We think that you are in United States and that you would prefer to view Bookwitty in English.
We will display prices in United States Dollar (USD).
Have a cookie!
Bookwitty uses cookies to personalize content and make the site easier to use. We also share some information with third parties to gather statistics about visits.

Are you Witty?

Sign in or register to share your ideas

Sign In Register

Faux sujets, vraies BD : l'art du canular

Un bon biopic est souvent bien plus agréable et percutant que la plus complète et documentée des biographies. En deux heures, on s’est délecté d’une chouette histoire et on appris deux ou trois choses. La BD est souvent encore plus efficace car plus courte, et permet de s’attarder sur des détails tout en appréciant le point de vue d’un auteur. Surtout lorsque le sujet nous est méconnu.

Natures mortes

Natures mortes est l’évocation par le scénariste Zidrou et le dessinateur Oriol d’un peintre espagnol né en 1873 et mystérieusement disparu 26 ans plus tard, que l’histoire de l’art semble avoir oublié. Car nombre des toiles impressionnistes de Vidal Balaguer, c’est son nom, se sont volatilisées, probablement détruites par cet éternel insatisfait criblé de dettes. C'est ce que précise le court texte biographique d’un prof d’histoire de l’art barcelonais, à la fin de l’album. Un texte qui vient appuyer la véracité des faits ayant inspiré une BD qui lorgne tout de même un peu vers le fantastique. Hélas, pour les plus curieux, ceux qui auraient envie d’en savoir plus sur cet artiste maudit, une rapide recherche sur le net (technologie fossoyeuse des meilleures supercheries) met la vérité à nu : non, Vidal Balaguer n’a pas existé, si ce n’est dans l’esprit taquin des auteurs des Trois Fruits. Bel exemple de BD-canular, car si le récit en lui-même paraissait bien fictionnel, l’addendum universitaire semait le trouble. Mais pour raconter l’histoire d’un homme qui fait disparaître tout ce qu’il peint, la malice était de mise.

Buy the Book
Charlie Chan Hock Chye, une vie dessinée

Au registre des fausses biographies, le gros volume Charlie Chan Hock Chye, une vie dessinée, «présenté» par Sonny Liew, ne fait pas illusion très longtemps sur la réalité de ce «plus célèbre auteur de bandes dessinées singapourien». Mais qu’importe, le subterfuge n’est ici que prétexte à détailler la chronologie méconnue de cette ville-État de la péninsule malaise depuis la décolonisation. Sonny Liew, véritable auteur de Singapour, déploie une large palette de styles graphiques, du manga de SF au strip animalier, en passant par le réalisme documentaire, pour épouser la carrière de son héros fictionnel. Offrant au fil de ces 320 pages une somme historique pointue et touffue, en même temps qu’un objet bande dessinée ambitieux.

Buy the Book
Lucy Loyd's nightmare

On ne peut pas évoquer les faux auteurs de BD sans dire un mot des albums signés sous pseudo, recouvrant ainsi une personnalité inventée de toutes pièces. C’est le cas du jouissif Lucy Loyd’s Nightmare. Présenté comme étant le nouvel album de la «reine du comics horrifique», ce cauchemar littéraire est une savante et palpitante construction gigogne au service de la série B, hommage aux Contes de la crypte et autres production d’EC Comics. Évidemment, Lucy Loyd et ses fascicules terrifiants – qui sont un des moteurs narratifs de ce recueil d’histoires courtes feuilletonesques, puisqu’ils naviguent entre les mains des victimes d’un mystérieux tueur – n’existent pas dans la vraie vie. Et les auteurs de ce délicieux canular débordant d’hémoglobine sont restés non identifiés. Mais c’est plus rigolo comme ça, non ?

Buy the Book
Cigish ou Le Maître du Je

Voici une mise en abyme encore plus vertigineuse. Tenez-vous bien. Dans ce gros bouquin en noir en blanc aux allures de roman graphique, l’auteure se met en scène en train de replonger dans une de ses passions de jeunesse : le jeu de rôle. Elle reprend donc le costume de Cigish, son personnage de nain nécromancien, méchant, très méchant. Mais pas autour d’une table, avec de la bière, des copains et des bougies. Non, dans la vraie vie. Et les crasses qu’elle va infliger à son entourage et sa famille, elle va les raconter sur un blog, dont le présent livre est la version papier. Et qui dit blog dit commentaires : Florence/Cigish joue avec ses lecteurs en les trollant à mort, effaçant la frontière entre réalité et fiction (les deux registres se nourrissant l’un l’autre), repoussant les limites du jeu de rôle. S’ajoutent à cela la création d’un faux blog de critiques BD, ses entrevues avec son éditeur, et des parenthèses plus intimes. On ne sait plus démêler le vrai du faux et la lecture de Cigish se fait à la fois flippante, troublante et extrêmement excitante. Une expérience limite pour un livre rare.

Buy the Book
Carnet du Pérou

Un autre genre à la mode a subi son canular : le récit de voyage. Et gageons que bon nombre s’y sont laissés prendre, au moins durant un bon tiers du bouquin. Dans Carnet du Pérou, Fabcaro (Zaï zaï zaï zaï) raconte avec moult détails tellement authentiques son voyage au pays des lamas. Le visage si touchant des habitants des Andes sous leur bonnet typique, le parfum des épices, le sourire des enfants, les proverbes locaux si simples, si beaux. Sauf que, bien entendu, Fabcaro n’a jamais bougé son postérieur de devant son ordi, sauf peut-être pour aller à la bibliothèque afin de relire Tintin et le Temple du Soleil. En même temps, avec Google images, à quoi ça sert de voyager ? Mêlant croquis «d’après nature», strips humoristiques, notes de voyages en car et autres détournements, le dessinateur s’en donne à cœur joie, provoquant des vagues de fous rires chez le lecteur – un fois qu’il a compris de quoi il s’agissait. Un must d’humour référencé, qui laissera les plus naïfs un peu bêtes (c’était un conseil pour un cadeau bien ciblé).

Buy the Book

Benjamin Roure est journaliste indépendant, spécialisé en bande dessinée. Rédacteur en chef de Bodoi.info, site d'actualités et de critiques BD.

0 Comments

Please log in or sign up to join the discussion

Related Posts