l'équilibre entre la vertu inculquée par sa mère, Massiré, et la rage. Aya, devenue championne du monde de boxe, raccrocha les gants suite à une fracture de vertèbre cervicale. Son livre a suscité un bel engouement et a même été adapté en téléfilm (Danbé, la tête haute) en 2014.

Buy the Book
Mon père était boxeur

C’est pour exorciser le souvenir d’un père violent et taiseux (qui ne réservait pas qu’à la pratique sportive son talent de boxeur…) que Barbara, sa fille, a convoqué ses souvenirs, pioché dans les documents familiaux pour réaliser un scénario de film documentaire qui a servi à l’illustrateur Kris pour l’adaptation en BD. Ces planches offrent une vision «distanciée» du quotidien du boxeur, un envers du décor qui fait mal. 

Buy the Book
Mal tiempo

Un livre rythmé, qui heurte et emballe dès le premier chapitre. Des phrases qui racontent la sueur, l’effort, l’âme de la boxe cubaine, l’enthousiasme (ou la lassitude) des combats. On y suit le narrateur (boxeur qui fréquente les rings depuis trois décennies), un entraîneur et deux jeunes dont l’un, Yoangel Corto, 22 ans, « sait un truc qui ne s’apprend pas : le bon tempo ». L’écriture, saccadée, est travaillée pour coller au rythme des combats de boxe. « Il a serré la garde, un crochet du droit l'a giflé entre plexus et abdomen, un uppercut à la mâchoire, un crochet du gauche à la face. Il a marqué un temps d'arrêt, planqué derrière ses gants. »

Buy the Book
Le Boxeur manchot

De quoi sourire, s’étonner, s’inquiéter et… réfléchir avec ce recueil de nouvelles culte (bien que moins éclectique que Le Poulet tueur et la folle honteuse du même auteur). Le boxeur manchot, le personnage malchanceux de la nouvelle éponyme, met en scène la déchéance d’un jeune homme (né « simplet ») qui quitte sa campagne de l’Arkansas et s’engage dans la Marine. Devenu boxeur, il perd un bras lors d’un accident et, inéluctablement, dégringole : prostitution puis meurtre. Depuis sa cellule de prison où il attend le moment de son exécution, il essaie de comprendre ce qui l’a conduit à cette extrémité. 

Buy the Book
Balancé dans les cordes

Punchy et sans fioriture, ce livre déroule la vie de Tony, un petit gars de banlieue rouge. Un père gitan qui a mis les bouts très vite, une mère qui survit en se livrant à la prostitution et lui, Tony, qui grandit malingre et se fait tabasser à l'école. Le jour où un tonton le pousse à apprendre à se défendre et lui indique une salle de boxe, c'est la révélation. Quelques victoires et un grain de sable plus tard, c'est l'engrenage : pour protéger sa mère, Tony s'acoquine à un truand local. L'escalade vers toujours plus de violence se met en place, inexorablement. Un texte récompensé par le prix Polar SNCF en 2013.

Buy the Book
Comment vivre en héros ?

« Marcel Rivière, mon père, aimait la boxe sans l'avoir pratiquée. Il révérait Cerdan (...) admirait Joe Louis et Max Schmeling… » écrit le héros narrateur de ce roman dans le chapitre d'ouverture qui s'intitule « Un enfant ne devrait pas boxer ». Pourtant, Tristan s'essaiera à la boxe, avec un certain succès même. Un jour, il abandonne son entraîneur, une vraie tête brûlée, alors qu'une rixe démarre. Pas facile d'être un héros après ça (Tristan est synonyme de courage et d'héroïsme pour ses parents qui ont choisi ce prénom à dessein). Grandir, mûrir, quand cette lâcheté initiale revient vous hanter régulièrement n'est pas facile pour Tristan qui, à défaut d'être un « vrai héros » va s'attacher à être moins pleutre. Jusqu'à réussir à remonter, adulte, sur un ring...  

Buy the Book
The Lost Landscape

Dans cet ouvrage (à paraître en français en octobre 2017 chez Philippe Rey sous le titre Paysage perdu) qui se promène à travers sa «jeunesse d'écrivain », Joyce Carol Oates écrit : « La boxe est le plus cruel des sports. Le public ne voit que les grands champions au sommet de leur carrière, mais dans la réalité de la boxe, dans sa culture même, l'échec est omniprésent : blessures, démence, mort prématurée. Le simple fait de dominer son adversaire fait du boxeur un héros – en tout cas c’était comme ça à l’époque de mon père. Le boxeur est celui qui fournit aux hommes, qu'ils soient ou non semblables à lui, un lien affectif avec un passé (mythique) (masculin) où la violence et la grâce, le désespoir et le courage, le talent brut et le calcul allaient de pair et étaient glorifiés ». À lire en même temps que l'essai que Joyce Carol Oates a entièrement consacré à ce sport (De la boxe). 

Buy the Book

Journaliste passée du sport à la littérature, de Canal+ à Psychologies Magazine. Auteur de "Le Football expliqué aux filles" (Hermé/La Martinière, 2002), grosse lectrice de polars, romans ... Show More

Found this article relevant?

Mathieu Deslandes found this witty
1