Sigmund Freud

Sigmund Freud

1 Contributor

Sigmund Freud (né Sigismund Schlomo Freud) est un médecin neurologue autrichien, fondateur de la psychanalyse.

Après quelques déménagements, la famille Freud s'installe dans le quartier juif de Vienne, ancien ghetto de la ville. En 1873, il entre à l'Université de Vienne, finit ses études universitaires en mars 1881 et devient docteur en médecine.

Installé comme médecin à Vienne, après avoir effectué un stage à l'hôpital de la Salpêtrière à Paris auprès du docteur Jean-Martin Charcot et obtenu son doctorat de médecine spécialisé en neurologie, il commence au début des années 1890, avec Joseph Breuer, ses premiers travaux sur l'hystérie et l'utilisation de l'hypnose comme thérapie.

En 1895, il substitue à l'hypnose la technique "psycho-analytique" de la libre association des images, rêves et idées, permettant de décrypter les significations inconscientes de conduites irréductibles à la logique du conscient.

Partant du fameux principe du complexe d'Œdipe (attachement jaloux de l'enfant pour le parent du sexe opposé et attitude ambivalente vis-à-vis de l'autre) et en étudiant les divers stades de la libido: oral, anal, phallique et génital, il se livre à un véritable travail d'archéologue sur la personnalité. La pratique de l'analyse lui permet de réviser ses théories sur les pulsions et l'appareil psychique.

En 1902, il est nommé professeur titulaire à l'université de Vienne. Mais le monde médical continuait à considérer son œuvre avec hostilité. Ses ouvrages suivants, "Psychopathologie de la vie quotidienne" (1904) et "Trois Essais sur la théorie de la sexualité" (1905), ne firent que creuser le fossé entre lui et la psychiatrie officielle viennoise.

Un changement apparaît en 1920 dans la doctrine freudienne, avec la parution de son ouvrage "Au-delà du principe de plaisir". Il introduit dans sa conception la notion de «pulsion de vie», qu'il appelle Eros et la «pulsion de mort», qu'il nomme Thanatos. Cette conception nouvelle se révèle opératoire dans les ouvrages tels que "Le Moi et le Ça" (1923) et "Inhibition, Symptôme et Angoisse" (1926).

Atteint dès 1923 d'un cancer de la mâchoire qui nécessitait un traitement continu et douloureux et quantité d'opérations chirurgicales, il réussit à continuer de pratiquer, d'élargir et de diffuser la psychanalyse. Mais la montée du nazisme le guettait : ses œuvres sont brûlées à Berlin en 1934. Lorsque les Allemands occupent l'Autriche en 1938, il s'enfuit avec sa famille à Londres.