Jean-Pierre Martinet

Jean-Pierre Martinet

1 Contributor

Né en 1944 à Libourne où il revint mourir en 1993, Jean-Pierre Martinet a peu publié. D’abord assistant-réalisateur à l’ORTF, il renonce au cinéma pour se consacrer à la littérature.

Dès 1975, son premier roman, La Somnolence, lui avait attiré la reconnaissance de certains critiques qui ont salué sa virtuosité; mais Martinet est loin de faire l’unanimité tant ses récits sont d’un pessimisme sans bornes. C’est d’ailleurs cette noirceur que l’on reprochera encore à son second livre, considéré comme son chef-d’œuvre, Jérôme (1978).

En 1986 paraissent deux romans, L’ombre des forêts et Ceux qui n’en mènent pas large, puis Martinet cesse d’écrire. Comme le héros de Jérôme, il revient vivre, à plus de 40 ans, chez sa mère, à Libourne, et sombre définitivement dans l’alcool qui, depuis longtemps déjà, l’accompagne. Il meurt, hémiplégique, en 1993. Il a seulement 49 ans.

À noter en même temps la réédition de Jérôme chez Finitude et de L’Ombre des forêts à la « Petite Vermillon» de La Table Ronde.