We think that you are in United States and that you would prefer to view Bookwitty in English.
We will display prices in United States Dollar (USD).
Have a cookie!
Bookwitty uses cookies to personalize content and make the site easier to use. We also share some information with third parties to gather statistics about visits.

Are you Witty?

Sign in or register to share your ideas

Sign In Register

Le manga, ce n’est pas que pour les ados !

Souvent associé aux interminables séries de fanfiction, peuplées de créatures hybrides et peroxydées, aux dialogues minimalistes saturés d’onomatopées, le manga n’est pas une lecture facile à assumer.

En France, on se rappelle des propos de Ségolène Royal, en 1989, qui s’en prenait aux dessins animés japonais proposés par le Club Dorothée, que j’ai pour ma part consommés à outrance avec mes sœurs sans avoir l’impression d’y avoir laissé une partie trop considérable de mes neurones. Voici comment l'ancienne députée qualifiait alors les mangas: « coups, meurtres, têtes arrachées, corps électrocutés, masques répugnants, bêtes horribles, démons rugissants. La peur, la violence, le bruit. Avec une animation minimale. Des scénarios réduits à leur plus simple expression ». C’était bien mal connaître ce genre polymorphe dont les premières productions datent du XVIIIe siècle ; un genre qui flirte aussi bien avec la veine très commerciale que celle du roman graphique exigeant, voire difficile.

Digne représentant de cette dernière tendance, Taiyō Matsumoto est un mangaka brillant, auteur de seinen, dont la douceur du trait traduit la poésie onirique qui caractérise son univers. Attaché à donner la parole aux orphelins et aux marginaux, il fait de l’image un espace mouvant dans lequel tout est permis.

Https%3a%2f%2fbookwitty.imgix.net%2fhttps%253a%252f%252fbookwitty.imgix.net%252fhttps%25253a%25252f%25252fbookwitty.imgix.net%25252fhttps%2525253a%2525252f%2525252fs3.amazonaws.com%2525252fuploads.bookwitty.com%2525252f015d3fb2 e792 4f3b b62d 18cc4d0873e9 inline original.jpeg%25253fixlib%25253drails 2.1.3%252526fit%25253dmax%252526w%25253d570%252526widths%25253d%2525255b190%2525252c%25252520580%2525252c%252525201140%2525255d%252526s%25253dc83eb542a675b48284d27cea4800d3d9%253fixlib%253drails 2.1.3%2526fit%253dmax%2526w%253d570%2526widths%253d%25255b190%25252c%252520580%25252c%2525201140%25255d%2526s%253dd032cd95c5388255d3de4d3c0a7ad2de%3fixlib%3drails 2.1.3%26fit%3dmax%26w%3d570%26widths%3d%255b190%252c%2520580%252c%25201140%255d%26s%3d293392c09b4d7f257f8e633b4a6d520f?ixlib=rails 2.1
Extrait d'Amer béton, de Taiyō Matsumoto

Matsumoto a 25 ans quand il découvre l’œuvre de Mœbius lors d’un séjour en France, la même année que la sortie de Mme Royal sur les mangas. C’est la révélation. Il décide alors de mêler les inspirations japonaise et européenne en un style graphique unique qui lui vaut aujourd’hui encore une reconnaissance artistique mondiale. Matsumoto a notamment remporté le très prestigieux prix Eisner pour l’édition américaine de son œuvre Amer béton en 2008, ainsi que le prix culturel Osamu Tezuka pour Le Samouraï bambou en 2011.

Vous pensez que le manga est réservé aux ados ? Vous êtes curieux mais vous ne voulez pas vous lancer dans une série qui ne finit jamais ? N’hésitez plus, et plongez dans l’univers étrange et poétique de l’un des plus grands maîtres du seinen contemporains.

Amer béton

Publié au Japon en 1993 dans le magazine Big Comic Spirits, puis pour la première fois en France en 1996, Amer béton a été adapté au grand écran en 2006. L’histoire se déroule à Takara, une ville fictive. Shiro et Kuro, alias Noiro et Blanko, deux enfants des rues surnommés « les chats » par la police locale, sèment la terreur dans leur quartier. Tels des chats de gouttière, ils vivent dans la rue, font les poubelles et les poches, et n’hésitent pas à sortir les griffes pour défendre leur territoire. Le jour où des yakuzas s’installent avec le projet de raser la ville pour en faire un parc d’attractions, ils leur déclarent la guerre. Pour eux, nul besoin de parc d’attraction : la ville elle-même est un terrain de jeu géant. Lieu de tous les possibles, elle est le lieu privilégié de l’expression de leur imaginaire débordant. Chez Matsumoto, la ville est animée par un mouvement permanent et change sans cesse de visage. Comme dans un labyrinthe, on y perd ses repères et son sens logique, à l’image du capitalisme fou qui envahit les lieux et contre lequel « les chats » s'insurgent. Aveuglés par l’argent, les adultes ne sont plus en mesure d’incarner la moindre autorité morale, il revient donc aux enfants de remettre un peu d’humanité au cœur de leur ville, à la fois terrain de jeu et miroir de notre société. Amer béton, c’est aussi et surtout la bouleversante histoire d’amitié entre deux enfants aussi opposés que complémentaires, dont la survie de l’un dépend de celle de l’autre.

Buy the Book
GoGo Monster

À 9 ans, Yuki est en contact avec une dimension de l’univers que lui seul peut ressentir. Il prétend voir des esprits, ce qui lui vaut d’être rejeté à l’école. Seul Makoto accepte de s’asseoir à côté de lui. Lui ne voit pas d’esprits, mais il aime bien Yuki et essaie de le comprendre. Une grande amitié va naître entre les deux enfants. Et puis il y a QI, un autre marginal de l’école qui cache son visage dans une boîte en carton. Un jour, les fantômes de Yuki commencent à faire irruption dans le monde réel. Le petit garçon serait-il en train de devenir fou ? Difficile de distinguer ce qui relève de son imagination et de la pure schizophrénie. Matsumoto excelle pour ce qui est de rendre poreuse la frontière entre le réel et la fiction. Dans GoGo Monster, les dessins d’enfant côtoient un traitement graphique très détaillé, permettant plusieurs niveaux de lecture qui participent à la profondeur et la singularité de ce one-shot. Au moment de sa sortie en France, GoGo Monster s’est démarqué comme l’un des plus beaux albums de l’année et sans doute le plus graphique de tous les ouvrages de Matsumoto. En attendant que la version française redevienne disponible, la version anglaise, elle, est accessible. 

Buy the Book
Le Samouraï bambou t.1

Un mystérieux rônin (samouraï sans maître) débarque à Edo, l’ancienne ville de Tokyo. Réservé, peu loquace et contemplatif, il flâne dans le quartier, parle tout seul et joue avec les enfants. Son arrivée intrigue les habitants qui s’interrogent sur son identité et les raisons de son installation. D’autant qu’à la ceinture, au lieu du traditionnel katana, il ne porte qu’un sabre en bambou. Cela ne l’empêche pas de faire fuir tout ennemi potentiel qui croise sa route et d’imposer son incroyable aura à tous ceux qu’il rencontre au cours des huit tomes qui relatent ses aventures. 

En faisant le choix du Japon féodal, grand classique du seinen, Matsumoto intervient là où on ne l’attend pas et démontre une nouvelle fois l’étendue de son talent. Écrit en collaboration avec le scénariste Issei Eifuku, Le Samouraï Bambou puise à la fois dans les codes du manga traditionnel, de l’estampe japonaise et de la naïveté des dessins d’enfants. Une œuvre originale et touchante qui illustre à merveille la dimension poétique du travail de Matsumoto.

Buy the Book
Sunny t.1

Dernier titre de Matsumoto paru en France, Sunny relate le quotidien d’une douzaine d’enfants dans un foyer pour orphelins. Au fond du jardin, la carcasse d’une vieille Nissan, surnommée Sunny, accueille les histoires, les secrets et les coups de blues des enfants qui en ont fait leur cachette. Certains sont orphelins, d‘autres sont abandonnés. Il y a Haruo le rebelle aux cheveux blancs, Tarô le géant simple d’esprit, Junsuke le cleptomane. Avec les éducateurs qui partagent leur quotidien, leur tribu ne ressemble à nulle autre. Sans jamais tomber dans le pathos, Matsumoto introduit ses personnages avec la délicatesse qu’ils méritent, par la petite porte de leur quotidien, au travers des querelles concernant les repas, de leur attachement aux petits riens de tous les jours, de leurs silences et de leurs états d’âme. Les histoires individuelles se dessinent ainsi en creux de cette routine collective et, une fois dévoilées, viennent nous toucher en plein cœur. Matsumoto, qui s’est inspiré de sa propre enfance pour construire cette histoire, signe avec Sunny son œuvre la plus personnelle.

Buy the Book

Fondatrice de la librairie française de Bucarest, Kyralina, j'ai vécu six ans en Roumanie. Aujourd'hui je travaille à Bookwitty, à Paris.

2 Comments

Please log in or sign up to join the discussion

Antoine Gédéon
Très bon article,il manque juste une référence au manga "number 5", véritable cri d'amour de Matsumoto à Moebius.
Sidonie Mézaize
Merci pour cette remarque et cette suggestion ! "Number 5" m'avait échappé, je ne manquerai pas de le lire. 

Related Posts