We think that you are in United States and that you would prefer to view Bookwitty in English.
We will display prices in United States Dollar (USD).
Have a cookie!
Bookwitty uses cookies to personalize content and make the site easier to use. We also share some information with third parties to gather statistics about visits.

Are you Witty?

Sign in or register to share your ideas

Sign In Register

6 livres à lire avant de jouer en bourse

Found this article relevant?

2

Les écrivains adorent jouer avec la Bourse. Spéculateurs, banquiers et hommes d'affaires hantent la littérature depuis plus de deux siècles, à travers des genres aussi divers que le polar, la nouvelle ou le théâtre. Des générations de lycéens ont planché sur L’Argent d'Émile Zola, féroce critique du capitalisme, parue en 1891. Il faut dire que le XIXe marque en France l'âge d'or du « roman boursier », sur fond de fièvre spéculative et d'essor des idées socialistes.

La plupart des auteurs de l’époque sont tombés dans l'oubli, sauf pour les courageux thésards travaillant sur le sujet. En France, en revanche, tout le monde a entendu parler de leur héritier contemporain le plus célèbre, un certain Paul-Loup Sulitzer, dont les « westerns financiers » ont captivé des millions de lecteurs dans les années 1980, à défaut d'avoir conquis les critiques littéraires.

Si les écrivains parient sur la finance, c'est que le sujet se prête à la fiction : réacteur du capitalisme moderne dont elle incarne à elle seule la démesure, la Bourse est aussi une formidable machine à fantasmes, le territoire où se déchaînent les passions humaines – envie, orgueil, volonté de puissance… Du pain béni pour les auteurs, quel que soit d’ailleurs le point de vue politique ou moral qu’ils adoptent.

Mais ce n'est pas parce que les lecteurs sont fascinés par des traders de papier qu'ils leur confieraient leurs économies. En France, la Bourse a toujours eu mauvaise presse, les épargnants redoutant d’y laisser leur chemise. La dernière crise financière n'a rien fait pour redorer son image... On ne sait pas si les six livres qui suivent vous réconcilieront avec le monde de la finance, mais ils vous en apprendront peut être un peu plus sur ses rouages et ses mystères.

Les Bandits - Opéra bouffe en trois actes

Ce livre n’est pas un polar mais il démarre comme une enquête policière. Un matin d’avril 2011, un agent littéraire new-yorkais trouve sur son bureau un manuscrit signé J. Volpi. Ce Volpi (qui est aussi, on l’aura compris, le nom de l’auteur des Bandits), est un financier de haut vol passionné d’opéra, qui a dû fuir les États-Unis après avoir monté une escroquerie digne de Bernard Madoff. Un brin mégalo, le fuyard a couché sa vie sur papier, dans le but d’être publié. L’agent littéraire confie le livre au FBI, afin d’aider les enquêteurs dans leur traque…

Roman dense et virtuose, dont la structure narrative imite celle des opéras, Les Bandits est beaucoup plus qu’une chronique financière. Il s’agit aussi d’un drame familial, qui se double d’un roman historique où le lecteur se retrouve plongé dans les convulsions du XXe siècle.

L’auteur, né au Mexique en 1968, livre en prime une réflexion provocante sur le statut de l’écrivain. L’escroc porte son nom car Volpi voulait montrer les points communs entre le narrateur et le criminel financier : « tous les deux, explique-t-il, nous trompons notre monde ».

Buy the Book
Comment j'ai liquidé le siècle

Si les premières pages vous donnent l’impression d’être chez Bret Easton Ellis, auteur d’American Psycho, ce n’est pas un hasard. Comme dans le roman d’Ellis, l’ouvrage de Flore Vasseur regorge de golden boys survoltés et de banquiers maîtres du monde. Mais dans American Psycho, le monde de la finance n’était qu’un prétexte pour dépeindre la schizophrénie du capitalisme américain. Dans Comment j’ai liquidé le siècle, il est un personnage à part entière.

Nous sommes au printemps 2009, à New York. La crise financière fait rage, jetant des centaines de traders à la rue. Pierre tente de surnager dans le chaos ambiant. Rejeton mal aimé d’une famille modeste, c’est un génie des maths qui a passé son enfance à mettre le monde en équations, à commencer par le taux de remplissage du salon de coiffure de sa mère. Adulte, il devient trader et roule en Lamborghini.

Dans le livre, l’apocalypse prend la forme d’une clé USB floquée d’un dessin Hello Kitty. Confiée au héros, elle contient un programme informatique destiné à « faire sauter » le capitalisme… Pierre va-t-il passer à l’acte ? Avec son style vif et percutant, l’auteur nous plonge dans les arcanes de la haute finance et pose au passage quelques questions morales essentielles.

La Salle

Dès les premières lignes, le livre vous interpelle. Au sens strict du terme : écrit à la deuxième personne du pluriel – un clin d’œil à la fameuse Modification, de Michel Butor ? –, le livre force le lecteur à s’identifier au personnage principal. Ce dernier est un trader. Un trader qui triche, mais pas pour son enrichissement personnel. Plutôt que de jouer la carte de la stigmatisation facile, le livre nous fait entrer dans le psychisme du personnage, bourreau de travail ultra performant qui ne se réalise que dans le huis clos d’une salle de marché. 

Le livre incise au scalpel le monde de la finance, univers virtuel où se côtoient créativité et appât du gain, folie des grandeurs et pulsions libidinales. Au début du roman, le héros ne perçoit la réalité que par le truchement de modèles mathématiques, qui le coupent du réel et l’enferment dans la solitude. Comment conserve-t-on sa santé mentale, quand on jongle avec des milliards ? Comment ne pas perdre pied quand on flirte avec l’abîme ? 

Buy the Book
Single & Single

À la fin des années 80, tous les auteurs de romans d’espionnage de la planète se sont retrouvés orphelins : la chute du mur de Berlin marquait la fin de la Guerre froide, et avec elle, l’épuisement de leur filon préféré. John Le Carré, auteur de L’Espion qui venait du froid, n’a pas eu de mal à négocier ce périlleux virage. Voyageur infatigable, accro à l’actualité sous toutes ses formes, l’écrivain fait son miel des sujets brûlants de son époque : trafic d’armes, avidité des multinationales, conflit israélo-palestinien, etc. 

Single & Single, roman injustement méconnu de Le Carré, s’aventure dans les dédales de la haute finance internationale. Le livre débute par l’assassinat d’un avocat d’affaires dans un train et se poursuit en cavalcade à travers la planète. Une galerie de personnages truculents, des intrigues à triple fond, un arrière-plan géopolitique…Du Le Carré pur jus, avec en prime, une relation père-fils problématique, qui n’est pas sans rappeler la propre histoire de l’auteur…

Buy the Book
6/5

THF. Ce sigle ne désigne ni une nouvelle drogue, ni une marque d’explosif, mais il a fait couler beaucoup d’encre dans la presse. THF, pour « trading haute fréquence ». En clair, ce ne sont plus des traders faits de chair et d'os qui passent des ordres sur les marchés d'actions, mais des algorithmes programmés pour prendre des décisions à la vitesse de l'éclair – leur temps de réaction se compte en microseconde, c'est-à-dire un millionième de seconde. Ces programmes peuvent faire gagner des sommes colossales à leurs utilisateurs, mais sont tout aussi capables d’affoler les marchés, jusqu’au krach. 

Le pari d’Alexandre Laumonier, anthropologue et éditeur indépendant, est original : pour raconter le fonctionnement des bestioles en question et alerter sur leur dangerosité potentielle, il a choisi de se mettre dans la peau… d'un algorithme. Cela donne un ouvrage passionnant et limpide, à mi-chemin entre l’essai et le récit. Et qui fourmille d’informations scientifiques : vous saviez, par exemple, qu’un champion d’échec du calibre de Kasparov avait besoin de 650 millisecondes pour analyser la partie et s’apercevoir que son roi est en échec ?   

Buy the Book
La Bourse pour les nuls

Si la lecture des livres précédents ne vous a pas fait passer l'envie de boursicoter, voici quelques conseils pour ne pas y laisser trop de plumes. Le livre de Gérard Horny, journaliste spécialisé, est probablement LA Bible des apprentis investisseurs. Régulièrement réédité, dans le but de coller à l’actualité financière, la dernière version date de 2017. 

Le livre mêle notions théoriques (fonctionnement du marché, présentation des places boursières, définitions de base…) et conseils pratiques (quel type de compte ouvrir, comment gérer son portefeuille, à quel moment vendre…). Le tout est ponctué de quelques quizz, pour tester ses connaissances.

Buy the Book

Illustrations de couverture : The Big Short, d'Adam McKay (2015)

Journaliste passionné d'économie, de social et de textes compliqués, je lis aussi beaucoup de romans. J'ai collaboré à différents médias, dont Bastamag! et Les Inrocks.

Found this article relevant?

2