Quote

“Quand il passait la main sur les rangées de livres, ses doigts rencontraient sans cesse des espaces vides. Il savait exactement où s’était trouvé quel ouvrage, avant qu’il le vende. Il gardait un souvenir aussi vivant de ses ouvrages que d’autres des champs ou des maisons de leur enfance, qu’ils continuaient de voir alors qu’ils avaient depuis longtemps cédé la place a une rocade ou un centre commercial. Il avait toujours ressenti la proximité des livres comme une protection. Il avait trouvé le monde entier dans son bateau, tous les sentiments, chaque lieu, chaque époque. Il n’avait jamais ressenti le besoin de voyager, ses dialogues avec les livres lui avaient toujours suffi… Il lui était même arrivé de leur accorder davantage d’estime qu’aux hommes. Ils étaient moins menaçants. ”

La lettre oubliée de Nina George

Marie Nakhle, Mélisande de Lassence and Mathieu Deslandes found this witty

0 Comments

0 Related Posts

Know what people should read next?