We think that you are in United States and that you would prefer to view Bookwitty in English.
We will display prices in United States Dollar (USD).
Have a cookie!
Bookwitty uses cookies to personalize content and make the site easier to use. We also share some information with third parties to gather statistics about visits.
Le Zmeu dupé et autres contes transylvaniens by Franz Obert

Le Zmeu dupé et autres contes transylvaniens

By Franz Obert
1 Contributor

Le grand intérêt de la collecte de Franz Obert est de nous livrer des contes authentiques, c'est-à-dire non revus, corrigés, littérarisés pour rencontrer le goût du public de l'époque ; ils sont « natures », contrairement à ceux des frères Grimm, souvent retouchés, édulcorés, euphémisés. Bref, ce sont des monuments d'oralité. Certes, leur qualité littéraire ne peut rivaliser avec celle des recueils d'une Pauline Schullerus ou d'un Popu Reteganul qui arpentèrent eux aussi la Transylvanie, mais tels qu'ils sont, ils nous offrent un excellent reflet des traditions narratives populaires de cette province. Pour comprendre l'originalité de ces contes, il est nécessaire de faire un peu d'histoire. Les contes possèdent leur propre destin, comme ceux recueillis par Franz Obert de la bouche d'un conteur de Bazna/Baassen, en Transylvanie, et qui se sont perdus, seule a survécu la traduction allemande qui parut de 1856 à 1858 dans le supplément d'un quotidien d'Augsbourg et dans deux autres revues. Vers 1841, le pays comptait 1 700 000 habitants et cette province fut, de facto, un extraordinaire creuset où se fondirent les traditions orales de peuples différents, ce dont Obert fut témoin : « Dans les années cinquante du siècle précédent, alors que j'étais professeur au lycée de Mediaþ, j'eus l'occasion de collecter des contes grâce à mon séjour à Bazna où je passais quelques jours tous les ans, pendant la récolte et les vendanges, afin de recueillir les revenus des terres que mes parents possédaient. Ma mère en avait hérité de son père, l'agriculteur Simon Binder, et mes parents les faisaient cultiver par les habitants de la localité. En effeuillant le maïs dans la grange de mon cousin, où de nombreux journaliers nous aidaient jusque tard dans la nuit, je fis connaissance d'un conteur, un Povestitor, qu'hommes et femmes au travail écoutaient avec tant d'attention que je fus captivé et fasciné. Je décidais donc de le retrouver un autre soir chez un voisin. Quand il se présenta, il narra des contes pendant des heures. Rentré à Mediaþ, ce Povestitor ne me sortit plus de l'esprit et je finis par me décider à le faire venir et à le payer afin qu'il me récitât des contes. Je n'ai réalisé ce projet qu'en partie. Il m'a retrouvé chez moi avec ponctualité, et j'ai recueilli de sa bouche de nombreux contes tandis qu'il parlait en fumant et en buvant. »

Bookwitty recommends

Related Books

Do you know any books that are similar to this one?