We think that you are in United States and that you would prefer to view Bookwitty in English.
We will display prices in United States Dollar (USD).
Have a cookie!
Bookwitty uses cookies to personalize content and make the site easier to use. We also share some information with third parties to gather statistics about visits.

Are you Witty?

Sign in or register to share your ideas

Sign In Register

Au secours, doudou est perdu ! (Et autres grands drames des petits)

Affronter la perte d’un doudou, les bouleversements d’un déménagement, les bisous intempestifs des grands, les disputes entre amis ou frères et sœurs ; assumer ses complexes physiques pour faire face aux moqueries et construire son identité ; manger des légumes (autres que les indéboulonnables pommes de terre…) ; apprendre à gérer ses colères, à s’habiller tout seul, à modérer ses caprices et pulsions d’achats, à lâcher sa console de jeux et à apprivoiser l’ennui… Tous ces défis sont d’autant plus faciles à relever quand un livre vient les expliquer ou les dédramatiser par le rire. 

Le Doudou fou

Doudou a disparu ! Lola est inconsolable. Avec l’aide de Malo, elle le cherche dans tous les recoins de la maison. Quand Lola aperçoit deux oreilles roses dépasser du tiroir, une pointe d’espoir renaît dans son cœur. Mais ce n’est que le lapin de Malo ! Même confusion/déception avec d’autres peluches (un éléphant bleu, un crocodile, un tigre). À quoi peut bien ressembler ce doudou que Lola prend pour tant d’autres animaux ? À un doudou fou ! Poils bleus, oreilles roses, pattes vertes et queue rayée, l’excentrique doudou s’était caché… dans le frigo ! Quel coquin ! Lola lui administre un énorme bisou… La perte du doudou, c’est un grand classique. Ce que dit cette histoire, c’est qu’on finit par le retrouver. Et qu’il est inutile d’essayer de le remplacer ! Les héros sont des animaux humanisés qui renforcent la dimension rassurante de l’histoire. À partir de 2 ans.

Buy the Book
Betty voit rouge

Miam ! Une banane ! Betty se réjouit de la croquer. Mais la peau s’interpose. Betty ignore comment l’éplucher ! Elle voit rouge. Concert de pleurs, de cris et de gestes agressifs pour signifier sa rage. Monsieur Toucan intervient : inutile de se fâcher de la sorte. La colère retombée, Monsieur Toucan épluche ladite banane. Betty voit rouge. Elle voulait le faire elle-même. Concert de larmes : le rappel. Monsieur Toucan lui adresse des paroles apaisantes. Elle pourra s’y essayer à une autre occasion. En attendant, qu’elle se régale. Mais la banane se coupe en deux. Betty voit rouge. Replay ! Monsieur Toucan menace de manger le fruit à sa place. Effet immédiat. Betty se calme et déguste la banane… Un album tout carton pour aider à gérer grosses colères et petites frustrations. À partir de 1 an.

Buy the Book
La Soupe aux frites

Menu du jour : soupe aux frites ! Tel est le subterfuge d’une maman crocodile lassée des réactions de dégoût de ses enfants. Mais elle est verte, cette soupe, fait justement remarquer l’un d’eux. Maman croco esquisse un sourire et déclare, péremptoire : « Parce que j’ai mélangé les frites jaunes avec des bonbons bleus ! » Mais alors… pourquoi sent-elle le poireau ? Une goutte de sueur perle sur le front de la mère. Elle reconnaît qu’elle en a mis un peu, parce qu’avec les bonbons, la soupe était trop sucrée. Les enfants, perplexes, jaugent la soupe… et l’avalent d’un trait ! Victoire un à zéro pour maman croco, qui sifflote l’air de rien. C’était drôlement bon ! Les enfants en réclament encore. Mais il n’en reste plus. Les enfants se précipitent hors de table et reviennent avec… un sachet de frites et un bocal de bonbons. On refait de la soupe ? Un album plein d’humour, d’une justesse confondante. Tous les moyens sont bons pour faire manger des légumes aux enfants ! À faire lire à vos risques et périls. Possible, ensuite, que vos charmantes têtes blondes ne prennent plus la sauce tomate bio pour du ketchup… À partir de 3 ans.

Buy the Book
Je veux pas déménager !

Dans la famille lapin, je voudrais le père et la mère. Ils ont une grande annonce à faire : toute la famille (y compris le chat) va déménager. Dans la famille lapin, je voudrais l’aîné, Simon, qui rétorque : « M’en fiche ! » Les parents ont beau multiplier les arguments (la maison sera plus grande, Simon aura sa chambre pour lui tout seul) Simon campe sur ses positions et érige son « m’en fiche ! » en leitmotiv. Le soir, dans sa tête, ça cogite. Comment ses parents peuvent-ils songer à s’en aller ? Simon a grandi dans cette maison. Il en connaît toutes les cachettes. Simon prend une grave décision : il ne partira pas ! Des sanglots étouffés parviennent jusqu’à ses (longues) oreilles. C’est Gaspard, son petit frère. Simon accourt pour le réconforter. « Vleu pas déménazer, moi ! » souffle Gaspard entre deux hoquets. Simon est prêt à tout pour consoler son petit frère. Même à faire la promo de la nouvelle maison ! Ils vont se faire des tas de nouveaux copains. Et puis, cette vieille maison, là, elle est toute « beurk kakadoi ! » Simon arrache un éclat de rire à son petit frère. C’est gagné. Le lendemain matin, leur maman tente de les rassurer. Les deux acolytes, désormais ravis de déménager, répondent tout sourire : « On s’en fiche ! » Les dessins naïfs, cernés de gros traits noirs, rythmés par des couleurs vives, sont portés par des personnages aux expressivités fortes, ultra attachantes. À partir de 3 ans.

Buy the Book
Le Grand et le Petit

Les personnages sont des ombres, ponctuées de quelques détails : des oreilles, des yeux, le pompon d’un chapeau de marin. Ils sont deux garçons. Tout le monde les appelle le Grand et le Petit. Plutôt abstrait tout ça, mais très ingénieux, en fait : cela accentue la dimension universelle de cette histoire. S’agit-il de deux amis ? De deux frères ? On l’ignore. Mais, ce qui importe, c’est leur relation. Le Grand construit un bateau. Bien entendu, le Petit veut l’imiter. Le Grand lui donne des conseils mais, rapidement, il s’exaspère de ce Petit toujours fourré dans ses pattes. Le Petit, quant à lui, déborde d’enthousiasme mais se décourage facilement. Il ne se sent pas à la hauteur de ce Grand qui réussit tout. De son côté, le Grand ne supporterait pas qu’un petit se débrouille mieux que lui. Une rivalité tacite s’installe entre eux. Chacun se presse d’achever le bateau. Mauvais joueur, le Grand fait remarquer les défauts de construction du bateau réalisé par le Petit. Ils se chamaillent et se boudent. Mais le Grand, comme le Petit, se sentent vite seuls l’un sans l’autre. Ils font la paix... À partir de 5 ans.

Buy the Book
Oh hé, ma tête!

Pour l’enfant, vouloir s’habiller tout seul exprime une des toutes premières velléités d’indépendance. Et un sacré challenge à relever ! Enfiler les manches emmêlées du pull, veiller à ne pas glisser les deux pieds dans la même jambe de pantalon, mettre ses chaussures à l’endroit… le parcours est semé d’embûches insoupçonnées ! Dans cet album irrésistible, le petit héros, appelé pour le bain, enlève précipitamment son tee-shirt. Il s’y prend mal et reste coincé. Scène croustillante : le voici les bras levés, enveloppé dans le tee-shirt qui remonte jusqu’en haut de sa tête ! Le garçon se tortille dans tous les sens. En vain. Là commence une réflexion intime à l’absurdité désopilante. Et s’il demeurait ainsi toute sa vie ? Il s’imagine vivre et grandir avec ce tee-shirt, peu pratique, certes, mais supportable s’il met au point quelques astuces. Une paille à rallonge pour boire, par exemple. Après s’être rêvé adulé par la foule ou, conquérant, au sommet d’une montagne (toujours avec le tee-shirt), le garçonnet finit par grelotter. Il retente sa chance pour s’extraire du tee-shirt. Il faut peut-être commencer par le pantalon ? Mauvaise idée… Saucissonné dans son tee-shirt, le pantalon baissé, il n’y a plus qu’à appeler maman à la rescousse… À partir de 3 ans.

Buy the Book
Un grand jour de rien

La pluie tombe drue sur une maison perdue au milieu des bois. Un garçon et sa mère s’y refugient. La bâtisse sera leur tanière le temps des vacances. Dans le salon, la mère frappe avec cadence sur le clavier de son ordinateur. Sur le canapé, le préado martèle les touches de sa console de jeux, dégommant frénétiquement de belliqueux martiens. Agacée par ce staccato compulsif, sa mère l’envoie prendre l’air. De mauvaise grâce, il enfile son manteau et emporte sa console. En chemin, il aperçoit, jaillissant de l’étang, des rochers ronds comme des têtes de martiens. En sautant dessus pour les écraser, sa console tombe à l’eau. Dépossédé de son joujou, le jeune garçon contemple enfin la faune et la flore qui l’entourent. Parmi les arbres, les tapis de feuilles et les insectes, il observe les moindres détails. Ici, les chapeaux étonnants des champignons qui sentent comme la cave de papy. Là, les rayons de soleil qui perforent les nuages gris. Bruits, images, odeurs, tout est prétexte à faire surgir des souvenirs, à éveiller les sens et la curiosité. Lorsqu’il regagne le salon, comblé par ce voyage inattendu, le garçon se délecte du calme ambiant et partage un chocolat chaud avec sa mère. Quel merveilleux jour de rien ! Un album, non pour tromper l’ennui, mais pour apprendre à l’aimer. S’ennuyer, ce n’est pas rien faire. C’est prendre le temps de se poser, d’observer, d’écouter, de s’inventer des histoires ou de goûter à des divertissements simples, tels que l’exploration de la nature. De quoi répondre aux prochains « je sais pas quoi faire » de vos enfants. Mention spéciale pour les sublimes illustrations aux couleurs de l’automne, presque tactiles tant elles font ressentir la matière. À partir de 6 ans.

Buy the Book
Bob l'artiste

Oreilles décollées, nez proéminent, lunettes... Les sources de complexes ne manquent pas. Et, à ce sujet, dans les cours d’école, les enfants ne se font guère de cadeaux. Dans cet album, l’oiseau Bob, lui, a de longues pattes très maigres. Ce qui lui vaut les quolibets de ses camarades chat, hibou et autres oiseaux. Attristé, Bob décide de réagir. Et s’il essayait la gymnastique pour se muscler ? Ou les repas hypercaloriques, pour grossir ? C’est un échec. Reste à se cacher, pense-t-il. Mais, derrière son chapeau et son manteau trop larges, Bob se trouve clownesque. Il erre dans les rues, désappointé, quand il croise une galerie d’art. Face aux toiles des artistes contemporains (on reconnaît les styles de Picasso, Miró, Mondrian, etc.), Bob a une révélation. De retour chez lui, face au miroir, il s’arme d’un pinceau et peint son bec, avec des feuilles stylisées multicolores, à la façon de Matisse. Le lendemain, il s’inspire de Pollock. Le surlendemain de Sonia Delaunay. Ceux qui avaient moqué Bob se mettent à l’admirer, à le complimenter. Bob ne se soucie plus de ses pattes en fils de fer. Il en est même plutôt fier… Un album constructif et rassurant : le meilleur moyen d’assumer ses complexes et de balayer les railleries, c’est encore de s’accepter tel qu’on est, de cultiver sa personnalité et sa créativité. À partir de 4 ans.

Buy the Book
Ça suffit les bisous !

Lara est mer-vei-lleuse ! Premiers pas, premiers mots, tout ce qu’elle fait est formidable, incroyable, fantastique ! Et un bisou par-ci. Et un bravo par-là ! Et un autre bisou, juste pour le plaisir. Et deux, trois bisous pour agrémenter le câlin. Sans compter les bisous rituels : de réveil, de dodo, de bonjour, d’au revoir, de jeux, d’encouragement. Ses parents, de « vraies mitraillettes à bisous » ! À l’école, c’est encore pire. Il y a le grand Loulou qui n’arrête pas de l’embêter et qui, un jour, sans crier gare, se met à vouloir lui coller un répugnant bisou gluant sur la joue. Et paf ! Lola l’envoie sur les roses. Mais, le plus terrible, ce sont les baisers des gens qui viennent en visite. Les baisers poilus de tonton. Les baisers collants de mémé. Ceux qui éclaboussent. Et ceux qui sentent le poisson ou le vieux mégot ! Stoooop ! Pour se protéger, Lara prétexte un rhume ou s’arme d’un parapluie « parabisous ». N’y comprenant plus rien, ses parents l’emmènent consulter un docteur, qui conclut à une overdose de bisous. La prescription est simple : limiter les bécots ! En cas de manque, Lara pourra toujours en réclamer quelques-uns… Imaginé à partir d’une idée originale du philosophe Pascal Bruckner, cet album invite à réfléchir sur la juste dose d’amour et d’attention à délivrer. Et le droit des enfants à exprimer leurs limites en la matière, à faire respecter leur corps. Ce qui peut être interprété comme de l’impolitesse cache parfois un sentiment plus complexe. Trop ou trop peu. La frontière est parfois subtile. À partir de 5 ans.

Buy the Book
Je le veux !

Comment faire comprendre à ses enfants qu’ils ne peuvent pas acheter tout le magasin chaque fois qu’ils nous accompagnent en courses ? Ou leur expliquer qu’ils ne sont pas obligés de porter des vêtements et chaussures de marque (la même, exactement, que le copain ou la copine cool) de la tête aux pieds pour exister ? Bref, comment leur faire comprendre la valeur de l’argent et leur apprendre à se comporter en consommateurs raisonnés ? Avec ce petit livre qui, à travers de courtes BD, met en scène ces situations familières du quotidien. Et délivre quelques clés. On notera que l’ouvrage est issu d’une collection (« Les tracas de Théo et Léa ») pas inintéressante au regard de cette sélection puisqu’elle aborde, entre autres petits soucis, les difficultés à rester concentré ou à se faire des amis. À partir de 6 ans.

Buy the Book

Perrine Parageau est titulaire d'un doctorat sur le récit d'enfance contemporain. Spécialisée en littérature de jeunesse, elle travaille pour l'édition et la presse écrite.

0 Comments

Please log in or sign up to join the discussion

Related Posts